Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le gouvernement sierra-léonais poursuivi pour mauvaise gestion des fonds de la lutte contre Ebola


Un agent de santé couvert d'un équipement de protection, examine des patients pour Ebola sous une tente de dépistage, à l'hôpital gouvernemental de Kenema situé dans la province de l'Est à environ 300 km de la capitale de Freetown, Sierra Leone, 11 août 2014

Deux employés sierra-léonais du secteur de la santé ont déposé plainte vendredi contre le gouvernement de leur pays, qu'ils accusent d'avoir mal utilisé les fonds accordés par la communauté internationale pour lutter contre l'épidémie de virus Ebola, provoquant selon eux des milliers de morts supplémentaires.

Les deux plaignants, dont l'identité n'a pas été dévoilée, ont été contaminé par le virus alors qu'ils soignaient des victimes d'Ebola, et ils ont déposé plainte auprès de la Cour de justice de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

L'épidémie d'Ebola a fait plus de 11.300 morts et contaminé près de 29.000 personnes entre 2016 et 2016, principalement en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, trois pays d'Afrique de l'Ouest.

>> Lire aussi : Inondations en Sierra Leone : 441 morts, la recherche des corps se poursuit

La Croix-Rouge a révélé début novembre que plus de 5 millions d'euros avaient été détournés en Afrique de l'Ouest, avec la complicité de ses employés, à partir des fonds versés pour lutter contre l'épidémie d'Ebola entre 2014 et 2016.

Les plaignants "souffrent toujours des nombreuses conséquences physiques et psychologiques" du virus, de problèmes oculaires, musculaires, de maux de tête et d'estomac, selon le Centre for Accountability and Rule of Law, une ONG qui les a aidé à déposer leur dossier.

Ils cherchent à obtenir la création d'une commission nationale d'enquête sur les conséquences civiles et criminelles d'un mauvais usage des fonds alloués au secteur de la santé.

>> Lire aussi : Freetown menacée par les maladies après les inondations

Les autorités sierra-léonaises ont échoué à "respecter les protocoles de contrôle et de suivi", selon les deux plaignants, ce qui a entraîné selon eux "un plus grand nombre de décès".

Les décisions de la Cour de justice de la Cédéao ont un caractère contraignant pour ses quinze Etats membres, même si, en pratique, beaucoup d'entre eux ignorent ses décisions.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG