Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

La Canada veut s'attaquer à la radicalisation

Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique canadien, parle lors dune réunion au Parlement à Ottawa, le 27 janvier 2016.

Le Canada va s'attaquer à la radicalisation des jeunes aux idées jihadistes, après la mort d'un d'entre eux qui avait prêté allégeance au groupe Etat islamique et les deux attaques contre des militaires en 2014.

Un centre "pour la sensibilisation et la lutte contre la radicalisation" va être créé au niveau fédéral, a indiqué Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique.

Suite "à l'attaque terroriste avortée la semaine dernière" à Strathroy, une petite localité du sud de l'Ontario (centre), le Canada est "préoccupé par les loups solitaires attirés par des idéologies perverses et extrêmes qui font la promotion de la violence".

Mercredi à Strathroy, un Canadien de 24 ans a été tué après avoir déclenché un engin explosif à l'arrière d'un taxi cerné par les forces de sécurité.

C'est une vidéo du jeune homme prêtant allégeance au groupe EI, et avertissant d'une attaque meurtrière, qui a permis aux policiers d'intervenir avant le passage à l'acte du jihadiste.

Déjà à l'automne 2014, deux jeunes radicalisés avaient perpétré des attaques au Québec et dans la capitale fédérale Ottawa dans lesquelles deux militaires avaient été tués.

Plus d'une centaine de Canadiens ont rejoint les rangs des combattants de l'EI en Syrie et en Irak ces dernières années et beaucoup ont été bloqués aux frontières avant de s'envoler pour la Turquie.

Le ministre Ralph Goodale était lundi à Montréal pour visiter le centre de prévention de la radicalisation que la municipalité a mis en place après le départ pour la Turquie de sept adolescents en janvier 2015, et l'arrestation à l'aéroport de 10 autres âgés de 15 à 18 ans quelques semaines plus tard. Un centre similaire existe également à Calgary, en Alberta (ouest).

Avec ces précédents et les attaques en France, en Belgique ou en Allemagne, "aucun endroit n'est à l'abri de la menace terroriste", a estimé Ralph Goodale.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

L'ouragan Zeta a touché terre près de La Nouvelle-Orléans, en Louisiane

Un panneau de campagne électorale se trouve dans un arbre alors que l'ouragan Zeta balaie la Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis, le 28 octobre 2020.

L'ouragan Zeta a touché terre mercredi après-midi près de La Nouvelle-Orléans,dans l'Etat américain de Louisiane, avec des vents allant jusqu'à 130 km/h, après avoir légèrement perdu en puissance, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Zeta, la 11e tempête portant un nom à frapper les Etats-Unis cette année, un record, a touché terre en temps qu'ouragan de catégorie 2 sur une échelle qui en compte 5 à environ 100 kilomètres au sud de la Nouvelle-Orléans.

Les effets de sept tempêtes ou ouragans se sont fait ressentir, à des degrés divers, en Louisiane, particulièrement affectée cette saison.

Une alerte ouragan a été émise et s'étend sur plus de 300 kilomètres de la ville de Morgan City en Louisiane, jusqu'à la frontière entre le Mississippi et l'Alabama. Des ordres d'évacuation obligatoire ont été émis dans certaines régions côtières.

Outre les vents et les fortes pluies attendues, le NHC a également mis en garde contre les dangers posés par la montée des eaux de la mer: une alerte à la submersion côtière est en place pour toute une partie du littoral, avec une houle attendue à plus de 3 mètres.

Les habitants de La Nouvelle-Orléans, rodés à l'exercice, bouclaient les préparatifs mercredi avant l'arrivée de Zeta: provisions stockées, en prévision des coupures d'eau ou d'électricité, et maisons protégées par des sacs de sable ou du contreplaqué.

"Pour les gens qui habitent ici, ça fait juste partie du fait de vivre ici", a expliqué à l'AFP, Geoff Wallace, 60 ans. "Ce qui a de bien avec celui-là, c'est qu'il bouge vite."

Zeta se déplace en effet à une vitesse de 40 km/h, ce qui diminue les risques d'inondation sur La Nouvelle-Orléans. Cette dernière reste encore traumatisée par le passage de l'ouragan Katrina en 2005 qui avait eu le temps d'inonder 80% de la ville et de provoquer environ 1.500 décès en Louisiane.

