Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

La Fondation Gates va investir 45 millions de dollars au Burkina Faso

Bill et Melinda Gates à New York, le 22 février 2016.

La Fondation Gates va investir 45 millions de dollars dans des programmes de nutrition et de planification familiale au Burkina Faso, a annoncé mardi Melinda Gates, au cours d'une visite à Ouagadougou.

"La Fondation Bill & Melinda Gates annonce un investissement de 45 millions de dollars (23,5 milliards FCFA) sur trois ans dans divers programmes visant à améliorer la nutrition et la santé des femmes et des enfants au Burkina Faso", a résumé la fondation dans un communiqué.

La plus grande partie de cet investissement, 34 millions de dollars, est destinée à financer des programmes de nutrition qui visent à promouvoir l'alimentation optimale du nourrisson et du jeune enfant, ainsi qu'à améliorer l'accès des familles à des régimes alimentaires nutritifs et abordables.

>> Lire aussi : 600 millions de dollars pour la recherche en agriculture sur le climat

Dix millions de dollars seront alloués à des programmes de contraception, qui doivent permettre aux femmes de planifier et d'espacer leurs grossesses.

Le Burkina Faso, un des pays les moins développés de la planète, a de grandes difficultés à maîtriser sa démographie, qui augmente au rythme d'environ 3% par an.

>> Lire aussi : Bill Gates investit dans la lutte contre Alzheimer

"Nous sommes convaincus que les femmes sont au centre de la famille et si elles s'élèvent, nous faisons le bon investissement que le gouvernement du Burkina Faso fait déjà, elles élèveront le reste de la famille", a déclaré Melinda Gates, lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Santé au Burkina Faso, Nicolas Méda.

Mme Gates a également annoncé la création d'un fond de contrepartie. A travers ce fonds, la fondation investira un FCFA pour chaque FCFA supplémentaire investi par le gouvernement dans les contraceptifs à hauteur de 15 millions de dollars. Ce fond concernera neuf pays: Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Guinée: Condé laisse une nouvelle fois planer le doute sur une candidature

Alpha Condé lors d'une réunion à Bruxelles, le 7 octobre 2017

Le président de la Guinée Alpha Condé, en visite officielle à Abidjan, a une nouvelle fois laissé planer le doute sur une modification de la Constitution qui lui permettrait de briguer un troisième mandat en 2020.

"Il y a un débat en Guinée. Moi j'observe (...), ce qui est évident c'est que le peuple guinéen est un peuple souverain, (...) qu'on ne peut pas empêcher le peuple de s'exprimer s'il le souhaite", a-t-il répondu à la presse qui l'a interrogé sur le sujet.

Il a aussi fait valoir qu'il n'avait "de comptes à rendre qu'au peuple de Guinée et éventuellement au peuple africain, mais pas à l'extérieur". "Je fais ce qui sera la volonté du peuple de Guinée. Pour le moment (...) je laisse le débat se dérouler dans le pays", a-t-il ajouté.

Les principaux partis d'opposition guinéens, ainsi que des associations de la société civile et des syndicats, ont annoncé début avril la création d'une coalition pour empêcher Alpha Condé de briguer un troisième mandat en 2020.

Ancien opposant historique et premier président démocratiquement élu de cette ex-colonie française d'Afrique de l'Ouest régie jusqu'alors par des pouvoirs autoritaires, Alpha Condé, dont le deuxième mandat constitutionnel s'achève en 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats sur le continent.

M. Condé, 81 ans, n'a jusqu'à présent pas annoncé de modification de la Constitution afin de pouvoir se représenter en 2020, mais plusieurs de ses déclarations récentes ont été interprétées en ce sens. "Personne en Guinée ne m'empêchera d'aller devant le peuple pour lui demander ce qu'il veut et faire la volonté du peuple", avait-il dit le 24 mars devant les militants de son parti.

En janvier, la présidence avait publié des propos de l'ambassadeur de Russie, suggérant d'amender la Constitution pour permettre au chef de l'Etat de briguer un troisième mandat, au grand dam de l'opposition et de la société civile.

Le président ivoirien Alassane Ouattara, 77 ans, dont le deuxième mandat se termine également en 2020, entretient lui aussi le mystère quant à une éventuelle candidature. Il estime avoir le droit de se représenter en raison d'un changement de Constitution en 2016, ce que conteste l'opposition.

Avec AFP

A la découverte de l'Institut Mohammed VI

A la découverte de l'Institut Mohammed VI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Mané dans l'équipe type de l'année en Premier League

Mané dans l'équipe type de l'année en Premier League
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

Un vaccin contre le palus en expérimentation dans trois pays africains

Un vaccin contre le palus en expérimentation dans trois pays africains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:16 0:00

Un million de voix pour la liberté

Un million de voix pour la liberté
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG