Liens d'accessibilité

La presse algérienne tire à boulets rouges sur les Fennecs

  • VOA Afrique

Le joueur algérien Yacine Brahimi lors d'un match contre la Russie, au Brésil, le 26 juin 2014.

"Naufrage", "défaite humiliante", "niveau loin des attentes": la presse algérienne tirait dimanche à boulets rouges sur l'équipe nationale de football, au lendemain de sa défaite en Zambie (3-1) qui lui ôte quasiment toute chance de se qualifier pour le Mondial-2018.

"Naufrage à Lusaka", titre en une le quotidien francophone Liberté, qui parle d'une "défaite humiliante" au terme de laquelle "l'Algérie est le premier pays africain à dire adieu à la Russie".

"Les Algériens étaient complètement dépassés par les événements ne donnant guère l'impression de jouer un match aussi décisif", estime Liberté.

"Défense complètement perméable", "axe central fébrile", joueurs "désorganisés et amorphes" incapables de "bâtir des attaques propres et efficaces", énumère notamment le quotidien.

Le journal arabophone El Chorouk constate que "rien ne semble fonctionner normalement au sein de la sélection nationale", incapable de "relever la tête face à des sélections d'un niveau tout juste moyen".

El-Watan, l'autre grand quotidien francophone voit dans cette défaite "la fin d'un cycle": "beaucoup de joueurs ne sont plus au niveau qui était le leur il y a quelques années".

Présente lors des deux dernières Coupes du monde, avec un huitième de finale perdu contre l'Allemagne en 2014 au Brésil, plus beau parcours de son histoire, l'Algérie vit une année 2017 catastrophique, après son élimination au premier tour de la CAN-2017 qui avait coûté son poste à l'ex-sélectionneur, Georges Leekens.

Le coach actuel, l'Espagnol Luis Alcaraz, pour qui c'était le premier match à la tête des Fennecs lors de ces qualifications, n'est pas épargné.

Le quotidien officiel El-Moudjahid critique "un schéma tactique assez confus" et "une stratégie de jeu inadaptée".

Le Buteur et El-Chorouk dénoncent notamment la première titularisation en équipe nationale d'Ilyes Hassani, jugé pas assez expérimenté, en défense centrale et le repositionnement sur l'aile du défenseur Aïssa Mandi.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG