Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

La justice sud-africaine rouvre un dossier sombre de l'apartheid

Des avocats lors d’un procès à la Haute cour de Pretoria, Afrique du Sud, 2 novembre 2016.

C'est un dossier criminel d'un autre temps, dont la vérité a été longtemps sacrifiée sur l'autel de la réconciliation post-apartheid. Près d'un demi-siècle après les faits, la justice sud-africaine va pourtant le rouvrir, au risque de raviver des blessures du passé.

Militant clandestin du Parti communiste (SACP), Ahmed Timol, 30 ans, est arrêté au soir du 22 octobre 1971 à Johannesburg. Après cinq jours de détention il est déclaré mort, victime d'une chute du dixième étage du quartier général de la police.

Le verdict de l'enquête ouverte par les autorités est sans appel. Le militant anti-apartheid s'est suicidé.

"Au vu du témoignage, le meurtre est exclu et le seul fait de l'imaginer est ridicule", conclut alors le juge JJL de Villiers, "le défunt a sauté par la fenêtre et s'est écrasé au sol, il serait absurde d'envisager autre chose". Affaire classée.

La famille et les proches d'Ahmed Timol n'ont jamais cru à ces conclusions. A commencer par son frère cadet, qui a lui aussi connu les geôles du régime raciste blanc de l'époque.

"Personne ne peut dire s'il a été poussé par la fenêtre ou forcé à sauter, mais j'ai toujours été convaincu qu'Ahmed était mort entre les mains de la police", assure Mohammad Timol.

"Il a été horriblement torturé", renchérit le neveu de la victime, Imtiaz Cajee. "Si vous regardez les photos de son corps, personne ne peut croire à un suicide", ajoute-t-il, "en 1971 (...) tout le monde savait que la police tuait les personnes en détention".

Fort de cette conviction, le neveu s'est mis en tête de faire éclater la vérité sur la mort de son parent. Par tous les moyens.

- 'Tu as prié pour ton oncle ?' -

Pendant des années, Imtiaz Cajee a sollicité les médias, créé une fondation, organisé des expositions, publié un livre et même, avec une ONG, recruté un enquêteur privé. Jusqu'à ce qu'en octobre dernier, le parquet accepte enfin de rouvrir le dossier.

"Il existe des preuves irréfutables qui nécessitent la réouverture de l'enquête dans l'intérêt de la justice", lui a écrit un procureur.

Un magistrat a été chargé de l'affaire et la première audience d'un procès fixée au 26 juin devant un tribunal de Johannesburg. Pour Imtiaz Cajee, c'est l'aboutissement d'un long combat.

"Je n'ai que des souvenirs très flous de mon oncle. Quand il a été tué, je n'avais que 5 ans", raconte-t-il. "Mais je suis beaucoup allé au cimetière avec mes grands-parents. Ma grand-mère me disait toujours +tu as prié pour ton oncle ?+".

En avril 1996, son aïeule raconte la fin d'Ahmed Timol devant la Commission vérité et réconciliation (TRC), qui révèle sur la place publique les horreurs de l'apartheid.

Imtiaz Cajee est bouleversé. "Ce jour-là, j'ai fait le voeu de tout faire pour préserver l'honneur et l'héritage de mon oncle".

Malgré le témoignage très émouvant de sa grand-mère, le dossier retombe dans l'oubli. Comme dans beaucoup d'autres affaires exposées devant la TRC, la justice ne prend pas le relais. Officiellement faute de preuves.

Qu'à cela ne tienne, le neveu refait l'enquête, déterre de vieux documents et, en 2002, soumet une demande de réouverture de l'enquête au parquet national sud-africain. Qui la refuse sèchement quatre ans plus tard.

- Donner l'exemple -

"Ne pas rouvrir ces dossiers était clairement une décision politique", estime Yasmin Sooka, directrice de la Fondation pour les droits de l'homme (FHR) et ex-membre de la TRC.

Dans les rangs du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, on faisait valoir que ces enquêtes pouvaient mettre en cause certains de ses membres, rappelle-t-elle. "Menace ou pas, ça explique la réticence du gouvernement à relancer ces affaires".

Avec l'aide de la FHR, Imtiaz Cajee sollicite à nouveau en 2016 la réouverture de l'affaire, et cette fois l'obtient.

Même si tous les policiers impliqués sont aujourd'hui décédés, il attend beaucoup du procès qui s'annonce. "Le juge de Villiers a écrit qu'Ahmed Timol s'était suicidé, que personne n'était responsable de sa mort. Je veux l'annulation de ces conclusions".

Même un demi-siècle plus tard, certains s'y opposent toujours.

Un groupe d'ex-chefs de la police du régime d'apartheid est ainsi ressorti de l'ombre pour défendre la thèse du suicide. "Les services de sécurité n'avait absolument aucune raison de tuer Timol", a affirmé son porte-parole, JP Botha.

Au-delà du seul cas d'Ahmed, la famille Timol espère que son combat fera jurisprudence. En Afrique du Sud, de nombreuses autres familles de victimes attendent toujours la vérité sur les "années de plomb" de l'apartheid.

"L'absence de poursuites, c'est la trahison des idéaux sur lesquels l'Afrique du Sud nouvelle a été bâtie", souligne Yasmin Sooka, "il est important de rompre avec l'impunité".

"Cela fait quarante-cinq ans mais la justice n'arrive jamais trop tard", croit Mohammad Timol, "elle finit toujours par être rendue".

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Un groupe armé attaque un village dans l'ouest

La mairie d’Alindao, à 400 km au sud-est de Bangui, Centrafrique, 29 novembre 2018. (VOA/ Felix Yepassis-Zembrou)

Des éléments du groupe armé Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont attaqué lundi le village de Lokoti, dans l'ouest du pays, où ils ont incendié des véhicules et pris en otage onze personnes, a appris mercredi l'AFP de la gendarmerie locale.

"Ils sont entrés dans le village, ont incendié deux camions ainsi qu'une moto", a indiqué à l'AFP une source à la gendarmerie de Bouar, ville située à environ 70 km de Lokoti.

Onze personnes ont été prises en otage par les éléments du FDPC, les autres villageois ont réussi à prendre la fuite, a précisé cette source.

"Les casques bleus sont dans une phase d'action et de recherche dans la zone", a indiqué mercredi à la presse le porte-parole de la MINUSCA (mission des Nations unies pour la stabilisation de la Centrafrique) Vladimir Monteiro.

Début avril, une opération militaire avait été lancée par la Minusca dans la zone contre ce groupe implanté localement, mais sans influence nationale.

L'ONU reprochait au groupe armé d'avoir érigé des barricades sur la route nationale 1, la seule permettant d'approvisionner Bangui depuis le Cameroun, et volé une dizaine de pick-up.

Le Premier ministre centrafricain, Firmin Ngrebada, avait alors "appelé à la raison" le FPDC. " (Nous) n'avons pas signé un accord de paix pour revenir à la guerre", avait-il déclaré.

Après la signature d'un accord de paix début février entre Bangui et 14 groupes armés, dont le FDPC, ce dernier avait érigé des barricades en signe de mécontentement vis-à-vis des autorités qui, selon lui, n'avaient "pas respecté" l'accord dans la formation du gouvernement.

Un nouveau round de négociations avait eu lieu mi-mars en Ethiopie, et un nouveau gouvernement avait été nommé le 22 mars.

Si le leader du groupe, Abdoulaye Miskine, avait décliné le poste ministériel qui lui était destiné, l'un de ses proches avait été nommé "conseiller spécial" à la Primature et l'autre préfet de la Nana-Mambéré, région de l'ouest.

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile.

Ghassan Salamé espère une avancée dans ses contacts avec les belligérants lybiens

Le nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, à gauche, lors d’une conférence de presse aux côtés du Premier ministre du gouvernement libyen de l’accord national (GNA) Fayej Seraj, et ministre des affaires étrangères Taher Siala à Tripoli, L

L'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé, a dit mercredi à Rome espérer que les contacts qu'il a pu avoir avec les belligérants sur le terrain "portent leurs fruits" avant le ramadan.

"J'espère que les contacts que nous avons rétablis avec les deux belligérants puissent porter leurs fruits avant le début du ramadan", a déclaré M. Salamé lors d'un point de presse à l'issue d'une rencontre avec le ministre italien des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi.

Le ramadan, période de jeûne pour les musulmans, débute cette année le 5 mai au soir.

M. Salamé n'a pas caché les difficultés qu'il reste à résoudre avant que le processus de stabilisation de ce pays en proie au chaos depuis 2011 puisse reprendre avec quelque chance de réussite.

Tout était prêt pour la conférence nationale, prévue mi-avril et censée préparer le terrain à des élections en Libye, avant que le maréchal Khalifa Haftar ne lance son offensive contre la capitale Tripoli, a affirmé l'envoyé de l'Onu.

Elle est aujourd'hui en suspens, mais pas annulée, a-t-il ajouté, précisant toutefois qu'il fallait aussi "un fort soutien de la part de la communauté internationale". Or, a-t-il déploré, celle-ci est divisée, notamment au niveau du Conseil de sécurité de l'Onu, qui n'est pas parvenu à se mettre d'accord sur un projet de résolution sur la Libye.

Sur le terrain, les combats s'enlisaient près de trois semaines après le début de l'offensive de Khalifa Haftar contre Tripoli, siège du gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Un blogueur reste en "détention" dans l'attente du jugement de la Cour suprême

Une manifestation à Nouakchott, Mauritanie, 12 septembre 2012.

Le blogueur Mohamed Cheikh Ould Mkhaïtir, considéré par des ONG comme "symbole de la répression" en Mauritanie, reste en "détention" dans l'attente d'une décision de la Cour suprême, a déclaré mercredi le ministre de la Justice.

Le blogueur de 35 ans, condamné à mort en 2014 pour "apostasie", puis à deux ans de prison en appel en 2017, est considéré le "symbole de la répression en Mauritanie" par des organisations de défense des droits humains.

Mohamed Cheikh Ould Mkhaïtir est en "détention provisoire" et "seule la Cour suprême pourra statuer sur son sort", a déclaré le ministre mauritanien de la Justice Dia Moctar Malal devant l'Assemblée nationale, sans donner de date pour ce jugement.

Ayant passé quatre années en détention provisoire entre son arrestation et le jugement en appel, M. Ould Mkhaïtir aurait dû être remis en liberté après la réduction de peine, le pourvoi en cassation déposé par le parquet n'étant pas suspensif. Mais il a été placé en "détention administrative" dans un lieu inconnu, selon les autorités.

"Ni l'exécutif, ni le législatif ne peuvent imposer une décision le concernant", a encore déclaré le ministre, alors que cette affaire a déchaîné les passions en Mauritanie.

Le jeune homme avait été reconnu coupable d'apostasie (le fait de renier sa religion) pour un article sur internet taxé de blasphème envers le prophète de l'islam, Mahomet. Mais il avait ensuite exprimé son repentir.

En 2017, l'annonce de la réduction de sa peine en appel avait provoqué des manifestations de protestation et le gouvernement mauritanien avait, en avril 2018, adopté un projet de loi durcissant la législation contre les auteurs d'apostasie et de blasphème, rendant la peine de mort obligatoire contre eux même en cas de repentir.

Soudan : la contestation promet une marche d'un million de manifestants

Omar el-Béchir, président du Soudan, écoute Hosni Mubarak lors d'une réunion au Caire, le 22 février 2009.

Le mouvement de contestation au Soudan a encore accru la pression mercredi sur les dirigeants militaires en brandissant la menace d'une "grève générale" et appelé à une "marche d'un million" de personnes jeudi pour réclamer un transfert rapide du pouvoir à une administration civile.

Le Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis le renversement par l'armée du président Omar el-Béchir le 11 avril sous la pression de la rue, a annoncé peu après avoir invité les leaders de la contestation à une réunion.

"Le Conseil militaire convie les chefs de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC) à une réunion ce soir au palais présidentiel", a indiqué cet organe dans un communiqué, en référence à la coalition qui regroupe les principales formations de la contestation.

Plus tôt lors d'une conférence de presse, un haut responsable de l'opposition, Omar el-Digeir, a déclaré que les leaders du mouvement de contestation étaient prêts à parler directement avec le chef du Conseil militaire, le général Abdel Fattah al-Burhane.

- "Prêts à discuter" -

"Nous sommes prêts à discuter avec le chef du Conseil militaire et je pense que le problème peut être résolu par le dialogue", a déclaré Omar el-Digeir à la presse.

Les responsables du mouvement de contestation avaient annoncé dimanche la suspension des discussions avec le Conseil militaire, le considérant comme un "prolongement du régime" de M. Béchir.

Depuis le 6 avril, des manifestants sont rassemblés jour et nuit devant le quartier général de l'armée à Khartoum. Après avoir demandé dans un premier temps le départ du président, ils réclament désormais le transfert du pouvoir à une autorité civile.

