Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Le chef du parlement Manuel Merino devient président du Pérou

Le Parlement du Pérou le 20 septembre 2018 (Photo AP)

Le chef du parlement péruvien, Manuel Merino, a endossé mardi la fonction de président du pays, au lendemain de la destitution par ce même parlement de l'ex-président Martin Vizcarra.

"Je jure par Dieu, par le pays et par tous les Péruviens que j'exercerai fidèlement" la fonction de président, a déclaré M. Merino, un ingénieur agronome de centre-droit, qui devient le troisième président du pays depuis 2016.

Destitué lundi pour "incapacité morale", sur fond d'accusation de pots-de-vins présumés qu'il aurait reçus en tant que gouverneur en 2014, M. Vizcarra est remplacé par le président du Parlement, le poste de vice-président étant vacant depuis la démission non-remplacée de Mercedes Araoz il y a un an lors d'une crise politique distincte.

Lors de son discours devant le Parlement, M. Merino a assuré que son premier engagement est de respecter le processus électoral en cours. "Personne ne peut changer la date des élections prévues pour le 11 avril 2021", a-t-il assuré, appelant à l'unité nationale et promettant de quitter ses fonctions le 28 juillet, le jour où le mandat de M. Vizcarra devait prendre fin.

Alors que M. Merino prêtait serment, des affrontements éclataient à Lima entre la police et environ 400 manifestants dans les rues adjacentes du Parlement. Des rassemblements se tenaient également à Arequipa et Cusco, selon les médias locaux.

Vu par la population comme le héraut de la lutte contre la corruption, M. Vizcarra, qui s'est retrouvé à la tête du pays après la démission en 2018 de Pedro Pablo Kuczynski dont il était le vice-président, n'était membre d'aucun parti et ne disposait d'aucun soutien parlementaire. Il a annoncé lundi qu'il ne ferait pas d'obstruction judiciaire à cette décision et qu'il se retirait "la tête haute".

Toutes les actualités

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Belgique: l'usine de Pfizer où sont produits les vaccins Covid britanniques

Belgique: l'usine de Pfizer où sont produits les vaccins Covid britanniques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Saisie record de 2,5 tonnes de cocaïne près de Rio

La superficie de terres sur lesquelles les trafiquants de drogue récoltent la coca pour faire de la cocaïne augmente régulièrement depuis 2013. Sur cette photo, des soldats déracinent des arbustes à San Jose del Guaviare en Colombie, le 22 mars 2019. (AP/Fernando Vergara)

Près de 2,5 tonnes de cocaïne ont été saisies par la police mercredi dans la banlieue nord de Rio de Janeiro, un record pour cet Etat du Brésil et une des plus grandes prises de l'histoire du pays.

Deux suspects ont été arrêtés lors de l'opération policière menée à Duque de Caxias, ville de la Baixada Fluminense, banlieue pauvre et minée par la violence située au nord de Rio.

"Une organisation criminelle utilisait un hangar pour stocker les stupéfiants", a expliqué la police fédérale dans un communiqué illustré par des photos de centaines de pains de cocaïne.

Le Brésil est devenu ces dernières années une plaque tournante du trafic de cocaïne, avec de grandes cargaisons envoyées par bateau en Europe.

De nombreuses saisies ont eu lieu dans des ports, notamment en 2018, quand deux tonnes de drogue avaient été retrouvées dans des conteneurs au Port de Santos, le plus grand d'Amérique Latine.

La semaine dernière, une opération internationale de grande envergure a permis de saisir 52 tonnes de cocaïne et d'arrêter 45 suspects au Brésil, en Belgique, en Espagne et aux Emirats Arabes Unis.

Selon Europol, le réseau criminel avait des contacts avec des cartels de la drogue au Brésil et dans d'autres pays d'Amérique du Sud qui étaient chargés de la préparation et de l'expédition de la cocaïne, transportée en Europe via des conteneurs maritimes.

Voir plus

XS
SM
MD
LG