Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

L'Ouganda inquiet face à Ebola en RDC

Dans un centre de traitement Ebola à Beni en RDC, le 14 octobre 2018. (VOA/Charly Kasereka)

L’Ouganda, "inquiet", a pris une série de mesures préventives face à l'épidémie d'Ebola qui frappe son grand voisin, la République démocratique du Congo, où la vaccination a évité des "milliers" de morts, ont indiqué mercredi les ministres de la Santé des deux pays.

"Plus de trois mille travailleurs de la santé ont déjà été vaccinés parce que nous sommes inquiets. Aussi n'avons-nous pas attendu que le premier cas arrive. On les a déjà vaccinés. La vaccination est en cours", a déclaré la ministre ougandaise de la Santé Jane Ruth Aceng lors d'un point-presse conjoint avec son homologue congolais, le Dr Oly Ilunga, à Goma (est de la RDC).

Des milliers de Congolais franchissent les 15 points frontaliers entre la RDC et l'Ouganda, notamment le mardi et le jeudi, jours de marché, a-t-elle ajouté.

L'épidémie dans la région de Beni (est de la RDC), à une cinquantaine de kilomètres de l'Ouganda, a tué 268 personnes pour 453 cas, selon le dernier pointage du ministère congolais de la Santé en date du mardi 4 décembre.

"Aujourd'hui on a vacciné 38.000 personnes. S'il n'y avait pas les vaccins, la moitié de ceux-là auraient développé la maladie, on serait à des dizaines de milliers de victimes et de morts", a estimé le Dr Oly Ilunga, après une rencontre avec son homologue.

"Pour nous Ebola ne va pas interférer avec les élections", a-t-il ajouté en référence aux scrutins présidentiel, législatif et provinciaux prévus ce 23 décembre.

"Il y aura devant chaque bureau de vote" dans les zones touchées des points "de désinfection et de contrôle de température", a détaillé le médecin et ministre.

"Les peurs ne sont pas fondées. Durant toute l'épidémie, nous n'avons pas mis fin à la vie sociale. Les marchés fonctionnent. Les écoles fonctionnent. Les églises n'ont pas été fermées. Les manifestations n'ont pas été interdites", a-t-il développé.

"Nous pensons que l'organisation des élections ne sera pas un risque additionnel", a-t-il conclu.

Un nouveau foyer d'Ebola a été signalé dans un village de la zone de santé de Komanda, à environ 100 km au nord de Beni, d'après le ministère congolais de la Santé.

Toutes les actualités

Des villages incendiés par des milices au Sud-Kivu

Des policiers à Goma, Nord-Kivu, DRC, 29 décembre 2018.

Des milices fuyant une contre-offensive de l'armée congolaise ont incendié et pillé des villages dans la province du Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Mercredi matin, "des maisons ont été incendiées dans le village Nyamulongwe par des miliciens qui fuient l’offensive de l’armée régulière. Ces miliciens ont aussi volé plusieurs vaches dans leur fuite", a déclaré à l'AFP Gadi Mukiza, bourgmestre de la commune rurale de Minembwe dans la province du Sud-Kivu.

Nyamulongwe est le septième village du territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu, à être ainsi incendié en l'espace de cinq jours, a-t-il expliqué.

Les villages de Kalonge, Lubemba, Kalongozi, Kyanama, Muganwa et Muburungu avaient précédemment subi le même sort, donnant lieu à des "déplacements massifs de populations", selon M. Mukiza.

Depuis cinq jours, des milices lancent des attaques contre les positions de l'armée, ont indiqué des sources militaires. "Ils nous ont provoqué, nous avons réagi", a dit à l'AFP le capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole de l'armée dans la zone.

Mardi, "des affrontements ont éclaté entre des Maï-Maï et les Twigwaneho (communauté locale d'origine rwandaise) du village Kalonge" à environ 15 km à l’est de Minembwe, a indiqué mercredi la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

"En réaction à l’attaque des Maï-Maï, une opération des FARDC [armée congolaise] a été déclenchée contre le village de Kalongozi" situé à 7 km à l’ouest de la base de déploiement de Minembwe, ajoute la Monusco dans un compte rendu.

La région de Minembwe est le théâtre de violences depuis début mai après la mort d'un notable de la communauté Banyamulenge, tué par des membres d'une communauté rivale.

Début septembre, le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, s'y était rendu et avait plaidé sur en faveur de "la prévention et la résolution des conflits intercommunautaires".

Crash de l'Antonov 72 : les investigations se poursuivent

Crash de l'Antonov 72 : les investigations se poursuivent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

45 prisonniers morts depuis le début de l'année faute de soins

45 prisonniers morts depuis le début de l'année faute de soins
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Marche des enseignants grévistes à Goma

Marche des enseignants grévistes à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

Une embuscade attribuée aux rebelles ougandais ADF fait 3 morts

Une embuscade attribuée aux rebelles ougandais ADF fait 3 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG