Liens d'accessibilité

Crise de confiance entre les réfugiés burundais et la population locale dans l'est de la RDC


Les Burundais quittent leur maison de location, Kamanyola, RDC, le 17 septembre 2017. (VOA/Ernest Muhero)

À Kamanyola, 48 heures après les échauffourées entre des éléments de force de l’ordre et les manifestants de nationalité Burundaise, la crise de confiance est consommé entre burundais vivant à Kamanyola et la population locale.

Dimanche, les réfugiés burundais ont enterré 37 victimes des affrontements après que la Monusco a porté secours aux personnes blessées grièvement par balles.



Les Burundais vivant à Kamanyola ont enterré dimanche, dans le cimetière de Kamanyola, 37 burundais victimes des affrontements, a rapporté à VOA un journaliste basé à Kamanyola.

Le lieutenant de l’armée congolaise décédé a été enterré samedi, une information confirmée par Dominique Bofondo, l’administrateur du territoire de Walungu.

Accès interdit au campement de fortune sur la route des ressortissants Burundais, près de Kamanyola, RDC, le 17 septembre 2017. (VOA/Ernest Muhero)
Accès interdit au campement de fortune sur la route des ressortissants Burundais, près de Kamanyola, RDC, le 17 septembre 2017. (VOA/Ernest Muhero)

Dans la nuit de samedi à dimanche, les éléments de la Monusco, la mission onusienne en RDC, ont effectué 7 vols aller-retour en hélicoptère pour évacuer vers Kavumu, à plus de 80 kilomètres de là, 26 burundais grièvement blessés, dont l’un a succombé pendant le vol malgré les premiers soins d’urgence des équipes médicales de la Monusco à Kavumu.

Dimanche, les blessés ont été transférés dans les structures médicales appropriées de Bukavu, tandis qu'à Kamanyola, le reste de la communauté burundaise des réfugiés et demandeurs d’asile ont quitté les maisons d’accueil où ils étaient locataires, confirment plusieurs sources sur place.

Les Burundais vivant à Kamanyola quittent les maisons de location de congolais pour un camp improvisé, RDC, le 17 septembre 2017. (VOA/Ernest Muhero)
Les Burundais vivant à Kamanyola quittent les maisons de location de congolais pour un camp improvisé, RDC, le 17 septembre 2017. (VOA/Ernest Muhero)

"La crise de confiance est consommée entre Burundais vivant à Kamanyola et la communauté locale", estime Wendo Joe, directeur de la radio communautaire flash FM de Kamanyola. "Il faudra des cadres de rapprochement pour améliorer les rapports".

Après les enterrements, les Burundais se sont entassés presque tous dans le quartier de Rubumba en face du camps de la Monusco de Kamanyola où un camp de fortune est improvisé avec bâches et fils barbelés.

Samedi, l'ONU a été très critiqué pour son immobilisme par la population locale.

La ville de Kamanyola est située à l’est de la RDC, en territoire de Walungu à 55 kilomètres au sud de la ville de Bukavu et à la frontière entre le Rwanda et la RDC.

Ernest Muhero, correspondant à Bukavu

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG