Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'ex-épouse de Charles Taylor plaide non coupable de torture


Charles Taylor lors de son procès devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone à Leidschendam, le 8 février 2011.

Agnes Reeves Taylor, l'ex-épouse de l'ancien président libérien Charles Taylor, a plaidé non coupable d'accusations de torture durant la guerre civile au Liberia dans les années 1990, lors de sa comparution devant une cour criminelle de Londres.

Agnes Reeves Taylor, 52 ans, est accusée d'être impliquée dans des actes de torture contre plusieurs personnes, dont des enfants, "dans l'exercice ou le prétendu exercice de ses fonctions officielles".

Elle est également soupçonnée d'avoir encouragé les forces de Charles Taylor, le Front national patriotique du Liberia (NPFL), à recourir au viol de femmes comme moyen de torture.

Ancien maître de conférences à l'université anglaise de Coventry, elle habite à Dagenham, dans l'est de Londres, et est actuellement en détention provisoire à la prison de Bronzefield, dans le sud-est de l'Angleterre.

Elle a comparu par vidéoconférence, à la cour criminelle de l'Old Bailey, prenant la parole pour confirmer son identité et plaider non coupable de huit chefs d'accusation de torture.

Son procès pourrait s'ouvrir en janvier.

Charles et Agnes Reeves Taylor avaient divorcé en 1996. Le chef rebelle était ensuite devenu président du Liberia, entre 1997 et 2003. Il a été condamné par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) en 2012 à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis dans ce pays voisin du Liberia.

Charles Taylor purge actuellement sa peine de cinquante ans dans une prison britanniques.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG