Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

La Belgique fait craquer le Panama (3-0)

Le Belge Romelu Lukaku célèbre son troisième but face au Panama au stade Fisht de Sotchi, Russie, le 18 juin 2018.

Longtemps accrochée, la Belgique est montée d'un cran en deuxième période et a fini par faire craquer (3-0) le Panama, qui disputait le premier match de Coupe du monde de son histoire, lundi à Sotchi.

Romelu Lukaku a inscrit un doublé en quelques minutes (69e, 75e). Auparavant, Dries Mertens avait ouvert le score d'une superbe volée lobée (47e).

Rude apprentissage pour le Panama: avec une volée de Mertens et un doublé de Lukaku, la Belgique a brisé le rêve panaméen (3-0) lors du premier match des "Canaleros" en Coupe du monde, lundi à Sotchi, prenant d'entrée la tête du groupe G.

Sur les rives de la Mer Noire, des Belges apathiques ont peiné 45 minutes avant que Dries Mertens n'expédie un splendide tir lobé dans le petit filet opposé (47e).

Et sur un merveilleux extérieur du pied de Kevin De Bruyne, Romelu Lukaku a enfoncé le clou de la tête (69e), avant de doubler la mise six minutes plus tard du gauche après une passe d'Eden Hazard dans l'espace (75e).

Cela n'a pas empêché les quelque 4.500 supporters venus du petit pays d'Amérique centrale (4 millions d'habitants) de profiter bruyamment de cette rencontre inaugurale, la première de leur histoire dans un Mondial. Mais les Panaméens auraient sans doute aimé obtenir davantage dans un tournoi où les sans-grades n'ont cessé de déjouer les pronostics, de l'Islande au Mexique en passant par l'Iran.

Pour la Belgique, ce 20e match consécutif sans défaite lance une campagne dont les "Diables Rouges" espèrent qu'elle les mènera enfin jusqu'au dernier carré, après les éliminations en quarts du Mondial-2014 et de l'Euro-2016.

Galvanisés

Il y aura toutefois beaucoup de choses à revoir pour le sélectionneur Roberto Martinez: gâchis dans la finition et manque criant d'énergie sous le chaud climat du sud de la Russie, peut-être plus favorable à leurs adversaires.

Galvanisés par l'enthousiasme de leurs supporters et par la sympathie du public russe pour leur conte de fées, les Panaméens ont longtemps fait déjouer les Belges.

Immédiatement dans le bain, les débutants ont pris confiance et malgré leur net déficit technique, on a vu Edgar Barcenas tenter un grand pont, ou Godoy oser et réussir un coup du sombrero sous les vivats d'un public conquis qui scandait "Si se puede!" (oui, c'est possible) ou "Eh-eh, Panama!"

Il y a eu aussi quelques occasions comme cette frappe d'Amir Murillo sortie par le gardien Thibaut Courtois (52e) ou ce tir non cadré de Barcenas (58e).

Pour le reste, les "Diables Rouges" ont dominé, sans toutefois montrer un visage conquérant avant la fin du match, que les Panaméens, qui n'avaient plus rien dans le réservoir, ont achevé en communiant ensemble à genoux au centre du terrain, avant de saluer leurs supporters.

La Belgique lancée

Souvent, la Belgique a manqué de mouvement, s'en remettant aux inspirations de De Bruyne. Avant même sa passe décisive (74e), "KDB" avait d'ailleurs offert à Lukaku un but tout fait mais le capitaine Roman Torres, in extremis, a taclé pour lui enlever le ballon (21e).

Les Belges ont aussi beaucoup buté sur l'expérimenté gardien Jaime Penedo et multiplié les tentatives trop personnelles, à l'image du soliste Hazard.

Ce dernier a eu une occasion en or sur une passe en retrait mal assurée de Torres mais il a tiré dans le petit filet extérieur (12e) avant de gâcher plusieurs belles opportunités (26e, 38e). On l'a même vu dézoner jusque dans le rond central, preuve que les choses étaient compliquées côté belge...

Au final, sans le coup de génie de Mertens, les Belges auraient pu peiner longuement. Martinez n'avait-il pas prévenu que le match ne serait pas décanté avant l'heure de jeu ?

En tout cas, voilà la Belgique déjà lancée avant d'affronter la Tunisie le 23 juin et c'est l'une des rares équipes favorites du Mondial à y être parvenue...

Avec AFP

Toutes les actualités

Manchester United prend la défense de Paul Pogba

Manchester United prend la défense de Paul Pogba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Un maillot de basket de Barack Obama adjugé 120.000 dollars

Le maillot de Barack Obama adjugé 120.000 dallars, USA, le 19 aout 2019

Un maillot de basket ayant appartenu à l'ex-président américain Barack Obama s'est vendu lundi aux enchères pour 120.000 dollars, a indiqué la maison qui organisait la vente au Texas.

Le maillot portant le numéro 23 appartenait à Barack Obama lorsqu'il avait 18 ans et était en Terminale au lycée Punahou, à Hawaï, où il habitait alors, a précisé la maison d'enchères Heritage Auctions.

Son prix avait été estimé avant la vente aux environs de 100.000 dollars.

L'ex-président Obama est un fan de basket, un sport qu'on l'a souvent vu pratiquer quand il était à la Maison Blanche, avec le personnel de la présidence, des célébrités ou d'autres visiteurs.

Manchester United condamne des injures racistes contre Paul Pogba

Paul Pogba célèbre son but en croisant les bras pour protester contre l'esclavage en Libye, Angleterre, le 18 novembre 2017.

Manchester United "condamne catégoriquement", dans un communiqué publié lundi, les insultes racistes reçues par Paul Pogba sur les réseaux sociaux après son penalty manqué face à Wolverhampton (1-1) la veille.

"Tout le monde à Manchester United est dégoûté par les injures racistes proférées contre Paul Pogba la nuit dernière et nous les condamnons catégoriquement", ont déclaré les Red Devils.

Le champion du monde français est le troisième joueur en Angleterre victime d'insultes racistes sur les réseaux sociaux la semaine dernière pour avoir manqué un penalty après le jeune attaquant anglais de Chelsea Tammy Abraham et l'ancien joueur de Sochaux Yakou Meite, qui évolue aujourd'hui en D2 anglaise avec Reading.

"Les personnes qui ont exprimé ces opinions ne représentent pas les valeurs de notre grand club et il est encourageant de voir la grande majorité de nos fans condamner également cela sur les médias sociaux", souligne Manchester United.

Pogba a reçu lundi le soutien de Marcus Rashford: "Assez maintenant, il faut que ça s'arrête @Twitter", a apostrophé le coéquipier du milieu de terrain français de 26 ans.

"Manchester United est une famille. @paulpogba est une énorme partie de cette famille. Si vous l'attaquez, vous nous attaquez tous. @ManUtd", a également tweeté Rashford.

"A vomir. Les réseaux sociaux doivent faire quelque-chose à ce sujet", a appuyé un autre coéquipier, le néo-Mancunien Harry Maguire.

Une opinion partagée par l'association Kick It Out, qui lutte contre le racisme dans le football anglais: "Le nombre de posts du même acabit depuis le début de la saison montre à quel point les propos discriminatoires en ligne sont hors de contrôle", a déploré l'organisation mardi. "Sans action immédiate et la plus forte possible, ces actes lâches continueront à se multiplier", a-t-elle averti.

Les jeux africains

Les jeux africains
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:03:29 0:00

Sporama

Sporama
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:25:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG