Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

L'avortement au coeur de la lutte pour l'avenir de la Cour suprême américaine

La Cour Suprême est vue à Washington le 20 avril 2018.

Objet de tous les regards: la sénatrice républicaine Susan Collins, rare voix à défendre dans son camp le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

"Je ne soutiendrai pas un candidat qui a prouvé son hostilité à l'égard de Roe v. Wade", l'arrêt qui a légalisé l'avortement en 1973 dans tous les Etats-Unis, a martelé dimanche la sénatrice du Maine.

Elle pourrait donc jouer un rôle déterminant au Sénat, l'instance chargée de confirmer le candidat nommé à vie par le président.

Chaque vote comptera, les républicains ne disposant que d'une très fragile avance (51 contre 49).

Conscient de son importance stratégique, le président américain l'a conviée à la Maison Blanche peu après l'annonce du départ à la retraite du juge Anthony Kennedy, ainsi que quatre autres sénateurs au rôle pivot dans cette nomination.

Ce magistrat jouait depuis trente ans un rôle d'arbitre au sein de la plus haute instance judiciaire américaine, se rangeant tantôt du côté des quatre juges conservateurs, tantôt du côté des quatre progressistes, notamment sur l'avortement.

S'il le remplace par un conservateur, Donald Trump fera basculer l'équilibre de la Cour suprême, qui tranche les grands sujets de société.

Le visage des Etats-Unis pourrait en sortir transformé.

Désignation d'une équipe chargée de mener à bien la sélection, premiers entretiens déjà lancés, la Maison Blanche s'est rapidement mise en ordre de bataille, espérant que son nouveau magistrat siégera dès le 1er octobre.

C'est-à-dire avant des élections qui pourraient lui faire perdre sa majorité au Sénat.

Conscient de l'urgence, Donald Trump a promis d'annoncer son candidat le 9 juillet.

"Je choisis des conservateurs", a-t-il rappelé dimanche sur Fox, citant l'exemple du premier magistrat qu'il a envoyé en 2017 à la Cour suprême, le conservateur Neil Gorsuch.

Sur conseil de son équipe, a-t-il toutefois expliqué, il ne posera aux prétendants aucune question directe sur l'IVG, afin de ne pas compromettre leur confirmation.

Hypocrisie, dénoncent les démocrates: tous les candidats viennent d'une liste approuvée par une organisation ultra-conservatrice, la Federalist Society, ce qui laisse peu de doute sur leur position.

Et le candidat Trump l'avait promis en 2016: "Je suis anti-avortement, les juges seront anti-avortement".

Lors de sa rencontre avec Donald Trump, jeudi, Susan Collins a exprimé son malaise. J'ai "encouragé le président à élargir sa liste au-delà des 25 noms" déjà connus, a-t-elle expliqué sur ABC.

Elle était accompagnée à la Maison Blanche d'une autre sénatrice républicaine qui défend le droit à l'avortement, Lisa Murkowski.

Cette dernière a rappelé sa tradition de "vote indépendant" sur la Cour suprême, la semaine dernière. Mais elle est depuis restée discrète.

A elles deux, les sénatrices détiennent le pouvoir de faire basculer la maigre majorité républicaine. D'autant que le républicain John McCain, luttant contre un cancer, risque de ne pas pouvoir voter.

Mais l'équation n'est pas si simple pour les démocrates. Ils pourraient subir les défections de trois sénateurs faisant face à une réélection difficile en novembre dans leurs Etats pro-Trump: Heidi Heitkamp, Joe Donnelly et Joe Manchin. Tous avaient voté en faveur de Neil Gorsuch. Ils sont courtisés par la Maison Blanche.

Le choix du successeur d'Anthony Kennedy est "le plus important de notre vie", a averti lundi leur chef au Sénat, Chuck Schumer.

Ses troupes démocrates sont déjà mobilisées pour tenter de garder ces trois élus dans leur giron.

Leur stratégie: axer l'argumentaire non seulement sur l'IVG mais aussi sur la protection du système de santé mis en place par Barack Obama. Un sujet plus aisé à défendre face aux électeurs en terre trumpistes.

De leur côté, les associations de défense du droit à l'avortement appellent désormais les électeurs à faire pression d'ici les élections parlementaires de novembre, où un tiers des sénateurs jouent leur siège.

"Nos sénateurs peuvent mettre fin au cauchemar et sauver" la Cour suprême, a lancé lundi l'organisation Naral. "Appelez le vôtre MAINTENANT".

Avec AFP

Toutes les actualités

Attentat de Lockerbie: l'appel de la famille du seul condamné libyen rejeté

Le Libyen Abdelbaset Ali Mohamed al-Megrahi (décédé en 2012), l'unique condamné dans l'attentat de Lockerbie, à Tripoli, Libye, le 9 septembre 2009.

Plus de 32 ans après l'attentat de Lockerbie, la justice écossaise a rejeté vendredi l'appel formé par la famille de l'unique condamné, le Libyen Abdelbaset Ali Mohamed al-Megrahi, décédé en 2012, qui veut poursuivre son combat pour le réhabiliter.

"Effondrée" mais "déterminée à se battre pour obtenir justice", la famille souhaite saisir la Cour suprême britannique, a indiqué son avocat, Aamer Anwar, après la décision des cinq juges de la Haute Cour de justice d'Edimbourg. Invoquant la Convention européenne des droits de l'Homme, "nous soutiendrons que M. Megrahi n'a pas eu un procès équitable", a-t-il précisé.

Agent des services de renseignement libyens, M. Megrahi avait toujours clamé son innocence. Il avait été condamné en 2001 à la prison à vie, avec un minimum de 27 ans, par une cour spéciale écossaise établie en terrain neutre aux Pays-Bas, pour l'attentat à la bombe contre un Boeing 747 de la Pan Am.

L'appareil, qui reliait Londres à New York (Etats-Unis), avait explosé le 21 décembre 1988 au-dessus du village écossais de Lockerbie, tuant les 259 passagers et membres d'équipage et 11 personnes au sol.

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier jamais commis sur le territoire du Royaume-Uni, mais aussi du deuxième plus meurtrier contre des Américains (190 morts) après les attentats du 11 septembre 2001.

Le régime du dictateur libyen Mouammar Kadhafi avait reconnu officiellement sa responsabilité dans l'attentat de Lockerbie en 2003 et payé 2,7 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) de dédommagement aux familles des victimes.

- "Pas d'erreur judiciaire" -

M. Megrahi avait été libéré en 2009 pour raisons médicales et est mort d'un cancer en 2012 à l'âge de 60 ans dans son pays, où il avait été accueilli en héros.

La Cour a "déterminé qu'il n'y avait pas d'erreur judiciaire", a souligné le ministre écossais de la Justice, Humza Yousaf.

En mars dernier, la Commission écossaise de révision des condamnations pénales (SCCRC) n'avait pas exclu cette possibilité, soulignant la faiblesse des preuves produites contre M. Megrahi. Elle avait décidé de saisir la Haute Cour de justice, qui avait tenu trois jours d'audience en novembre.

Un commerçant de Malte, Tony Gauci, avait notamment identifié l'agent libyen comme l'acheteur de vêtements retrouvés dans la valise contenant la bombe sur la base d'une photographie.

La Haute Cour a balayé vendredi les doutes émis par la défense de la famille sur la crédibilité de ce témoignage. Sur la base des preuves présentées, "un jury raisonnable (...) aurait été en droit de rendre un verdict de culpabilité", ont estimé les juges.

- "Sécurité nationale" -

La Haute Cour n'a pas non plus retenu l'argument de la famille, selon lequel des documents liés à l'affaire, que les autorités britanniques refusent de déclassifier, auraient permis d'aboutir à un verdict différent.

Ces documents évoqueraient l'implication, dans la fabrication de la bombe, d'un agent de renseignement jordanien au sein du Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG).

"Cela n'a pas de sens, pourquoi le gouvernement britannique veut retenir ces informations au nom de la sécurité nationale, 32 ans après les faits?" s'est interrogé l'avocat Aamer Anwar.

Lors du procès en 2001, les juges avaient rejeté une théorie mettant en cause l'Iran, la Syrie et ce groupe palestinien pro-syrien, qui auraient agi en représailles à la destruction accidentelle d'un avion iranien par un missile américain en juillet 1988 (290 morts).

Du côté des Etats-Unis, l'enquête s'est poursuivie et en décembre, le jour du 32e anniversaire de l'attentat, la justice américaine a annoncé une nouvelle inculpation. Ancien membre des services de renseignement de Mouammar Kadhafi, actuellement détenu en Libye, Abou Agila Mohammad Massoud est soupçonné d'avoir assemblé et programmé la bombe.

L'enquête avait été relancée en 2016, quand la justice américaine avait appris que M. Massoud avait été arrêté après la chute du dictateur et aurait fait une confession aux services de renseignement du nouveau régime libyen en 2012.

Le chef de la police écossaise Iain Livingstone a indiqué que celle-ci continuerait de "travailler étroitement" avec les autorités américaines dans le cadre de l'enquête.

Le "conseil d'administration" du gang notoire MS-13 inculpé pour "terrorisme" à New York

Des membres du gang Mara Salvatrucha 13 (MS-13) sont présentés aux médias après avoir été arrêtés par la police lors d'une fête privée à San Salvador, El Salvador, le 10 août 2017.

Les procureurs fédéraux américains ont inculpé pour terrorisme des personnes qui, selon eux, constituent le "conseil d'administration" du célèbre gang criminel connu sous le nom de MS-13, a-t-on appris de source officielle jeudi.

Le MS-13, également connu sous son nom espagnol de Mara Salvatrucha, a été créé par des réfugiés du Salvador à Los Angeles dans les années 1980, mais s'est depuis répandu à travers les États-Unis. Même si le centre de gravité du groupe reste en Amérique centrale, on estime à 10 000 le nombre de ses membres aux États-Unis, où ils opèrent dans des unités appelées "programmes" et "cliques".

Selon le bureau du procureur du district Est de New York, il s’agit en tout de 14 chefs de gang. Ils sont accusés, entre autres chefs d’inculpation, de "conspiration visant à fournir un soutien matériel aux terroristes", "conspiration pour commettre des actes de terrorisme au-delà des frontières nationales" et "conspiration de narcoterrorisme", indique un communiqué.

Des membres du gang MS-13 attendent de monter dans un bus pour être transférés du pénitencier de Chalatenango, à Chalatenango, au Salvador, le 27 décembre 2019.
Des membres du gang MS-13 attendent de monter dans un bus pour être transférés du pénitencier de Chalatenango, à Chalatenango, au Salvador, le 27 décembre 2019.

L'un des accusés est Borromeo Enrique Henriquez, également connu sous le nom de Diablito de Hollywood. Les procureurs l'ont dépeint comme l'un des membres les plus importants du gang. L’ensemble de ces suspects constituent la Ranfla Nacional, qui est l'organe directeur du MS-13.

Onze des accusés sont déjà en prison au Salvador, mais trois d'entre eux sont toujours en cavale. Le ministère américain de la justice a déclaré qu'il étude les moyens d'extrader les personnes emprisonnées vers les États-Unis.

"Le MS-13 est responsable d'une vague de mort et de violence qui a terrorisé les communautés, laissant des quartiers de Long Island et du district Est de New York inondés de sang", a déclaré le procureur américain par intérim, Seth D. DuCharme, dans un communiqué. "Même lorsque ses membres étaient incarcérés, la Ranfla Nacional a continué à diriger les opérations mondiales du MS-13, à recruter de nouveaux membres, y compris des enfants et à orchestrer des meurtres, faisant des ravages dans le monde entier".

En juillet, plus d’une vingtaine de chefs et de membres présumés du gang ont été arrêtés lors de ratissages en Virginie, à New York et à Las Vegas.

Joe Biden veut allouer 1,9 trillion à la lutte contre la pandémie

Le président élu des États-Unis Joe Biden annonce son plan de sauvetage économique anti-coronavirus, le 14 janvier 2021, à Wilmington, Delaware, en présence de la vice-présidente élue Kamala Harris.

Le président américain élu Joe Biden a dévoilé jeudi soir un plan de lutte contre le coronavirus, soulignant l'urgence d'adopter une législation pour aider les Américains à traverser la pandémie et la crise économique qu'elle a engendrée.

"Au cours de cette pandémie, des millions d'Américains, sans que ce soit leur faute, ont perdu la dignité et le respect qui vont de pair avec un salaire", a déclaré M. Biden dans un discours présentant le plan de sauvetage depuis Wilmington, dans le Delaware.

Le plan de M. Biden comprend une nouvelle série de paiements directs de 1 400 dollars pour la plupart des Américains, un financement pour promouvoir l'ouverture des écoles en toute sécurité et la mise en place d'un programme national de vaccination. Il prévoit également une assurance chômage supplémentaire de 400 dollars par semaine jusqu'en septembre.

Le plan prévoit aussi une aide aux petites entreprises, notamment celles appartenant à des entrepreneurs issus des minorités ethniques.

Le plan, que l'équipe de transition a décrit comme "ambitieux, mais réalisable", est estimé à 1,9 trillion de dollars, selon une déclaration publiée avant le discours de M. Biden.

C'est un chiffre que les républicains jugeaient trop élevé il n'y a pas si longtemps.

Mais les choses sont différentes. Lorsqu’il prendra le pouvoir le 20 janvier, M. Biden, un démocrate, aura une Chambre des représentants contrôlée par son parti et un Sénat divisé à 50-50. Il reviendra alors à la vice-présidente élue, Kamala Harris, de faire pencher la balance. Aux États-Unis, le vice-président en exercice préside les plénières du Sénat.

M. Biden s'était déjà fixé comme objectif d'administrer 100 millions de vaccins au cours des 100 premiers jours suivant son entrée en fonction le 20 janvier. L’annonce de jeudi inclut un plan national chiffré à 20 milliards de dollars. Il comprendra le financement de centres communautaires et de centres de vaccination mobiles pour les régions éloignées, en coordination avec les gouvernements des États et des collectivités locales.

"Ce sera l'un des efforts opérationnels les plus difficiles que nous ayons jamais entrepris en tant que nation", a déclaré M. Biden. "Nous devrons remuer ciel et terre pour faire vacciner plus de gens", a-t-il ajouté.

Claude Porsella: "La nation a été choquée"

Claude Porsella: "La nation a été choquée"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:07 0:00

Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden

Photo-montage de Lady Gaga (d) et Jennifer Lopez (g).

Les stars de la musique pop Lady Gaga et Jennifer Lopez participeront à la cérémonie d'investiture de Joe Biden le 20 janvier à Washington, a annoncé jeudi l'équipe du démocrate, un événement qui se tiendra dans un climat très particulier en raison du Covid-19 et d'une sécurité renforcée après les violences au Capitole.

Lady Gaga chantera l'hymne national américain, justement sur les marches du Capitole, puis Jennifer Lopez effectuera une "prestation musicale", a précisé le comité d'organisation de l'événement.

Toutes deux avaient soutenu Joe Biden lors de sa campagne, et Lady Gaga, que Joe Biden appelle sa "grande amie", s'était déjà produite lors de son dernier grand meeting. Lorsqu'il était vice-président de Barack Obama, ils avaient travaillé ensemble sur une campagne de lutte contre le harcèlement sexuel.

Sur le thème de l'"Amérique unie", la cérémonie d'investiture du démocrate ne ressemblera à aucune autre, les organisateurs tout comme la maire de la capitale ayant appelé les Américains à ne pas se déplacer mais à la suivre virtuellement, de chez eux. Le pays enregistre actuellement ses pires bilans de morts quotidiens dus au coronavirus.

Un "champ de drapeaux" sera installé sur une partie du "Mall", l'immense esplanade où se dressent musées et monuments officiels à Washington, face au Congrès. Ils représenteront "les citoyens américains" qui n'ont pu faire le déplacement, a précisé l'équipe de Joe Biden.

Après l'assaut sur le capitole par des partisans de Donald Trump le 6 janvier pour protester contre la certification de la victoire du démocrate, la cérémonie d'investiture se tiendra également dans un climat de tension extrême.

La sécurité a été fortement renforcée dans la ville aux airs de camp retranché, et le Pentagone a autorisé le déploiement de pas moins de 20.000 soldats de la Garde nationale le jour J.

Après la cérémonie, Joe Biden avait déjà annoncé qu'il se rendrait immédiatement au cimetière national d'Arlington avec trois de ses prédécesseurs: Barack Obama, Bill Clinton et George W. Bush, pour y déposer une gerbe sur la tombe du soldat inconnu et lancer un appel à l'unité.

Le soir, le comédien américain Tom Hanks présentera une émission spéciale, diffusée sur toutes les grandes chaînes américaines, avec d'autres invités musicaux, dont Justin Timberlake.

En 2009, Aretha Franklin avait chanté lors de la première cérémonie d'investiture de Barack Obama, ainsi que Bruce Springsteen, U2, Shakira ou Stevie Wonder. Quatre ans plus tard pour sa réélection, Beyoncé avait chanté l'hymne national.

En 2017, Donald Trump avait dû lui se contenter d'artistes moins connus, l'homme étant peu apprécié du monde du spectacle.

Le président sortant a fait savoir qu'il ne participerait pas à la cérémonie le 20 janvier.

Voir plus

XS
SM
MD
LG