Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

La Corée du Nord tire trois missiles balistiques

Pyongyang promet de frapper de nouveau en cas de besoin

Pyongyang a mené mardi trois tirs d'essai de missiles balistiques, nouveau geste de défi envers la communauté internationale en réaction apparente au déploiement prévu en Corée du Sud d'un bouclier antimissiles américain parmi les plus performants du monde.

Ces tirs ont été aussitôt condamnés par les Etats-Unis et le Japon, qui ont annoncé une réaction coordonnée face aux violations répétées de Pyongyang des résolutions de l'ONU qui lui interdisent tout programme nucléaire et balistique.

Deux missiles Scud lancés ont parcouru entre 500 et 600 kilomètres en direction de la mer du Japon. Un troisième engin, qui serait un missile de portée intermédiaire Rodong, a été tiré environ une heure plus tard.

La trajectoire du Rodong est toujours en cours d'analyse, a dit Jeon Ha-Kyu, porte-parole de l'état-major sud-coréen interarmées.

Les Scuds ont une portée suffisante pour frapper tout le territoire sud-coréen et ces tirs ont vraisemblablement un rapport avec les dernières menaces nord-coréennes, selon l'armée sud-coréenne.

La semaine dernière, Pyongyang avait menacé de lancer une "action physique" contre le système antimissiles THAAD (Terminal High Altitude Area Defence) américain.

Le déploiement est prévu d'ici la fin 2017 dans le comté de Seongju, région rurale à environ 200 kilomètres au sud-est de la capitale.

Il a été décidé à la suite d'une série de tirs de missiles qui montrent, selon les analystes, que Pyongyang progresse dans ses efforts pour mettre au point un missile intercontinental (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain.

Le système THAAD tire des missiles conçus pour intercepter et détruire des missiles balistiques alors qu'ils sont encore juste à l'extérieur de l'atmosphère ou bien qu'ils viennent d'y entrer, durant leur dernière phase de vol.

Selon une source militaire sud-coréenne, le Scud est probablement l'arme que choisirait Pyongyang pour toucher Seongju.

"Nous condamnons fermement ces tests et les autres essais de missiles récents menés par la Corée du Nord en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", a réagi le porte-parole du Pentagone Gary Ross.

- Tirs à répétition -

"Nous avons l'intention d'exprimer notre préoccupation aux Nations unies afin de renforcer la détermination internationale à tenir (la Corée du Nord) pour responsable de ces provocations", a-t-il dit.

Le ministre japonais de la Défense Gen Nakatani a jugé que ces tirs "compromettaient la paix et la sécurité dans la région, y compris du Japon".

"Le gouvernement japonais va renforcer sa coopération avec les pays concernés, en l'occurrence les Etats-Unis et la Corée du Sud, et appelle avec insistance la Corée du Nord à faire preuve de retenue", a déclaré M. Nakatani.

Depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier, suivi le 7 février par un tir de fusée généralement considéré comme un essai de missile balistique déguisé, les tensions ne cessent de s'aggraver dans la péninsule coréenne.

Le 9 juillet, Pyongyang a annoncé avoir testé un missile balistique lancé par sous-marin.

Le 22 juin, la Corée du Nord avait tiré deux missiles de moyenne portée Musudan, capable en théorie de toucher les bases américaines sur l'île de Guam, dans le Pacifique.

En mars, elle avait lancé des Scuds en réponse à des exercices militaires conjoints menés par la Corée du Sud et les Etats-Unis.

La Corée du Nord disposerait selon les médias d'environ 600 Scuds, développés par l'ex-URSS et modifiés par Pyongyang. Leur portée varierait entre 300 et 700 kilomètres.

Outre ses menaces contre THAAD, Pyongyang a annoncé la semaine dernière la rupture d'un des derniers canaux de communication encore existants avec Washington en raison de sanctions américaines contre son dirigeant Kim Jong-Un.

Selon l'Institut américano-coréen de l'Université Johns-Hopkins, la Corée du Nord maintien de plus un haut niveau d'activité sur son site d'essai nucléaire de Punggye-ri.

S'il n'est pas possible de dire s'il s'agit des préparatifs à un cinquième test nucléaire, "il est clair que la Corée du Nord s'assure que le complexe est dans un état de préparation qui lui permettrait de conduire de futurs essais nucléaires si Pyongyang venait à en donner l'ordre", selon l'institut.

Avec AFP

Toutes les actualités

Plus d'un million de décès liés au coronavirus dans le monde

Des travailleurs déplacent un cercueil vers un site d'inhumation des victimes du coronavirus au cimetière de Keputih à Surabaya, en Indonésie, le 15 juillet 2020. (Photo by Juni Kriswanto / AFP)

La maladie COVID-19 a tué plus d’un million de personnes à travers le monde, selon un décompte de Reuters actualisé mardi.

Le nombre de décès dus au nouveau coronavirus cette année est désormais deux fois plus élevé que le nombre de personnes qui meurent chaque année du paludisme.

Le taux de mortalité a augmenté ces dernières semaines en raison de la recrudescence des infections dans plusieurs pays.

"Notre monde a atteint une étape angoissante", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans un communiqué.

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00


Il n'a fallu que trois mois pour que le nombre de décès liés à la maladie COVID-19 double, passant d'un demi-million à un million, un taux de mortalité en accélération depuis que le premier décès a été enregistré en Chine début janvier.

Plus de 5 400 personnes meurent dans le monde toutes les 24 heures, selon les calculs de Reuters. Cela équivaut à environ 226 personnes par heure, soit une personne toutes les 16 secondes.

Les États-Unis restent le pays le plus touché, avec 7,1 millions d'infections et plus de 205 000 morts.

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé avait noté une diminution globale des infections en Afrique.

100 millions de doses de vaccins en plus pour les pays pauvres

Des chercheurs travaillent sur un vaccin contre le nouveau coronavirus COVID-19 au laboratoire de recherche de l'Université de Copenhague, au Danemark, le 23 mars 2020.

Cent millions de doses supplémentaires de futurs vaccins contre le Covid-19 ont été réservées pour les pays pauvres, a annoncé mardi l'Alliance pour les vaccins (Gavi) qui collabore avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Début août, Gavi et la Fondation Bill & Melinda Gate avait déjà annoncé une collaboration avec le Serum Institute of India (SII), le plus grand fabricant mondial de vaccins en volume, pour livrer 100 millions de doses.

Les vaccins seront vendus à un prix maximal de 3 dollars par dose, avec la possibilité d'en obtenir plus.

Mis au point par les laboratoires pharmaceutiques suédo-britannique AstraZeneca et américain Novavax, ils seront ensuite fabriqués par le SII qui les reversera à la coalition contre le coronavirus lancée par l'OMS et baptisée Covax (Covid-19 Vaccine Global Access; accès mondial au vaccin contre le Covid-19).

Cette collaboration va permettre à l'institut indien d'augmenter dès à présent sa capacité de production afin que, une fois qu'un ou plusieurs vaccins auront obtenu l'approbation réglementaire et le feu vert de l'OMS, les doses puissent être distribuées dans les pays à faibles et moyens revenus pas avant le premier semestre 2021.

Dans le cadre de cette collaboration, le potentiel vaccin d'AstraZeneca sera mis à la disposition de 61 pays, tandis que celui de Novavax sera disponible pour l'ensemble des 92 pays soutenus par le mécanisme Covax.

"Aucun pays, riche ou pauvre, ne doit être laissé en queue de peloton en ce qui concerne les vaccins contre le Covid-19", a affirmé dans un communiqué le Dr Seth Berkley, directeur général de Gavi.

"A ce stade, il est important que les gouvernements, les institutions sanitaires et financières mondiales des secteurs publics et privés s'unissent pour veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte", a renchéri le directeur général du SII, Adar Poonawalla.

Le mécanisme Covax fait partie du dispositif international créé par l'ONU pour accélérer l'accès équitable aux outils de lutte contre le Covid-19, l'Accélérateur ACT. L'ONU n'a toutefois reçu que 3 milliards de dollars sur les 38 milliards demandés.

En Californie, un gadget pour détecter le Covid-19 dans l’haleine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Dans ce cadre, AstraZeneca s'est engagé en juin à distribuer 300 millions de doses à Gavi - en plus de l'accord conclu via l'institut indien.

L'OMS s'est fixé comme objectif de disposer de 2 milliards de doses de vaccins d'ici à la fin de 2021, alors que la pandémie du nouveau coronavirus a fait plus d'un millions de morts dans le monde depuis que les premiers cas sont apparus fin décembre en Chine.

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Arménie-Azerbaïdjan: 27 soldats séparatistes ont été tués dans les combats

Arménie-Azerbaïdjan: 27 soldats séparatistes ont été tués dans les combats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Minute Éco: restructuration de la dette angolaise et début de la Transgabonaise

Minute Éco: restructuration de la dette angolaise et début de la Transgabonaise
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG