Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

La commission électorale "taillée sur mesure", accuse l'opposition pro-Gbagbo

Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Une coalition de l'opposition ivoirienne a "dénoncé" jeudi la nomination des 15 membres de la nouvelle commission électorale indépendante (CEI) qui devra organiser la présidentielle de 2020 en Côte d'Ivoire, accusant le pouvoir de se "tailler" une CEI "sur mesure.

Aucun membre du principal parti d'opposition, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), qui refuse la nouvelle CEI, ne figure dans le quota de l'opposition au sein de la CEI.

"Ensemble pour la démocratie et la souveraineté" (EDS) "dénonce et condamne la démarche cavalière du gouvernement et son obstination à vouloir se tailler une commission électorale sur mesure en vue des élections de 2020", souligne un communiqué, évoquant les "risques que fait peser sur la Côte d'Ivoire le refus de tout dialogue politique et la propension au passage en force du pouvoir".

EDS est une coalition qui regroupe des partis politiques, des associations de la société civile et le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président Laurent Gbagbo.

La nouvelle CEI, adoptée fin juillet, comprend 15 membres, contre 17 auparavant: un représentant du président de la République, un du ministre de l'Intérieur, six de la société civile, six des partis politiques - équitablement répartis entre le pouvoir et l'opposition - et un représentant du Conseil supérieur de la magistrature.

Pour EDS, "le pouvoir RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix) s'arroge 11" des 15 membres.

EDS estime que les membres nommés par la présidence de la République (1), ministère de l'intérieur (1), Conseil supérieur de la magistrature (1) et logiquement la majorité présidentielle RHDP (3) sont acquis à la cause du pouvoir mais accuse aussi quatre représentants de la société civile et une des trois représentantes de l'opposition (l'ancienne ministre Henriette Lagou) d'être favorables au camp présidentiel/

La Cour africaine des droits de l'Homme avait rendu en 2016 un arrêt jugeant l'ancienne CEI déséquilibrée et demandant au gouvernement de changer sa composition.

La crédibilité de la CEI est cruciale en vue de la présidentielle de 2020 qui s'annonce tendue, dix ans après la crise post-électorale ivoirienne, qui s'était soldée par plus de 3.000 morts après le refus du président Gbagbo d'admettre sa défaite face à l'actuel chef d'Etat, Alassane Ouattara.

Toutes les actualités

Le parti de Gbagbo appelle le président Ouattara au "dialogue"

Le président du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N'Guessan, prononce un discours lors du congrès du parti FPI le 27 juillet 2018. (Photo Sia KAMBOU / AFP)

Le Front populaire ivoirien (FPI) fondé par l'ex-président Laurent Gbagbo, autorisé sous conditions à quitter la Belgique où il était assigné à résidence, a évoqué son retour en Côte d'Ivoire appelant le président Alassane Ouattara au "dialogue". 

"Nous avons lancé un appel au président Ouattara (...) pour qu'il saisisse "cette opportunité pour engager la Côte d'Ivoire sur la voie de la vraie réconciliation et de la paix durable", a affirmé à l'AFP Assoua Adou, le secrétaire général du FPI.

"Dans la Constitution, il est dit que nul Ivoirien ne peut être contraint de rester en exil. C'est à lui (Ouattara) de prendre ses responsabilités pour que Laurent Gbagbo rentre dans son pays", a poursuivi l'ancien ministre. "Quand tu commandes un pays, ton plus grand souhait, c'est que ton pays soit en paix. Donc ce qui peut entraîner des troubles, tu évites. Je pense que le gouvernemet va éviter tout ce qui n'est pas bon pour la stabilité ou la paix".

M. Assoua Adou n'a pas voulu se prononcer sur une date de retour et notamment si M. Gbagbo reviendrait avant la présidentielle d'octobre. "Ca dépend de lui (Gbagbo). Il est libre, C'est lui qui décide s'il doit venir ou s'il doit attendre".

De son côté, le Cojep (Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples), le parti de l'ex-dirigeant politique Charles Blé Goudé, qui a bénéficié des mêmes mesures de la CPI, a également appelé au "dialogue", estimant qu'il ne s'agissait pas d'une "victoire d'un camp sur un autre".

"Nous avons une nation à construire et non des clans à développer (...) c'est un pas décisif vers la paix et la réconciliation", a affirmé le Dr Patrice Saraka

Ce dernier a estimé que les condamnations en Côte d'Ivoire pesant sur les épaules de MM. Gbagbo et Blé Goudé étaient "politiques" et pouvaient être effacées par le pouvoir politique. Il a toutefois précisé que "MM. Gbagbo et Ble Goudé ne sont pas des kamikazes" sous entendant que ceux-ci ne rentreraient qu'après "un dialogue" avec les autorités ivoiriennes.

Dans l'attente de leurs procès en appel, la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé jeudi autoriser sous conditions M. Gbagbo et Blé Goudé à quitter les pays où ils sont assignés à résidence (respectivement la Belgique et les Pays-Bas), depuis leur acquittement en 2019 d'accusations de crimes contre l'humanité. Ces pays doivent notamment accepter au préalable de les recevoir, rendant incertain un retour immédiat en Côte d'Ivoire.

Après plus de sept ans de détention, Laurent Gbagbo, 74 ans, a été reconnu non coupable en janvier 2019 de crimes commis entre 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales en Côte d'Ivoire, qui avaient fait quelque 3.000 morts en cinq mois.

Début novembre 2019, la justice ivoirienne a condamné en appel M. Gbagbo par contumace à 20 ans de prison pour le "braquage" de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest pendant la crise post-électorale.

M. Blé Goudé a été condamné en décembre 2019 à 20 ans de prison pour des crimes commis pendant la crise.

L’ex-président Laurent Gbagbo autorisé à quitter la Belgique sous conditions

L’ex-président Laurent Gbagbo autorisé à quitter la Belgique sous conditions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Laurent Gbagbo est désormais libre de voyager

Laurent Gbagbo est désormais libre de voyager
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

La CPI permet à l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo de quitter la Belgique

La CPI permet à l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo de quitter la Belgique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Minute Eco: le brut ivoirien a augmenté de 12%

Minute Eco: le brut ivoirien a augmenté de 12%
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:28 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG