Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

CAF: Trois dames se disputent la direction du football féminin


Latré-Kayi Lawson-Hogban, candidate au poste de membre chargé du football féminin à Lomé, le 5 mars 2021.

Le 12 mars, la CAF va renouveler son comité exécutif. La Togolaise Latré-Kayi Lawson est candidate au poste de membre chargée du football féminin. Elle estime qu’elle a des atouts pour donner un nouvel essor au football féminin africain.

Face à deux adversaires de taille -- la Malgache Patricia Rajeriarison et la Comorienne Kanizat Ibrahim -- Latré-Kayi Lawson-Hogban mise sur son expérience de plus de 3 décennies dans la discipline. Si elle est élue, elle s’appliquera, dit-elle, à la mise en œuvre de la stratégie de la CAF relative au football féminin sur le continent.

"Au niveau de la CAF, il y a déjà un travail qui a été fait en amont, auquel j’ai participé. Et il y a une stratégie de football féminin qui a été éditée par la CAF. Mon intention est d’exécuter cette stratégie et faire un planning pour la carrière des jeunes filles joueuses, qui aimeraient toujours faire carrière dans le football", a fait-elle fait savoir.

Pour le journaliste sportif Franck Nunyama, en plus de son profil, la candidate Togolaise dispose d’un atout spécial, celui d’être sur la liste de Patrice Motsepe.

Franck Nunyama, Rédacteur en chef de Radio Sport FM à Lomé, le 8 mars 2021. (VOA/Kayi Lawson)
Franck Nunyama, Rédacteur en chef de Radio Sport FM à Lomé, le 8 mars 2021. (VOA/Kayi Lawson)

"La Comorienne a dirigé le comité de normalisation de son pays. La Malgache fait déjà partie du comité exécutif, et qui a envie de prendre désormais le contrôle. Donc ça va être une très grosse bataille", a commenté le rédacteur en chef de Radio Sport FM à Lomé.

Les femmes qui pratiquent le football sur le continent veulent aussi s’épanouir comme leurs confrères. Pour la coach de l’équipe nationale féminine du Togo, beaucoup de travail reste à faire pour le football féminin en Afrique.

"Nous voudrions avoir beaucoup plus de femmes dans les instances décisionnelles. Avoir beaucoup plus de compétitions zonales et sur le plan international. Pour que les footballeuses africaines puissent profiter et jouir de leur carrière", a déclaré Kayi Tométy, l’entraineur des Eperviers Dames.

Elle a aussi insisté sur la sensibilisation afin de faire tomber les stéréotypes concertant la pratique du football par les filles.

Kayi Tométy, coach Eperviers Dames à Lomé, le 5 mars 2021. (VOA/Kayi Lawson)
Kayi Tométy, coach Eperviers Dames à Lomé, le 5 mars 2021. (VOA/Kayi Lawson)

Et elle sait de quoi elle parle. Première femme arbitre de football du Togo et première Africaine instructeur d’arbitres de la CAF et de la Fifa, Kayi Tométy dirige actuellement le département de l’arbitrage de la CAF.

"Il faut une sensibilisation", dit-elle.

Selon le Comité international olympique, il faut au moins 30% de femmes dans les bureaux exécutifs. A partir de là, il n'y a qu'un pas à faire pour atteindre la présidence de la CAF.

XS
SM
MD
LG