Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La délicate question de la prise en charge des urgences médicales


Ndeye passe ses journées à l’hôpital depuis l’hospitalisation de sa mère le 31 décembre 2019, 13 janvier 2020. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Au Sénégal, des cas d'urgence non pris en charge convenablement sont souvent décriés par les patients et leurs accompagnants. Et pour y remédier le ministre de la Santé a pris des mesures.

À l'hôpital de Fann, le service des urgences tourne à plein régime tout au long de la journée mais cela n'empêche pas les blouses blanches de prendre en charge les patients de la meilleure des manières.

De nouvelles mesures pour mieux traiter les urgences à l'hôpital
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00


Au chevet de sa mère malade, Ndeye explique comment celle-ci a été prise en charge dès son arrivée. "Je peux dire que la décision du ministre a été appliquée à la lettre", affirme d'emblée celle dont la maman est hospitalisée au service neurologie. Arrivée le 31 décembre, sa mère a été pris en charge directement sans contrepartie financière immédiate.

"C’est une dizaine de jours après son hospitalisation qu’on m’a appelé dans le bureau du major pour me demander une caution", confie Ndeye qui ajoute que c’est juste l’IRM qui a nécessité un déplacement en ambulance dans une clinique parce qu’ici "la machine pour l’IRM est en panne".

Pour d'autres, l'expérience a failli tourner au drame. Kara Mbaye raconte comment il a attendu des heures avec son ami malade avant d'être convenablement pris en charge.

"Nous étions venu vers 5 heures du matin mais on a attendu jusqu’à 9 heures pour que le service commence le travail. On a attendu encore jusqu’à 13 heures pour être accueilli, faire un scanner et il n’y avait pas beaucoup de suivi par la suite", peste le jeune homme.

Il ajoute que la dégradation de l'État de son ami l'a poussé a appelé un médecin qui a constaté que le malade avait une forte fièvre et c'est ainsi qu'il l’a mis sous perfusions après "on nous a dit qu'il devait être hospitalisé au service des maladies infectieuses vu que son paludisme s’était un peu aggravé ce que l’on appelle en médecine neuro-paludisme".

Kara Mbaye pense que cela est un manque de suivi parce que s'il n'avait pas constaté le tremblement et la température du malade qui était en train d’augmenter, "c’est lui qui allez payer les pots cassés".

Les structures sanitaires font ce qu'il faut mais certains accompagnateurs sont souvent en état de choc et ne parviennent pas à s'organiser comme il faut. C'est du moins l'avis d’Amadou Lamine Fall, chef du service de la communication et de l'information du Centre Hospitalier Universitaire de Fann.

Ce dernier estime que du côté de la population pour la plupart du temps "quand tu as un malade tu es effaré, égaré et c’est normal d'aller à la structure sanitaire la plus proche".

Mais d'après lui, une fois arrivé à l'urgence si le cas ne peut pas directement être pris en charge par l'hôpital, le médecin le consulte, le conditionne et le met dans l'ambulance pour l'orienter vers la structure la plus habilitée à le prendre.

"Les populations, on ne peut pas les critiquer parce qu’elles ne savent pas pour l'essentiel", affirme le chef du service de la communication et de l'information du Centre Hospitalier Universitaire de Fann.

Pour lui, une sensibilisation doit se faire de manière à expliquer davantage que l’urgence est prise par tel ou tel hôpital cependant il reconnaît que dans tous les cas quelle que soit l’urgence, il peut normalement être pris en charge par n’importe quel hôpital.

Dorénavant, le ministère de la santé oblige les hôpitaux à prendre en charge prioritairement les malades qui arrivent en situation d'urgence. Faute de places ou de conditions de prise en charge optimale, le patient devra être référencé et évacué en ambulance vers une structure sanitaire qui pourra s'assurer de sa prise en charge à l'arrivée.

XS
SM
MD
LG