Liens d'accessibilité

Selon l'ONU, la loi israélienne pour les colons franchit une épaisse ligne rouge


Le Secrétaire Général de l'ONU, Antonio Guterres, s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse à l'ONU, le 1er février 2017.

Le représentant de l'ONU pour la paix entre Israéliens et Palestiniens a estimé mardi qu'une nouvelle loi israélienne adoptée en faveur des colons franchissait une "ligne rouge très épaisse" sur la voie d'une annexion de la Cisjordanie occupée.

La loi approuvée dans la nuit de lundi à mardi par le Parlement israélien crée un "très dangereux précédent", a dit à l'AFP Nickolay Mladenov, coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix.

"C'est la première fois que la Knesset (le Parlement israélien) légifère dans les terres palestiniennes occupées, en particulier sur des questions de propriété", a-t-il dit.

"C'est une ligne rouge très épaisse qui est franchie", a-t-il ajouté.

La loi "ouvre potentiellement la voie à une annexion complète de la Cisjordanie et sape de manière substantielle la solution à deux Etats", c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien coexistant en paix avec Israël, solution de référence internationale au conflit, a-t-il dit.

Il a évoqué la possibilité que la loi expose Israël à des poursuites de la part de la Cour pénale internationale.

M. Mladenov a appelé à une ferme condamnation internationale, mais s'est gardé de critiquer l'administration Trump garde ses distances sur la colonisation israélienne.

L'administration du président américain Donald Trump a "besoin de consulter toutes les parties" et "se gardera de commenter cette loi avant toute décision de (la) justice" israélienne qui devrait être appelée à se prononcer sur la conformité du texte, a dit un responsable du département d'Etat américain.

"C'est une déclaration très préliminaire", a noté M. Mladenov, "de toute évidence ils ont besoin de mener des consultations. On a là une nouvelle administration qui vient de prendre ses fonctions et à laquelle on doit laisser le temps et l'espace nécessaires pour déterminer sa politique".

La nouvelle loi permettra à Israël de s'approprier des centaines d'hectares de terres privées palestiniennes en Cisjordanie, contre une compensation en argent ou en terrains aux propriétaires. Elle a soulevé la très vive indignation des Palestiniens et des défenseurs de la solution à deux Etats.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG