Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Gabon

Le bois précieux à l'origine d'un scandale va être vendu aux enchères

Les gens visitent la Société Nationale des Bois du Gabon (SNBG) à Owendo, port de Libreville le 11 octobre 2012.

Cent-vingt-cinq conteneurs de kevazingo, un bois précieux très prisé en Asie, dont la saisie fin février au Gabon avait créé un scandale politique, vont être vendus aux enchères, a annoncé le ministre de l'Environnement.

Les autorités gabonaises ont transféré dimanche vers un parc à bois 125 des 353 conteneurs de kevazingo qui avait été saisis au port d'Owendo à Libreville, selon un communiqué du gouvernement publié dimanche soir.

Sous l'autorité du ministre de la forêt et de l'environnement, Lee White, ces 1.500 m3 de bois vont être "revalorisé puis vendus au bénéfice de l'Etat", ce qui pourrait rapporter 45 milliards de francs CFA (environ 40,6 millions d'euros) à l'Etat gabonais, selon le ministère.

En transférant le kevazingo du port au parc à bois, les autorités ont "pour objectif de convertir ce bois illégal en bois légal autorisé à la vente", a expliqué le ministre dans un communiqué.

La coupe de kevazingo est en effet interdite. La découverte de ces conteneurs de bois illégaux fin février, puis leur disparition quelques semaines plus tard, avaient mis à jour la complicité de plusieurs hauts responsables politiques et mené aux limogeages du vice-président du pays et du ministre des Eaux et forêts.

Après ce scandale, le président Ali Bongo Ondimba avait procédé à un remaniement ministériel, nommant notamment M. White, un Britannique naturalisé gabonais réputé pour être un écologiste intransigeant, à la tête du ministère des Forêts.

Le kévazingo est un bois rare d'Afrique centrale, considéré comme sacré par certaines communautés locales et très apprécié en Asie, notamment pour la réalisation de parquets, escaliers, meubles de luxe.

Représentant 60% du PIB (hors hydrocarbures), le secteur forestier est l'un des piliers historiques de l'économie du Gabon, un pays recouvert à près de 80% par la forêt.

Toutes les actualités

La Norvège va payer le Gabon pour ne pas déforester: "une récompense"

La réserve de Lope, au Gabon, 4 juillet 2001

Mieux vaut prévenir que guérir. Un accord d'un nouveau genre a été signé dimanche à New York entre la Norvège et le Gabon: le pays africain couvert de forêts va être payé pour ne pas déforester et ainsi réduire les émissions de carbone.

"La Norvège s'engage à nous récompenser pour les réductions d'émissions", explique à l'AFP Lee White, le biologiste britannique naturalisé gabonais et nommé en juin ministre de la Forêt du Gabon, présent à New York où a lieu lundi un sommet sur le climat à l'ONU.

Les forêts d'Amazonie, d'Afrique équatoriale ou encore d'Indonésie sont de grands réservoirs de carbone. Les arbres et la végétation absorbent et en stockent des quantités massives. La communauté internationale est focalisée sur des zones très déforestées comme l'Amazonie, mais quid des bons élèves qui n'ont que peu déforesté, comme c'est le cas du Gabon?

Le contrat signé entre Norvège et Gabon stipule que la Norvège paiera 10 dollars pour chaque tonne de carbone non émise, par rapport à la moyenne récente des émissions du pays (2005-2014). Avec un montant maximal de 150 millions de dollars sur dix ans.

"Ils vont nous payer parce qu'on n'a pas déforesté, et parce qu'on a mieux géré l'exploitation forestière, et réduit les émissions liées à l'exploitation forestière", dit - en français - Lee White, interrogé en marge d'un colloque environnemental à New York.

Le Gabon veut continuer à exploiter la forêt pour le bois, mais de façon durable, sans la meurtrir, ce qui est possible, explique Lee White.

Au Gabon, 80% des émissions sont liées à l'exploitation forestière, dit-il: c'est-à-dire les arbres abattus pour les routes qu'empruntent les camions, pour les pistes des bulldozers, ou ne serait-ce que la façon dont les arbres tombent quand ils sont abattus. Quand des arbres sont écrasés ou abîmés, ils se décomposent et finissent par libérer leur carbone.

"Si on peut réduire la largeur des routes, si on peut couper l'arbre dans une direction qui minimise les dégâts, si on peut réduire la taille des débardages (pistes pour bulldozers), si on augmente le cycle de rotations, il y a beaucoup d'actions qu'on peut prendre pour réduire les émissions", explique-t-il.

La Norvège ne paiera, en tout cas, que si le Gabon y parvient.

- Braconnage des pangolins -

Le montant de 150 millions de dollars représente relativement peu, mais "pour moi ce n'est pas le montant qui est important, c'est le principe", dit Lee White.

L'espoir est qu'en acceptant de payer 10 dollars la tonne, la Norvège poussera le prix mondial du carbone à la hausse.

Le Gabon n'est pas exempt de scandales, comme celui qui a éclaté cette année autour de stocks de bois précieux de kevazingo illégalement abattu, et qui a montré l'ampleur de la corruption dans l'administration. Ce bois très cher sert à fabriquer des meubles, exportés notamment vers la Chine.

Les stocks saisis vont être mis aux enchères, dit Lee White, et le ministre espère pouvoir réautoriser l'exploitation en 2020 ou 2021. Il estime que les stocks actuels de kevazingo permettront d'assurer la production de meubles pendant "12 à 24 mois".

Quant au braconnage, Lee White se félicite que le pays ait freiné le braconnage des éléphants. Après la décision de la Chine d'interdire le commerce de l'ivoire en 2017, le prix de l'ivoire au Gabon est tombé de 150 à 30 euros le kilo, selon lui.

"Côté éléphants, on fait des progrès, malheureusement côté pangolins, le commerce est en train d'augmenter. A chaque fois qu'on ferme une porte, on a l'impression qu'une autre s'ouvre", regrette-t-il à propos de ces mammifères dont les écailles sont utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise.

"On voit le prix et les quantités des écailles de pangolin qui sont exportés d'Afrique centrale monter en flèche", dit-il.

Avec AFP

La présidente de la cour d'appel du Gabon suspendue de ses fonctions

La présidente de la cour d'appel du Gabon suspendue de ses fonctions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Le président Bongo à une cérémonie 10 mois après son AVC

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba au 10ème sommet du BRI, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 27 juillet 2018

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a assisté vendredi à une cérémonie commémorative à Libreville, sans faire de discours mais en présence des médias internationaux, une rare apparition depuis son AVC il y a dix mois, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Il s'agit de sa première apparition publique, hors de son palais et filmée par d'autres organes que ceux de la communication de la présidence ou des médias d'Etat hors de son palais présidentiel, au moment où une partie de l'opposition relance le débat sur sa capacité à exercer ses fonctions.

Les détracteurs du chef de l'Etat appellent d'ailleurs les Gabonais à venir massivement se faire leur avis sur la question samedi, lors du défilé militaire pour le 59e anniversaire de l'indépendance, auquel M. Bongo assiste chaque année.

Le président a également prononcé vendredi soir un discours de quelque 11 minutes, enregistré et diffusé à la télévision gabonaise, comme il l'avait déjà fait début juin.

Assis derrière le bureau présidentiel, M. Bongo a demandé "des efforts" à son gouvernement et à sa population avant d'annoncer des investissements dans les infrastructures, avec notamment le début, en septembre, d'une route de 780 km, la "transgabonaise", qui devra relier deux des plus grandes villes du pays, Libreville à l'ouest et Franceville à l'est.

Dans la matinée, M. Bongo, 60 ans, souriant, a échangé quelques mots avec des officiers des forces de sécurité, avant de déposer une gerbe au mausolée du premier président gabonais, Léon Mba.

Le chef de l'Etat se déplaçait avec une canne et son aide de camp l'a aidé à gravir quelques marches d'un escalier, ont constaté des journalistes de l'AFP assistant à la cérémonie, qui a duré une demi-heure, sur un parcours écourté par rapport aux années précédentes.

Le chef de l'Etat avait été hospitalisé d'urgence le 24 octobre 2018 à Ryad, où il devait assister à un forum économique.

La présidence avait dans un premier temps affirmé qu'il avait eu "un malaise" dû à une "fatigue sévère". Ce n'est que le 9 décembre que Libreville a parlé officiellement d'un AVC.

M. Bongo a séjourné longuement au Maroc pour sa convalescence avant de rentrer définitivement au Gabon fin mars. Depuis l'AVC, ses apparitions publiques sont millimétrées, entre photos prises par les services de la présidence, publiées sur les réseaux sociaux, et discours diffusés en différé.

Dix personnalités de l'opposition ont déposé fin mars un recours devant la justice pour demander un examen médical du président pour déterminer s'il est en capacité de diriger le pays.

Une audience est prévue devant la cour d'Appel de Libreville le 26 août mais, en attendant, le défilé militaire de samedi pour la fête nationale sera déjà "l'occasion pour le citoyen lambda de se faire sa propre opinion", résume Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, un des dix signataires de "Appel à Agir", le collectif qui a déposé la demande d'expertise médicale.

Pour Florence Bernault, historienne à Sciences Po spécialiste du Gabon, ces rumeurs doivent leur survie à "la peur du faux" des Gabonais, qui n'ont toujours pas digéré la victoire - contestée par l'opposition - d'Ali Bongo aux élections de 2016.

Le président gabonais Bongo à une cérémonie 10 mois après son AVC

Le président du Gabon, Ali Bongo (C), passe en revue les troupes lors d'une cérémonie à Libreville le 16 août 2019 au Mausolée du pays.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a assisté vendredi à une cérémonie commémorative à Libreville, sans faire de discours mais où il a été filmé par des médias internationaux pour la première fois depuis son AVC il y a dix mois, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Il s'agit de sa première apparition publique, hors de son palais et filmée par d'autres organes que ceux de la communication de la présidence ou des médias d'Etat, au moment où une partie de l'opposition relance le débat sur sa capacité à exercer ses fonctions.

Les détracteurs du chef de l'Etat appellent d'ailleurs les Gabonais à venir massivement se faire leur avis sur la question samedi, lors du défilé militaire pour le 59ème anniversaire de l'indépendance, auquel M. Bongo assiste chaque année. Le président doit aussi s'adresser à la Nation dans un discours diffusé par les télévisions gabonaises vendredi soir.

M. Bongo, 60 ans, souriant, a échangé quelques mots avec des officiers des forces de sécurité, avant de déposer une gerbe au mausolée du premier président gabonais, Léon Mba. Le chef de l'Etat se déplaçait avec une canne et son aide de camp l'a aidé à gravir quelques marches d'un escalier, ont rapporté des journalistes de l'AFP assistant à la cérémonie, qui a duré une demi-heure, sur un parcours écourté par rapport aux années précédentes.

Le chef de l'Etat avait été hospitalisé d'urgence le 24 octobre 2018 à Ryad, où il devait assister à un forum économique. La présidence avait dans un premier temps affirmé qu'il avait eu "un malaise" dû à une "fatigue sévère". Ce n'est que le 9 décembre que Libreville a parlé officiellement d'un AVC. M. Bongo a séjourné longuement au Maroc pour sa convalescence avant de rentrer définitivement au Gabon fin mars. Depuis l'AVC, ses apparitions publiques sont milimétrées, entre photos prises par les services de la présidence, publiées sur les réseaux sociaux, et discours diffusés en différé.

Dix personnalités de l'opposition ont déposé fin mars un recours devant la justice pour demander un examen médical du président pour déterminer s'il est en capacité de diriger le pays.

Une audience est prévue devant la cour d'Appel de Libreville le 26 août mais, en attendant, le défilé militaire de samedi pour la fête nationale sera déjà "l'occasion pour le citoyen lambda de se faire sa propre opinion", résume Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, un des dix signataires de "Appel à Agir", le collectif qui a déposé la demande d'expertise médicale.

Pour Florence Bernault, historienne à Sciences Po spécialiste du Gabon, ces rumeurs doivent leur survie à "la peur du faux" des Gabonais, qui n'ont toujours pas digéré la victoire --contestée par l'opposition-- d'Ali Bongo aux élections de 2016.

Voir plus

XS
SM
MD
LG