Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

L’opposant Saleh Kebzabo a tenu le 6ème congrès de son parti à N’Djamena

Saleh Kebzabo, chef de file de l'opposition tchadienne et député, le 21 juin 2017. (VOA/André Kodmadjingar)

Au Tchad, le 6e Congrès du parti Union nationale pour le développement et le renouveau de l’opposant Saleh Kebzabo, interdit à Mongo (province du Guera et fief du cacique du MPS) s’est tenu du 16 au 17 avril à N’Djamena.

Une messe politique qui s’est tenue au moment où Saleh Kezabo s’est vu arracher le statut du chef de l’opposition tchadienne. Il crie au complot politique.

"Il faut que la loi soit respectée, c’est même Déby qui a signé cette ordonnance, il ne peut pas ne pas l’avoir lue. Je dis haut et fort que le complot ne passera pas. Chef de l’opposition que je suis, je le resterais de par la loi", a déclaré M. Kebzabo

L’opposant Saleh Kebzabo tient le 6ème congrès de son parti à N’Djamena
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Saleh Kebzabo, président de l’UNDR. Il brandit ainsi l’ordonnance 40 sur le statut de l’opposition démocratique au Tchad signée le 30 août 2018 qui dispose que le mandat du chef de l’opposition démocratique couvre toute la durée de la législature.

Un de ses députés a démissionné et le secrétariat général du gouvernement a saisi la cour suprême par une requête d’interprétation du même texte. La Cour a estimé que la requête est fondée, et le statut du chef de l’opposition lui est retiré.

Pour le juriste indépendant et enseignant chercheur à l’école nationale d’administration Dr Sitack Yombatina Beni, c’est un règlement de compte politique. Car, la loi n’est pas rétroactive.

"Même si un député a quitté, nous sommes toujours dans la même législature, on devait attendre qu’il y ait une nouvelle législature pour pouvoir faire appliquer un texte parce que le texte ne dispose que pour l’avenir.", explique-t-il.

"Cette ordonnance qui a été signée le 30 août 2018 ne peut pas abroger toutes les dispositions de la législature de 2011 qui a désigné un chef de l’opposition. Alors soit les gens sont de mauvaise foi, ou alors ce n’est plus le droit que nous connaissons", poursuit-il.

"Deuxième chose, comment un parti politique digne de ce nom peut passer toutes sa vie, 30 ans à combattre une seul parti politique, comme si son programme politique n’était que l’UNDR. Est-ce que le MPS n’a pas quelque chose de consistant à proposer au peuple tchadien. Et ça ce n’est pas digne d’un parti politique qui prétend créer les conditions de la démocratie et surtout le pluralisme politique", conclut-il.

Autres faits marquants, c’est l’arrestation et la détention de l’opposant Equato-guinéen Andréas Essono Ondo à la direction générale de l’ANS, alors qu’il est l’invité d’honneur du congrès de l’UNDR.

Selon des informations non confirmées par N’Djamena, les autorités de son pays auraient publié un communiqué l’accusant d’être venu au Tchad pour acheter des armes et recruter des terroristes avec l’appui de Saleh Kebzabo. Sa réaction ne s’est fait pas attendre.

"Je ne comprends pas pourquoi Obiang Nguema est au pouvoir depuis 35 ans. Ce comme ça qu’il règne par la terreur, par le mensonge, par les crimes et les assassinats, par les emprisonnements, par les atteintes aux droits et il veut nous imposer ici au Tchad, ça ne passera pas".

Nos multiples tentatives pour avoir la version officielle du gouvernement tchadien sur cette arrestation sont sans succès. Toutefois les militants de l’UNDR exigent sa libération immédiate.

Alors que l’UNDR a été interdit de tenir ces assises à Mongo pour des mesures de sécurité, le parti au pouvoir organise des meetings populaires dans la province du Guéra et s’activent à inaugurer son siège provincial dans les mêmes conditions d’insécurité.

Toutes les actualités

Nouveau gouvernement tchadien: 19 départs et 15 entrées dont 9 femmes

Nouveau gouvernement tchadien: 19 départs et 15 entrées dont 9 femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Ce que pensent les Tchadiens du gouvernement remanié

Ce que pensent les Tchadiens du gouvernement remanié
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Les agents de sécurité tchadiens accusés de commettre des viols dans les commissariats

Youssouf Tom, procureur de la République, le 14 juillet 2020. (VOA/André Kodmadjingar)

Comment combattre la multiplication des cas de viols de détenus au Tchad? La question est posée après la révélation ces dernières semaines de plusieurs cas dans des commissariats de police. Des voix se sont élevées pour dénoncer ces crimes.

Le viol est un sujet tabou, surtout quand c’est un membre de la famille qui en est victime. Mais les langues se délient de plus en plus pour mettre en cause les auxiliaires de justice.

Des viols commis contre les prisonniers choquent les Tchadiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:01 0:00

Ces derniers jours, le cas qui défraie la chronique, c’est celui d’un policier qui aurait été pris en flagrant délit de viol dans un commissariat de la ville de N’Djamena. Le procureur de la République, Youssouf Tom, a présenté le présumé auteur pour dissuader les autres agents de sécurité de commettre un tel acte.

"Le viol est un crime, tous ceux qui oseront poser ces genres d’actes, que ce soit les forces de l’ordre ou pas, tout citoyen est censé respecter la loi dans sa plénitude. S’il enfreint à la loi, il croisera cette loi qui lui sera appliquée dans toute sa rigueur", a averti Youssouf Tom.

Après cette sévère mise en garde, d’autres cas de viols ont été signalés dans les lieux de détention. Deux cas à N’Djamena et un autre cas dans la province de Mont de Lam, où le présumé violeur reconnait les faits et demande un arrangement à l’amiable.

Pour Mekombé Thérèse, présidente de l’Association des femmes juristes du Tchad, c’est l’impunité qui encourage cette pratique dans les milieux carcéraux. Pour elle, même si ces agents des forces de défense et de sécurité sont dénoncés, la sanction ne suit pas : soit ils sont protégés par leurs supérieurs, soit ils ne reconnaissent même pas les faits reprochés même en cas de flagrant délit.

Pour les autorités judiciaires, la plupart des cas de viols n’ont pas été dénoncés au parquet.

"Les auteurs des viols et les victimes ou bien leurs parents préfèrent le règlement à l’amiable même au niveau de la police judiciaire à l’insu du parquet", a déclaré Youssouf Tom. Ce qui, selon lui, encourage les autres à poser des actes similaires, mais ce n’est pas une question d’impunité.

Contactée par VOA Afrique, la Direction générale de la police nationale exige une correspondance officielle avant de se prononcer sur ces allégations qui touchent l’institution.

Des viols commis contre les prisonniers choquent les Tchadiens

Des viols commis contre les prisonniers choquent les Tchadiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:01 0:00

Reprise d'un procès pour trafic de drogue présumé impliquant des officiers

Reprise d'un procès pour trafic de drogue présumé impliquant des officiers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG