Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Le Festival de la mode africaine nigérien se délocalise au Maghreb

Lors du Fima 2016 à Agadez, Niger, 17 décembre 2016. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa)

La 11e édition du Festival international de la mode africaine (FIMA) sera organisée du 21 au 24 novembre à Dakhla, ville touristique du Sahara occidental contrôlé par le Maroc, au lieu de Niamey.

Le FIMA, qui se tient habituellement tous les deux ans sur les rives du fleuve Niger, à Niamey, subit depuis longtemps des pressions des islamistes.

Sa 10e édition, en 2015, avait été reportée à la veille de sa tenue par les autorités nigériennes qui redoutaient une attaque jihadiste dans la capitale.

L'édition 2013 du FIMA s'était déjà tenue sous haute surveillance avec la menace d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Sa délocalisation à Dakhla vise à soutenir le "processus d'intégration économique du Maroc en Afrique de l'Ouest" où "les industries culturelles occupent une place importante", a expliqué au cours d'une conférence de presse l'organisateur du festival, le créateur Alphadi, internationalement renommé.

Il a également noté les efforts du royaume qui "accompagne" depuis son lancement en 1998 le FIMA "dans son combat pour une Afrique positive".

Quelque 30.000 visiteurs sont attendus à Dakhla pour le FIMA qui propose des regards croisés entre les créateurs africains et occidentaux.

Cette édition, qui marquera les 20 ans du festival, est placée sous le signe de "l'intégration africaine par le renforcement de la coopération Sud-Sud".

Outre le défilé de mode, des conférences, des expositions artistiques, des concours de top-models et de jeunes créateurs sont au menu du festival. Des concerts de stars locales de la musique et internationales, dont le groupe ivoirien Magic System, sont également à l'affiche.

Malgré son prestige, le FIMA est toujours controversé au Niger, pays majoritairement musulman.

En 2000, les locaux d'Alphadi avaient été vandalisés par des militants islamistes hostiles à "l'image" de la femme véhiculée par le FIMA et à sa façon de les habiller. Alphadi avait même reçu des menaces de mort.

En 2011, à deux mois du défilé, ses ateliers avaient été complètement ravagés par un mystérieux incendie.

Mais Alphadi ne désarme pas. En 2016 il a été nommé "Artiste pour la Paix" par l’UNESCO.

Avec AFP

Toutes les actualités

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Les obsèques de l'ancien président Mamadou Tandja ont eu lieu jeudi

Les obsèques de l'ancien président Mamadou Tandja ont eu lieu jeudi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Décès de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Le 27 mars 2009, le président du Niger, Mamadou Tandja, à l'aéroport Diori Hamani de Niamey.

L'ancien président du Niger Mamadou "Baba" Tandja, est décédé mardi à Niamey à l'âge de 82 ans, selon un communiqué de la présidence lu à la télévision publique nigérienne.

M. Tandja avait dirigé le pays de 1999 à 2010, date de son renversement par un putsch.

"Le président de la République et le gouvernement ont le regret de vous annoncer le décès de son Excellence Tandja Mamadou, ancien président de la République du Niger, décès survenu ce jour 24 novembre à Niamey", selon le texte, qui ne précise pas la cause de la mort.

"Un deuil de trois jours sera observé sur toute l'étendue du territoire national", conclut le texte. Il sera enterré ce jeudi 26 novembre dans son village natal de Maine Soroa, dans la région de Diffa.

Une figure populaire au Niger

Ancien militaire ayant participé au putsch contre le président Diori Hamani au profit du général Seyni Kountché (mort au pouvoir en 1987), Tandja avait ensuite été ministre à plusieurs reprises avant d'être élu président en 1999.

Renversé en 2010 par un putsch militaire après avoir voulu s'accrocher au pouvoir après les deux mandats auxquels lui donnait droit la Constitution, M. Tandja restait une figure populaire au Niger.

Avec le temps la rue semblait avoir oublié les derniers mois de son régime pour ne retenir que l'image de "Baba" Tandja, le père de la nation, qui luttait contre la pauvreté.

Alors que ses partisans ont longtemps espéré son retour sur la scène politique, M. Tandja s'était définitivement retiré, après des soins médicaux en France en 2015, faisant de rares apparitions publiques.

On le savait malade depuis des années jusqu’à cette journée du 24 novembre 2020 où sa mort est annoncée à l’âge de 82 ans.

Suspension des programmes

Plusieurs télévisions dont la télévision publique ont suspendu leurs programmes pour diffuser en boucle des chants religieux et des photos du défunt chef de l'État.

"Le Président Tandja vient de nous quitter après avoir vaillamment lutté contre la mort. Je présente mes condoléances émues à sa famille. C'était un grand homme. Il nous laisse le souvenir d'un Président au patriotisme chevillé au corps. Qu’il repose en paix!", a tweeté l'ancien ministre Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir à la présidentielle de décembre.

Le président Mahamadou Issoufou, qui quittera le pouvoir après deux mandats en décembre, a lui fait part de "sa profonde émotion".

"La sécurité du Niger est liée à celle de la France"

"La sécurité du Niger est liée à celle de la France"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG