Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

L'ex-parti au pouvoir en Guinée suspend sa participation aux assises nationales

Le RPG "réitère sa demande de libération totale et inconditionnelle du président" Condé.

Le Rassemblement du peuple de Guinée, parti de l'ex-président Alpha Condé renversé par un putsch en septembre 2021, a annoncé jeudi soir la suspension de sa participation aux Assises nationales pour protester notamment contre la détention de plusieurs de ses responsables.

Le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) "suspend jusqu'à nouvel ordre et avec effet immédiat (sa) participation aux Assises nationales en cours dans la zone spéciale de Conakry, les préfectures et à l'extérieur du pays", selon un communiqué publié jeudi soir.

Les Assises nationales, ouvertes le 22 mars jusqu'au 29 avril, ont été présentées par la junte guinéenne comme une occasion "historique" de panser les plaies d'un passé troublé, mais nombre d'organisations politiques ont décidé de les boycotter. Le RPG lie également sa décision de suspendre sa participation au "flou savamment entretenu autour du statut du président" Alpha Condé.

A la tête du pays pendant près de onze ans, M. Condé a été renversé le 5 septembre 2021 par le colonel Mamady Doumbouya, qui s'est fait investir depuis lors président de la République. Il n'a toujours rien dit sur l'échéance à laquelle il entend honorer son engagement de rendre le pouvoir à des civils élus.

Les exigences de la junte guinéenne face aux compagnies minières
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

M. Condé s'est rendu mi-janvier aux Emirats arabes unis pour être soigné avant de rentrer en Guinée le 9 avril. Des responsables de l'ancien pouvoir estiment que depuis son retour M. Condé, qui s'était mis à l'écart du RPG, n'est toujours pas libre de ses mouvements, comme c'était le cas, selon eux, avant son départ pour les Emirats.

Le RPG "réitère sa demande de libération totale et inconditionnelle du président" Condé. Il proteste contre "l'incarcération arbitraire de nos camarades" et "exige" aussi que "les procédures judiciaires" contre ses responsables "obéissent au respect de la présomption d'innocence", selon le communiqué.

D'anciens ministres de M. Condé, membres ou proches du RPG, sont visés par des enquêtes pour des malversations financières présumées. Ibrahima Kassory Fofana, dernier Premier ministre de M. Condé, et trois ex-ministres ont été écroués le 6 avril.

La Guinée a été dirigée pendant des décennies par des régimes autoritaires ou dictatoriaux et est coutumière des violences politiques meurtrières. Les dernières années de la présidence d'Alpha Condé ont été marquées par des mois de contestation sévèrement réprimée, avant son renversement par les militaires en 2021.

Toutes les actualités

Mali, Guinée, Burkina: les sanctions au menu d'un sommet ouest-africain très attendu

Le drapeau de la Cédéao.

Les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) se réunissent lors d'un sommet très attendu dimanche à Accra au Ghana et doivent statuer sur les sanctions concernant le Mali, la Guinée et le Burkina Faso, trois pays théâtre de coups d'Etat.

Les leaders ouest-africains, qui entendent peser pour un retour rapide des civils au pouvoir, vont se pencher sur les vigoureuses mesures de rétorsion commerciales et financières infligées au Mali depuis janvier, et sur celles, moins lourdes, du Burkina Faso et de la Guinée.

Le Mali, pays pauvre et enclavé, exsangue d'un conflit qui dure depuis plus d'une décennie, est confronté à un embargo sur les transactions commerciales et financières, hors produits de première nécessité.

Le Burkina, autre pays sahélien pris dans la tourmente jihadiste, et la Guinée ne sont pour l'heure que suspendus des organes de la Cédéao. Mais les juntes en place entendent y rester trois ans et exposent leur pays à un durcissement des sanctions.

D'âpres négociations sont en cours depuis des mois entre la junte militaire au Mali et la Cédéao mais elles n'ont jusque-là pas abouti à un compromis.

Le dernier sommet, le 4 juin, a ainsi accouché d'une souris: aucune décision n'a été prise sur les sanctions à l'encontre des régimes putschistes, et la Cédéao s'est donné un mois de plus pour négocier et s'entendre sur une levée ou un maintien des sanctions.

Entre temps, le médiateur Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria, est venu vendredi à Bamako rencontrer les autorités militaires. Si rien n'a officiellement filtré des échanges, un membre de son entourage a indiqué à l'AFP que "le Mali a fait d'énormes progrès".

Même s'il reste "quelques réglages à faire", la junte malienne "fait du bon travail", a-t-il ajouté.

Les autorités ont annoncé mercredi un calendrier électoral fixant la présidentielle à février 2024, le référendum constitutionnel à mars 2023, et les législatives entre octobre et novembre 2023.

Il vient compléter l'adoption le 17 juin d'une nouvelle loi électorale: autant de prérequis indispensables pour la Cédéao dans l'optique d'une levée des sanctions infligées le 9 janvier au pays pour stopper le projet des militaires de gouverner cinq années.

Un potentiel point de blocage dans les négociations peut néanmoins subsister dans la porte désormais ouverte, par la nouvelle loi électorale, d'une candidature d'un militaire à une élection présidentielle.

Reste qu'à Bamako, le sommet de dimanche est porteur d'espoir, "surtout à l'approche de la Tabaski (nom ouest-africain de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha)", à la fin de la semaine prochaine, sourit un vendeur de bétail. Les sanctions ont largement impacté l'économie malienne, déjà éprouvée par dix ans de conflit.

"voie du compromis"

L'Afrique de l'Ouest a vu se succéder les coups de force en moins de deux ans: putsch le 18 août 2020 à Bamako, nouveau fait accompli parachevant le premier le 24 mai 2021, putsch le 5 septembre 2021 à Conakry, et putsch le 24 janvier 2022 à Ouagadougou.

La Cédéao, alarmée du risque de contagion dans une région vulnérable, multiplie les sommets, les médiations et les pressions pour accélérer le retour des civils à la direction de ces pays.

Au Burkina Faso, la Cédéao a nommé un médiateur malgré son "inquiétude" devant les 36 mois prévus pour la transition. "Nous sommes sur la voie du compromis" avec ce pays, a dit à l'AFP un diplomate de la sous-région.

Le médiateur, l'ancien président du Niger Mahamadou Issoufou, doit se rendre à Ouagadougou vendredi en amont du sommet. Un calendrier électoral, présenté par la junte aux partis mercredi, doit lui être proposé.

Il "porte sur deux aspects: la restauration de la sécurité et l'organisation des élections pour le retour à un ordre constitutionnel normal", a dit le Premier ministre Albert Ouedraogo.

Pour l'ancien parti au pouvoir, la présentation de ce calendrier est, selon son président Alassane Bala Sakandé, "du spectacle pour la Cédéao". Plusieurs sources proches de l'organisation saluent, elles, cette recherche apparente de compromis.

En Guinée, pays qui a refusé jusqu'alors la venue d'un médiateur, la junte a acté une durée de transition de 36 mois. Un délai qualifié d'"impensable" par le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de l'Union africaine.

"La Cédéao va devoir prendre des mesures", avait-il dit.

L'organisation avait exprimé lors du dernier sommet "ses graves inquiétudes" devant les tensions politiques, et pressé les autorités d'établir un cadre de dialogue avec les acteurs politiques et la société civile.

Lundi, comme un premier pas, le gouvernement a reçu les principales formations politiques en vue d'engager un dialogue. Plusieurs partis ont conditionné leur participation à la nomination d'un médiateur ouest-africain.

Dialogue à Conakry entre le Premier ministre et les partis pour apaiser les tensions

Dialogue à Conakry entre le Premier ministre et les partis pour apaiser les tensions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:37 0:00

Le Premier ministre guinéen Mohamed Béavogui rencontre les partis politiques pour apaiser les tensions. La réunion arrive quelques jours après que le Front national pour la défense de la Constitution a suspendu son appel à une manifestation.

A Conakry, lancement du dialogue avec les partis politiques et la société civile

A Conakry, lancement du dialogue avec les partis politiques et la société civile
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Le FNDC suspend sa manifestation prévue à Conakry

Le FNDC suspend sa manifestation prévue à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Paul Pogba accueilli par une foule en liesse à Conakry

Paul Pogba accueilli par une foule en liesse à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Le milieu de terrain de Manchester United, Paul Pogba, est en Guinée, le pays d’origine de ses parents. Il a été accueilli par une immense foule de fans.

Voir plus

XS
SM
MD
LG