Mercredi, des centaines de personnes venues de la ville de Madani (centre) ont rejoint les manifestants dans la capitale en scandant "Nous sommes venus de Madani et nous réclamons le pouvoir civil", selon des témoins.

Des centaines de manifestants venus d'Atbara (centre) étaient arrivés en train la veille pour rejoindre le sit-in, certains agitant des drapeaux soudanais sur les toits des wagons.

Interrogé lors d'une conférence de presse sur les actions prévues en cas de refus du Conseil militaire d'accéder aux revendications des manifestants, l'un des leaders de la contestation, Siddiq Farouk, a menacé mercredi d'une "escalade".

"Nous nous préparons à une grève générale" à travers le pays, a-t-il affirmé.

Ahmed al-Rabia, figure de l'Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation, a lui appelé à une "marche d'un million de personnes pour jeudi".

Pour la première fois, des juges devraient rejoindre les manifestants. Ils se mobiliseront "pour soutenir le changement et pour (réclamer) un système judiciaire indépendant", selon un communiqué diffusé mercredi par une association professionnelle de juges.

Dimanche, le général Burhane avait promis que l'armée répondrait dans la semaine aux demandes des manifestants.

La contestation au Soudan, déclenchée le 19 décembre après la décision du gouvernement Béchir de tripler le prix du pain, s'est rapidement transformée en contestation inédite du président aujourd'hui déchu et emprisonné, et plus largement du système en place.

- "Demande légitime" -

Le mouvement a reçu le soutien de Washington qui a dit appuyer "la demande légitime" des Soudanais d'un gouvernement dirigé par des civils.

"Nous sommes ici pour encourager les parties à oeuvrer ensemble afin de faire avancer ce projet au plus tôt", a déclaré mardi à l'AFP Makila James, responsable du département d'Etat américain chargée de l'Afrique de l'Est en visite à Khartoum.

"Le peuple du Soudan a formulé clairement sa demande", a-t-elle souligné. "Nous voulons le soutenir dans cela, c'est la meilleure voie pour aller vers une société respectueuse des droits humains".

Un responsable américain avait indiqué plus tôt en avril que les Etats-Unis étaient prêts à retirer le Soudan de leur liste des pays accusés de soutenir le terrorisme si le Conseil militaire engageait un "changement fondamental" de gouvernance.

Une délégation soudanaise se rendra "cette semaine ou la semaine suivante" à Washington pour discuter d'un éventuel retrait de cette liste, a déclaré dimanche le général Burhane.

Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 1989, M. Béchir a dirigé d'une main de fer un pays miné par une situation économique désastreuse et par des rébellions dans plusieurs régions. La Cour pénale internationale (CPI) a lancé des mandats d'arrêt contre lui pour "crimes de guerre" et "génocide" dans la région du Darfour (ouest).

Plusieurs pays africains réunis sous la houlette de l'Egypte ont appelé mardi à une "transition pacifique et démocratique" d'ici trois mois au Soudan, un délai plus long que les 15 jours accordés récemment par l'Union africaine (UA) aux militaires pour céder le pouvoir.

Décès au Qatar d'Abassi Madani, chef historique du FIS algérien

Algerie

Abassi Madani, chef historique du Front islamique du Salut (FIS), parti islamiste d'opposition dissous en 1992 qui militait pour la création en Algérie du premier Etat islamique du Maghreb, est décédé mercredi au Qatar où il vivait en exil depuis 2003, a dit à l'AFP Ali Belhadj, son ex-bras droit.

"Il est mort dans un hôpital de Doha après une longue maladie", a déclaré M. Belhadj, disant avoir été informé par la famille de Madani, décédé à 88 ans et avec lequel il avait cofondé le FIS en 1989.

M. Madani avait appelé à la lutte armée après l'interruption en 1992 par l'armée du processus électoral, face à la victoire annoncée du FIS aux premières législatives multipartites du pays qui allait plonger l'Algérie dans une décennie noire de guerre civile, dont le bilan officiel est de 200.000 morts.

Madani "voulait être enterré en Algérie. Mais j'ignore si cela va être possible", a poursuivi M. Belhadj indiquant que cela dépendrait des autorités algériennes.

Ancien chef de l'Armée islamique du Salut (AIS), bras armée du FIS, Madani Mezrag a confirmé le décès de Madani à l'AFP, indiquant avoir lui aussi été informé par la famille.

Voir plus

XS
SM
MD
LG