"Il semble assez clair maintenant que Zeta frappera directement La Nouvelle Orléans. Finissez de vous préparer ce matin", a tweeté dans la matinée la maire de la ville, LaToya Cantrell. "Assurez-vous que vous avez de l'eau, de la nourriture et des médicaments pour tous les membres de votre foyer."

Le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards a pour sa part appelé les gens à rester chez eux, ajoutant sur Twitter que si "aujourd'hui a été dur, nous continuons à subir Zeta, chacun doit rester à l'écoute des consignes locales et suivre les couvre-feux là où ils sont déclarés".

Lors d'une interview radio, le gouverneur a précisé que 500.000 foyers étaient déjà privés d'électricité, donc 78% de la Nouvelle-Orléans, où son emblématique quartier Français a été totalement déserté.

Certaines zones côtières, particulièrement touchés, ont déclaré le couvre-feu.

Le président Donald Trump a approuvé mardi soir la déclaration d'état d'urgence pour la Louisiane, permettant de débloquer des moyens fédéraux, a annoncé la Maison Blanche.

L'ouragan Zeta, qui s'était formé sur la mer des caraïbes, avait touché terre lundi soir dans les environs de Ciudad Chemuyil, dans l'Etat de Quintano Roo au Mexique. Son passage n'y a pas fait de victimes, selon son gouverneur. Il avait ensuite été rétrogradé en tempête tropicale avant de reprendre de la puissance et de toucher les Etats-Unis.

La saison des ouragans, qui n'est pas encore terminée, est particulièrement intense cette année. A cause de l'épuisement de la liste des noms latins prévus, les météorologues ont commencé à les identifier avec l'alphabet grec.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5, les plus destructrices.

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:28 0:00

Minute Eco: 638 millions de dollars pour sauver South African Airways

Minute Eco: 638 millions de dollars pour sauver South African Airways
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

COVID-19: premiers résultats prometteurs pour les thérapies à base d'anticorps

Un technicien de laboratoire tient le médicament de traitement de la maladie à coronavirus (COVID-19), le «Remdesivir» dans les locaux d'Eva Pharma au Caire, en Égypte, le 25 juin 2020. REUTERS / Amr Abdallah Dalsh

Deux sociétés américaines, Regeneron et Eli Lilly, ont publié mercredi des résultats différents et plus ou moins concluants sur leurs traitements contre la maladie Covid-19 à base d'anticorps de synthèse, jugés prometteurs pour les patients au début de la maladie.

Regeneron a d'une part affirmé dans un communiqué de presse que des essais sur 524 patients avaient démontré que son cocktail d'anticorps dits monoclonaux, REGN-COV2, avait permis de réduire la charge virale des malades, et le besoin d'attention médicale ou d'hospitalisation, par rapport à des patients ayant reçu un placebo.

C'est ce traitement qu'a reçu le président américain Donald Trump début octobre.

Ces résultats, qui complètent des précédents sur 275 patients, n'ont pas encore été évalués indépendamment par une revue scientifique.

Le groupe Eli Lilly, qui avait publié auparavant par communiqués de presse des résultats intérimaires, a en revanche publié mercredi des résultats de l'essai de phase 2 de son propre traitement aux anticorps (LY-CoV555, aussi appelé bamlanivimab) dans la revue médicale New England Journal of Medicine.

Les données de cet essai-là sont mitigées. Un seul dosage (2.800 mg) a montré une efficacité modeste, chez des patients non hospitalisés ayant des symptômes légers à modérés.

Les deux sociétés sont soutenues par le gouvernement américain.

Regeneron a reçu plusieurs contrats, dont un à 450 millions de dollars, pour aider à fabriquer des doses à grande échelle aux Etats-Unis.

Et le gouvernement a annoncé mercredi l'achat de 300.000 doses du traitement de Lilly, mais sous un autre dosage (700 mg), pour 375 millions de dollars, avec une option à 812,5 millions de dollars pour 650.000 doses supplémentaires.

Les deux ont déposé auprès de l'Agence américaine des médicaments (FDA) des demandes d'autorisation, les traitements n'étant aujourd'hui disponibles que dans le cadre d'essais cliniques ou d'autorisations au cas par cas, comme M. Trump en a bénéficié.

Voir plus

XS
SM
MD
LG