Liens d'accessibilité

La lutte pour la démocratie en RDC donne espoir aux opposants de Brazzaville


ARCHIVES - Le Général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle de 2016 au Congo Brazzaville. Photo du 7 mai, 2014 en RCA où il dirigeait les troupes africaines de la MISCA. AFP

Marc Mapingou, porte-parole à l’étranger du général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la dernière présidentielle au Congo explique que tout progrès démocratique en RDC, va avoir des retombées de l’autre côté du fleuve.

La situation en RDC est suivie de près dans la région, surtout au Congo voisin. Là-bas, les opposants du président Denis Sassou Nguesso espèrent qu’une réussite du processus démocratique en RDC aura des effets positifs à Brazzaville.

"Nous sommes tristes que notre dossier ne soit pas vu effectivement de la même manière que certains dossiers", explique Marc Mapingou, porte-parole à l’étranger du général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la dernière présidentielle au Congo et qui est depuis en prison.

"Mais ce qui nous encourage au moins, ajoute M. Mapingou qui est basé à Paris, c’est que le peuple du Congo démocratique qui réclame la liberté et toutes ces générations qui ont d’autres attentes soient accompagnées justement par cette communauté internationale. C’est tout notre espoir", dit-il.

Pour lui, tout progrès démocratique en RDC, va avoir des retombées de l’autre côté du fleuve.

"Nous estimons tout simplement que si demain les démocrates du Congo démocratique arrivent à terrasser la dictature d’une manière ou d’une autre, en traversant le Congo on fera tomber une autre dictature qui sévit et qui fait mal aujourd’hui à tous les Congolais et à tous ceux qui croient à la démocratie".

XS
SM
MD
LG