Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Droits humains

L'UE prête à un "nouveau départ" avec Israël mais attend des gages

Josep Borrell, ministre des affaires étrangères et de la politique de sécurité de l'Union européenne au siège de l'UE à Bruxelles, le 7 janvier 2020.

L'UE est prête à un "nouveau départ" avec Israël, mais attend du nouveau gouvernement des gages de sa volonté de trouver une solution avec les Palestiniens, a annoncé lundi le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, après une réunion avec le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid.

"Nous attendons qu'Israël offre une perspective politique pour trouver une solution avec les Palestiniens. L'UE est prête à les aider à relancer le processus de paix, mais nous savons que ce n'est pas pour demain", a déclaré Josep Borrell, au cours d'une conférence de presse, après une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE et un déjeuner de travail avec leur homologue israélien.

"Nous sommes prêts à reprendre les relations bilatérales, mais il existe encore de sérieuses divergences entre les membres de l'UE pour relancer le conseil d'association avec Israël qui ne s'est pas réuni depuis 2008", a-t-il souligné.

"Beaucoup sont pour, mais d'autres pas. Or pour relancer le conseil d'association, il faut que les 27 trouvent un consensus. Et il faut que le nouveau gouvernement israélien démontre que les choses ont changé depuis 2008, notamment sur la politique de colonisation", a-t-il précisé.

"Israël doit apporter sa pierre à l'édifice", a-t-il conclu. "M. Lapid s'est prononcé publiquement pour la solution de deux Etats, mais nous attendons un engagement crédible", a-t-il expliqué.

"La Belgique, comme l'UE, demande la fin de l'occupation et de la politique de colonisation, y compris à Jérusalem-Est", a déclaré la ministre belge des Affaires étrangères, Sophie Wilmès, dans un communiqué.

"La démolition et la confiscation de propriétés dans la communauté palestinienne de Humsa - Al Bqai'a la semaine dernière sont extrêmement préoccupantes", a-t-elle souligné.

Chef de l'opposition à Benjamin Netanyahu, Yaïr Lapid a réussi in extremis début juin à réunir une majorité en formant une coalition réunissant deux partis de gauche, deux de centre, trois de droite et - fait rarissime- la formation arabe Raam de Mansour Abbas.

Pour s'assurer du soutien de Naftali Bennett, ancien allié de Benjamin Netanyahu, Yaïr Lapid lui a proposé d'être d'abord le Premier ministre pour deux ans, avant d'enfiler lui-même en août 2023 le costume de chef de gouvernement.

Toutes les actualités

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique

Des rebelles tuent une trentaine de civils et deux militaires en Centrafrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Des émigrés africains se plaignent des conditions de travail au Moyen-Orient

Des émigrés africains se plaignent des conditions de travail au Moyen-Orient
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

La justice confirme la décriminalisation de l'homosexualité au Botswana

Des militants brandissent des drapeaux arc-en-ciel devant la Haute Cour du Botswana à Gaborone le 29 novembre 2021.

La justice du Botswana a maintenu lundi en appel sa décision de décriminaliser l'homosexualité, rejetant un recours déposé par le gouvernement conservateur du pays enclavé d'Afrique australe.

"La demande en appel est rejetée", a déclaré la Haute Cour dans son arrêt dont l'AFP a eu copie.

En 2016, le tribunal de Gaborone, capitale du Botswana, avait ordonné que les lois punissant les relations entre personnes de même sexe soit amendées, les qualifiant de "reliques de l'ère (britannique) victorienne" qui "oppressent une minorité".


Ce jugement, salué comme "historique" au niveau international, était très attendu sur l'ensemble du continent africain où l'homosexualité reste illégale dans plus de la moitié des pays subsahariens.

Mais le gouvernement a fait appel de cette décision en octobre, estimant que cette "question politique" devait être tranchée par le Parlement et non par la justice.

Les citoyens botswanais homosexuels ont longtemps vécu dans "la peur constante d'être découverts ou arrêtés", a déclaré le juge Ian Kirby à la lecture de son arrêt. "Cela a parfois conduit à la dépression, au comportement suicidaire, à l'alcoolisme ou à la toxicomanie", a-t-il regretté.

Le Botswana est un des rares pays africains à avoir dépénalisé l'homosexualité. Les autres sont le Lesotho, le Mozambique, l'Angola et les Seychelles. L'Afrique du Sud est le seul pays africain autorisant le mariage gay, légalisé en 2006.

La justice s'était alors prononcée sur requête d'une personne contestant le code pénal qui réprimait depuis 1965 l'homosexualité avec des peines pouvant aller jusqu'à sept ans de prison.

Des centaines de manifestants soudanais défilent dans la banlieue de Khartoum

Des centaines de manifestants soudanais défilent dans la banlieue de Khartoum
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake

Affaire Ahmaud Arbery: la "déshumanisation" des Noirs persiste, selon René Lake
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG