Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

L'opposition offre des garanties au président pour une alternance en 2019 au Mauritanie

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz attend l'arrivée du président français à l'aéroport de Nouakchott, en Mauritanie, le 2 juillet 2018.

L'opposition radicale mauritanienne a invité le président Mohamed Ould Abdel Aziz à organiser une élection transparente en 2019 pour permettre une alternance pacifique, lui promettant en retour qu'il bénéficierait "de sa dignité et de son respect".

M. Ould Abdel Aziz, qui achèvera son second mandat en 2019, répète régulièrement qu'il ne tentera pas de modifier la Constitution pour se représenter, sans apaiser les soupçons de l'opposition, alimentés par les déclarations publiques de ses ministres ou de ses partisans en faveur d'un troisième mandat.

Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion, l'opposition radicale a appelé à une transition en douceur "entre un président élu dont la victoire est reconnue par tous et un sortant jouissant de sa dignité et de son respect".

"Il est de l'intérêt du pays que le président sortant soit assuré, en quittant sa fonction, qu'il ne sera pas inquiété", a expliqué dans une conférence de presse l'un des dirigeants de l'opposition, Mahfoudh Ould Bettah.

Il faisait allusion à d'éventuelles poursuites, alors que l'opposition radicale accuse le chef de l'Etat de mauvaise gestion et d'atteintes aux droits de l'Homme.

L'opposition a par ailleurs dénoncé comme "une restriction des libertés" la fermeture lundi soir du "centre de formation des oulémas" à Nouakchott, accusé par les autorités de "dispenser un enseignement islamiste extrémiste" en relation avec les Frères musulmans.

La direction du centre a rejeté cette mesure, assurant dans un communiqué que l'établissement "dispense un enseignement scientifique et théologique à l'image des mahadras traditionnelles (écoles coraniques en Mauritanie) qui n'a rien à voir avec la politique".

Le créateur du centre, Mohamed Elhacen Ould Dedaw, considéré comme le principal représentant de la mouvance des Frères musulmans dans le pays, actuellement en Turquie pour des soins, a ajouté que son institution, n'avait "pas besoin d'autorisation d'enseigner" et poursuivrait "sa mission d'enseignement d'une manière ou d'une autre".

Cette fermeture intervient après la mise en garde lancée la semaine dernière par le président mauritanien contre l'islam politique, alors que le parti islamiste Tewassoul a confirmé son statut de principale force d'opposition aux élections législatives et locales, largement remportées par le parti au pouvoir.

"Il n'est pas normal qu'un seul parti utilise et s'accapare l'islam, ce n'est pas acceptable et ce ne sera plus accepté dans l'avenir", a déclaré M. Ould Abdel Aziz le 20 septembre, affirmant que des "mesures seront prises le moment venu".

Avec AFP

Toutes les actualités

Le chef de l'ONU craint que le scénario afghan ne fasse des émules au Sahel

Des soldats de la force conjointe du G5 Sahel assistent à l'inauguration du nouveau quartier général à Bamako le 3 juin 2020. (Photo MICHELE CATTANI / AFP)

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a affirmé jeudi dans un entretien à l'AFP craindre que l'exemple afghan ne donne des idées à des groupes armés jihadistes au Sahel, en réclamant un renforcement des "mécanismes de sécurité" dans cette région.

Au Sahel, "je crains l'impact psychologique et réel de ce qui s'est passé en Afghanistan", avec la prise du pouvoir par les talibans, a-t-il dit. "Il y a un vrai danger. Ces groupes terroristes (au Sahel) peuvent se sentir enthousiasmés avec ce qui s'est passé (en Afghanistan) et avoir des ambitions au-delà de ce qu'ils pensaient il y a quelques mois", a ajouté le chef de l'ONU.

Il y a "une chose nouvelle dans le monde qui est très dangereuse", a aussi relevé le secrétaire général. Même pas très nombreux, "il y a des groupes fanatisés, avec une idéologie où la mort par exemple est désirable, des groupes disponibles pour tout faire. Et on voit des armées qui se désintègrent face à eux", a-t-il ajouté.

"On a vu cela à Mossoul en Irak, au Mali lors de la première poussée vers Bamako, on a vu cela au Mozambique (...). Ce danger est réel et il faut penser sérieusement à ses implications sur la menace terroriste et à la façon dont la communauté internationale doit s'organiser face à cette menace", a précisé Antonio Guterres.

Selon lui, il est "essentiel de renforcer les mécanismes de sécurité au Sahel". Car "le Sahel est le point faible le plus important, qu'il faut soigner. Ce n'est pas seulement le Mali, le Burkina ou le Niger, maintenant on a des infiltrations en Côte d'Ivoire, au Ghana", a-t-il précisé.

Au Sahel, "la France va diminuer sa présence, il y a des nouvelles sur le Tchad qui veut retirer quelques troupes de la zone frontalière des trois pays, Burkina, Niger, Mali. C'est la raison pour laquelle je me bats pour qu'il y ait une force africaine de lutte antiterroriste, avec un mandat sous chapitre sept (prévoyant le recours à la force) du Conseil de sécurité et avec des fonds affectés, qui puissent garantir une réponse au niveau de la menace", a ajouté Antonio Guterres.

Mais "je crains aujourd'hui que la capacité de réponse de la communauté internationale et des pays de la région ne soit pas suffisante face à la menace", a-t-il déploré.

Le chef de l'ONU essaye depuis plusieurs années de conférer à la force G5 Sahel, formée par le Tchad, la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Burkina Faso, un mandat fort de l'ONU accompagné d'un financement collectif de l'Organisation.

Premier contributeur financier à l'ONU et craignant que la force de Casques bleus déployée au Mali ne perde sa neutralité, les Etats-Unis, lui préférant une coopération bilatérale, refusent jusqu'à présent cette approche ardemment défendue aussi par la France.

"Il faut que ce blocage se termine. C'est absolument essentiel", a toutefois demandé Antonio Guterres.

47 migrants portés disparus en mer

47 migrants portés disparus en mer
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

"La Turquie cherche de nouveaux alliés diplomatiques en Afrique", estime l'analyste Seidik Aba

"La Turquie cherche de nouveaux alliés diplomatiques en Afrique", estime l'analyste Seidik Aba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:13 0:00

Libération de deux Mauritaniens kidnappés le 18 juillet au Mali

umugabo washakaga guhitana Koloneli Asimi Goita Perezida w'inzibacyuho wa Mali aryamye mu ikamyoneti nyuma yo gutabwa muri yombi

Deux Mauritaniens enlevés au Mali le 18 juillet en compagnie de trois ressortissants chinois ont été libérés mardi, a indiqué une source proche du gouvernement mauritanien.

Les cinq hommes avaient été enlevés lors d'une attaque contre un site de construction d'une route à quelque 55 km de la ville de Kwala, dans le sud-ouest du Mali, non loin de la frontière mauritanienne, selon l'armée malienne.

Les deux Mauritaniens "ont été libérés cet après-midi par leurs ravisseurs et se trouvent désormais aux mains des autorités mauritaniennes", a dit à l'AFP un responsable du ministère mauritanien de la Communication, confirmant une information de l'Agence mauritanienne d'information (AMI, officielle).

"Ils se trouvent à Vassala, sur la frontière sud-est avec le Mali. Ils sont en bonne santé", a ajouté cette source, qui n'était pas en mesure de donner de détails sur les circonstance de leur libération ou sur l'identité des ravisseurs.

Ce responsable ayant requis l'anonymat et l'AMI n'ont pas non plus donné d'indications sur le sort des trois ressortissants chinois enlevés en même temps qu'eux.

L'agence de presse mauritanienne Al-Akhbar avait rapporté que les assaillants, arrivés à moto, avaient incendié des réservoirs de carburant avant de s'enfuir avec les otages. Des équipements de chantier avaient également été détruits, avait indiqué l'armée malienne, sans plus de détails.

Les rapts, à la fois de Maliens et de ressortissants étrangers, sont monnaie courante dans le pays, foyer de violences jihadistes, intercommunautaires ou crapuleuses qui ensanglantent cette partie du Sahel depuis des années.

Cinq catholiques maliens avaient été kidnappés le 21 juin après leur départ de Ségué, une localité située sur le plateau dogon (centre) peuplé en grande partie de catholiques. Quatre d'entre eux avaient été libérés deux jours plus tard et le cinquième à la mi-juillet.

Le journaliste français Olivier Dubois, enlevé dans le nord du Mali le 8 avril, est pour sa part toujours aux mains de ses ravisseurs.

VOA60 du 20 juillet 2021

VOA60 du 20 juillet 2021
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG