Liens d'accessibilité

La constitution togolaise devrait limiter les mandats présidentiels, selon le Nigérian Obasanjo


L'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo à Harare, Zimbabwe, 2 août 2013.

L'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo a appelé le président togolais Faure Gnassingbé à instaurer une limite du nombre de mandats présidentiels dans la constitution après une série de massives manifestations anti-pouvoir au Togo cette semaine.

"Je crois qu'il (M. Gnassingbé) devrait mettre en place une nouvelle constitution qui contiendrait une limite du nombre de mandats durant lesquels quelqu'un peut être président, et qu'il devrait la respecter", a déclaré l'ancien chef d'Etat dans une interview diffusée vendredi soir sur la BBC.

Mains levées, quelques manifestants essaient d’entamer une marche avant d’être dispersés à Lomé, Togo, 19 août 2017. (VOA/Kayi Lawson)
Mains levées, quelques manifestants essaient d’entamer une marche avant d’être dispersés à Lomé, Togo, 19 août 2017. (VOA/Kayi Lawson)

M. Obasanjo qui, entre 1976 et 1979, a dirigé une junte qui a contrôlé le Nigeria, a esquivé les questions au sujet d'une éventuelle démission du président togolais, qui a pris le pouvoir il y a 12 ans à la mort de son père, Gnassingbé Eyadéma.

Le général Eyadéma avait dirigé le petit pays ouest-africain pendant près de 40 ans après un coup d'Etat militaire.

M. Obasanjo, premier président élu démocratiquement en 1999 au Nigeria après de longues années de dictature militaire, et dont les partisans avaient tenté sans succès de modifier la constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat, s'est demandé si Faure Gnassingbé avaient encore quelque chose à apporter au Togo.

"Je crois qu'il a dû épuiser toutes les idées qu'il a pu avoir en terme de développement, sauf s'il a quelque chose de nouveau à nous apprendre", a ajouté M. Obasanjo.

Mercredi et jeudi, les Togolais ont manifesté massivement à Lomé et dans une moindre mesure en province à l'appel d'une coalition de 14 partis, pour réclamer des réformes et le départ du président Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 12 ans, après avoir succédé à son père.

Ces rassemblements, d'une ampleur inédite depuis les sanglantes émeutes qui avaient suivi les élections de 2005, selon plusieurs observateurs, ont été notamment rendus possibles par l'alliance de l'opposition, qui a longtemps échoué à parler d'une seule voix.

Dans un communiqué publié à la suite du Conseil des ministres mardi soir, avant les manifestations, le gouvernement avait joué l'apaisement en annonçant des réformes constitutionnelles concernant la "limitation des mandats et le mode de scrutin".

Toutefois, la limitation à deux mandats présidentiels ne se fera pas de manière rétroactive selon le projet de loi. "Il n'y a pas de raison législative de le faire", a soutenu mercredi le ministre togolais de la Fonction publique, Gilbert Bawara.

Le parlement togolais doit se réunir mardi pour une session extraordinaire.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG