Liens d'accessibilité

Le calme est de retour en Côte d'Ivoire


Des soldats mutins discutent avec le ministre de la Défense Alain-Richard Donwahi et sa délégation à Bouaké, Côte d’Ivoire, 7 janvier 2017.

Le retour au calme a été observé à Bouaké, en Côte d'Ivoire, après un accord avec les soldats. Le ministre de la défense a regagné Abidjan tard dans la nuit après les négociations.

À Bouaké, la réouverture des corridors sud et nord. Les activités reprennent progressivement au lendemain d'un "accord" entre le gouvernement et les soldats mutins.

La circulation a repris dans la ville de Bouaké. Quelques commerces ont également rouvert. Depuis hier, aucun tir n'a été entendu dans la ville de Bouaké et à l'intérieur du pays. Les mutins gardent toujours leurs différentes positions dans la ville.

À Abidjan, les barricades - qui avaient été dressées devant le nouveau camp d'Akouedo et du camp Galleni - ont été levés depuis samedi. La vie reprend son cours.

Une stabilité fragilisée

Dans un communiqué, le ministre Joël N’guessan, secrétaire général adjoint, et chargé de la communication et porte-parole du RDR, a expliqué que "même si l'on n'a pas déploré des pertes en vies humaines et des dégâts matériels, cette mutinerie a causé d'énormes désagréments aux populations et aux activités économiques".

Il a poursuivi en soulignant que "au-delà de ces désagréments, c'est la perception que le monde entier a de la stabilité en Côte d'Ivoire qui a pris un coup", car "au plan diplomatique, toutes les chancelleries doivent certainement s'interroger sur le niveau de stabilité de notre pays".

Dans une certaine incompréhension, le ministre a déclaré que "il y a eu défaillance dans la chaîne de commandement et de décision".

Avec Narita Namaste​, correspondant à Abijdan

XS
SM
MD
LG