Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

La commission électorale "taillée sur mesure", accuse l'opposition pro-Gbagbo

Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Une coalition de l'opposition ivoirienne a "dénoncé" jeudi la nomination des 15 membres de la nouvelle commission électorale indépendante (CEI) qui devra organiser la présidentielle de 2020 en Côte d'Ivoire, accusant le pouvoir de se "tailler" une CEI "sur mesure.

Aucun membre du principal parti d'opposition, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), qui refuse la nouvelle CEI, ne figure dans le quota de l'opposition au sein de la CEI.

"Ensemble pour la démocratie et la souveraineté" (EDS) "dénonce et condamne la démarche cavalière du gouvernement et son obstination à vouloir se tailler une commission électorale sur mesure en vue des élections de 2020", souligne un communiqué, évoquant les "risques que fait peser sur la Côte d'Ivoire le refus de tout dialogue politique et la propension au passage en force du pouvoir".

EDS est une coalition qui regroupe des partis politiques, des associations de la société civile et le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président Laurent Gbagbo.

La nouvelle CEI, adoptée fin juillet, comprend 15 membres, contre 17 auparavant: un représentant du président de la République, un du ministre de l'Intérieur, six de la société civile, six des partis politiques - équitablement répartis entre le pouvoir et l'opposition - et un représentant du Conseil supérieur de la magistrature.

Pour EDS, "le pouvoir RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix) s'arroge 11" des 15 membres.

EDS estime que les membres nommés par la présidence de la République (1), ministère de l'intérieur (1), Conseil supérieur de la magistrature (1) et logiquement la majorité présidentielle RHDP (3) sont acquis à la cause du pouvoir mais accuse aussi quatre représentants de la société civile et une des trois représentantes de l'opposition (l'ancienne ministre Henriette Lagou) d'être favorables au camp présidentiel/

La Cour africaine des droits de l'Homme avait rendu en 2016 un arrêt jugeant l'ancienne CEI déséquilibrée et demandant au gouvernement de changer sa composition.

La crédibilité de la CEI est cruciale en vue de la présidentielle de 2020 qui s'annonce tendue, dix ans après la crise post-électorale ivoirienne, qui s'était soldée par plus de 3.000 morts après le refus du président Gbagbo d'admettre sa défaite face à l'actuel chef d'Etat, Alassane Ouattara.

Toutes les actualités

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale

Ouattara salue les 100 milliards de dollars pour l'Afrique au sommet avec la Banque mondiale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:36 0:00

Relance économique et vaccins au menu d'une réunion entre l'Afrique et la Banque mondiale

Un agent de santé au Soudan reçoit une dose d'AstraZeneca, le 9 mars 2021.

Les pays africains ont plaidé jeudi auprès de la Banque mondiale pour obtenir de nouveaux plans d'aide afin de financer leur relance économique et un meilleur accès à la vaccination contre le Covid-19, pour rattraper le lourd retard du continent dans ce domaine. 

"Beaucoup reste encore à faire pour surmonter cette crise, qui est globale. En effet, moins de 3% de la population totale en Afrique, a reçu une première dose de vaccin, contre environ 54% aux États-Unis et dans l'Union Européenne", a déploré le président ivoirien Alassane Ouattara, en ouvrant une réunion à Abidjan pour définir le futur soutien de la Banque mondiale aux pays africains.

"Nous ne nous lasserons jamais d'appeler à une restructuration de la dette accompagnée d'une politique audacieuse (...) pour soulager les besoins pressants de liquidités immédiates pour l'achat de vaccins et jeter les bases de la relance économique", a de son côté lancé Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine.

Cette réunion se tient, en présence d'une dizaine de chefs d'Etats africains, pour discuter de l'aide de la Banque mondiale à débloquer pour les trois prochaines années. Une dizaine de chefs d'Etats africains étaient physiquement présents à Abidjan.

Cette aide intervient par le biais de l'IDA (Association internationale de développement), l'institution du groupe qui aide les pays les plus pauvres de la planète.

Habituellement renouvelée tous les trois ans, elle a cette fois été avancée d'une année, pour subvenir aux besoins urgents nés de la crise sanitaire.

"Il y a un objectif clair: 40% de la population (africaine) vaccinée d'ici la fin de l'année et 60% d'ici le milieu de l'année prochaine. Nous en sommes loin, mais l'Union africaine a négocié un accord avec Johnson & Johnson pour avoir 400 millions de doses", a déclaré le n°2 de la Banque mondiale, Axel van Trotsenburg, reconnaissant que la crise du Covid-19 avait créé "un besoin massif de soutien" financier.

Kenya: l'argent destiné à la lutte contre le coronavirus a été détourné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Selon M. Faki, la crise a entraîné une augmentation "de 25 à 30 millions du nombre de chômeurs" sur le continent et "le retour de 40 millions de personnes dans l'extrême pauvreté".

Le volume annuel des prêts de l'IDA est en constante augmentation. Il a avoisiné, en moyenne, 22 milliards de dollars au cours des trois dernières années.

39 des 76 pays bénéficiaires de ces financements se trouvent en Afrique.

En mai, à Paris, la communauté internationale avait promis d'aider le continent sur le plan sanitaire, sans prendre d'engagement financier ferme.

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié

Le parti de Ouattara dénonce une "alliance de dupes" entre Gbagbo et Bédié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie

La lutte contre le mariage des enfants compromise par la pandémie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:08:42 0:00

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation

Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, chantres de la réconciliation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG