Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La Coupe d'Allemagne en apéritif sur fond de scandales


Thomas Mueller (G) et Jerome Boateng du Bayern Munich jubilent après leur but, lors d’un match de la bundesliga, le 24 août 2018.

Les clubs de Bundesliga débutent leur saison ce week-end par le premier tour de la Coupe d'Allemagne, mais la fête est ternie par quelques affaires aux relents de racisme qui empoisonnent le football allemand.

Dortmund, qui vient de remporter samedi la Supercoupe contre le Bayern Munich (2-0) est le premier des "gros" à entrer en lice, vendredi à 20h45 (18H45 GMT) contre Uerdingen (D3).

Le finaliste sortant Leipzig aura dimanche une partie difficile à Osnabrück (D2) (15h30/13H30GMT). Tandis que le Bayern, tenant du titre, se déplace lundi soir (20h45/18H45 GMT) sur la pelouse du modeste Energie Cottbus, une formation de 4e division de l'ex-RDA.

La Bundesliga débutera le week-end suivant, avec une première journée étalée de vendredi à dimanche.

Mais les pages sportives des journaux des derniers jours ont surtout été occupées par les "scandales", plus que par la Coupe: à Schalke, le grand club de Gelsenkirchen, le président Clemens Tönnies a été suspendu de ses fonctions pour trois mois après des propos controversés à propos des Africains.

Lors d'un conférence professionnelle non liée au football, M. Tönnies a plaidé pour la construction de centrales électriques en Afrique: "Comme ça, les Africains arrêteraient d'abattre des arbres et cesseraient, lorsqu'il fait sombre, de faire des enfants", a-t-il argumenté.

Face au tollé, le club l'a suspendu.

Par ailleurs, le club de Chemnitz (D3) a purement et simplement licencié son capitaine Daniel Frahn, pour ses sympathies affichées avec la mouvance néo-nazie.

Fin juillet, deux commentateurs de la chaîne TV du Borussia Dortmund, dont l'ancien joueur Patrick Owomoyela, avaient été sanctionnés après des dérapages verbaux lors d'un match amical, où Owomoyela avait notamment imité la voix d'Adolf Hitler à l'antenne.

XS
SM
MD
LG