Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La Somalie rompt ses relations diplomatiques avec le Kenya


Des députés somaliens et des proches tiennent un drapeau somalien à Mogadiscio, le 10 février 2015.

La Somalie a rompu mardi ses relations diplomatiques avec le Kenya, qu'elle accuse d'ingérence, après des mois de tensions croissantes entre les deux voisins d'Afrique de l'Est et alors que Mogadiscio se prépare à des élections pour désigner ses députés et son président.

"Le gouvernement somalien a décidé de rompre ses liens diplomatiques avec le Kenya. La Somalie appelle tous ses diplomates en poste au Kenya à rentrer au pays et a ordonné aux diplomates kényans en Somalie de quitter le pays d'ici sept jours, à compter du 15 décembre 2020", a déclaré le ministre somalien de l'Information Osman Abukar Dubbe lors d'une conférence de presse.

"Le gouvernement fédéral somalien a pris cette décision en réponse aux violations politiques récurrentes et éhontées du Kenya contre la souveraineté de notre pays", a ajouté le ministre.

Les relations entre le Kenya et la Somalie, qui partagent 700 km de frontière commune, sont très dégradées depuis de longs mois.

Le gouvernement du président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, surnommé "Farmajo", accuse régulièrement les autorités kényanes d'ingérence, sans toutefois préciser ses griefs. La présidence kényane a par le passé indiqué qu'elle refusait de servir de "bouc-émissaire" à des enjeux politiques internes à la Somalie.

La décision de rompre les relations diplomatiques intervient alors que le président kényan Uhuru Kenyatta reçoit depuis lundi à Nairobi le président de la région somalienne autoproclamée indépendante du Somaliland, Muse Bihi Abdi.

Mogadiscio considère que le Somaliland fait partie intégrante de la Somalie et toute visite officielle des autorités somalilandaises à l'étranger suscite systématiquement la colère du gouvernement somalien.

Lundi, Mogadiscio a indiqué s'être officiellement plaint du Kenya auprès de l'Igad, le bloc régional d'Afrique de l'Est, qui pourrait discuter du différend entre les deux pays lors d'une réunion dimanche.

Le porte-parole du gouvernement kényan Cyrus Oguna a estimé mardi que "des efforts devaient être mis en oeuvre pour s'assurer que (le différend) soit résolu".

Il a souligné que le Kenya avait été "très généreux et accommodant", en référence au 200.000 réfugiés somaliens qui ont fui la Somalie en raison des islamistes radicaux shebab ou de sécheresses à répétition, et se sont installés dans les camps de Dadaab, dans l'Est du Kenya.

"Des discussions sont en cours pour s'assurer que les relations se normalisent (...)", a-t-il ajouté.

Processus électoral laborieux

Les points de contentieux entre les deux pays ne manquent pas.

L'un des principaux se situe au Jubaland, un Etat du sud de la Somalie, frontalier du Kenya. Le Kenya considère cette région comme une zone-tampon entre son territoire et les islamistes radicaux shebab, et il soutient le président régional, Ahmed Madobe.

Ancien seigneur de guerre, ce dernier avait chassé en 2012, avec l'aide de troupes kényanes, les shebab, affiliés à Al-Qaïda, de leur bastion de Kismayo, la capitale régionale.

Les autorités du Jubaland avaient accusé Mogadiscio d'interférer dans l'élection du président de la région en 2019, pour évincer Ahmed Madobe et installer à sa place l'un de ses fidèles. M. Madobe a finalement été réélu.

En mars, le Kenya avait accusé l'armée somalienne d'avoir pénétré en territoire kényan lors d'affrontements armés avec des troupes loyales au Jubaland.

Le Kenya et la Somalie s'opposent également sur la démarcation de leur frontière maritime, un différend de longue date qui porte sur la propriété de vastes secteurs maritimes de plus de 100.000 km², riches en gaz et pétrole.

Le climat est par ailleurs tendu en Somalie où la préparation d'élections présidentielle et législatives suscite de nouvelles frictions entre M. Farmajo et les leaders de plusieurs Etats régionaux, notamment le Puntland et le Jubaland.

Ces derniers reprochent en substance au gouvernement de noyauter les comités électoraux locaux afin d'influencer le résultat des élections.

Le processus électoral a déjà pris du retard. L'élection, programmée au premier semestre 2021, sera semblable à celle de 2017: des délégués spéciaux, issus de la myriade de clans et de sous-clans somaliens, éliront les 275 parlementaires chambre basse qui à leur tour choisiront le président.

Le fragile gouvernement fédéral contrôle seulement une partie du territoire somalien et ce, avec le soutien pourtant crucial des quelque 20.000 hommes de la force de l'Union Africaine en Somalie (Amisom) à laquelle le Kenya contribue.

XS
SM
MD
LG