Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

L'Association juive européenne fait plusieurs propositions pour lutter contre l'antisémitisme

Rassemblement contre l'antisémitisme sur la Place de la République à Paris, France, le 19 février 2019. (REUTERS/Philippe Wojazer)

Interdiction de vendre des symboles nazis, mise à jour des programmes scolaires sur l'Holocauste, nomination d'un responsable dans chaque pays de l'UE..: l'Association juive européenne (EJA) a fait plusieurs propositions lundi à Paris pour lutter contre l'antisémitisme.

Cette association, qui réunit lundi et mardi, en lien avec le Consistoire central, des responsables de communautés juives européennes, des hommes politiques et des diplomates, a présenté un "plan d'actions" qu'elle espère voir adopter "par le parlement de chaque gouvernement européen", a expliqué le rabbin Menachem Margolin, président de l'EJA, lors d'une conférence de presse.

Parmi les mesures de ce plan, il a cité "l'obligation" pour chaque gouvernement de mettre à jour les programmes scolaires sur la Shoah, l'interdiction de "la vente de symboles nazis", ou encore l'interdiction de "l'utilisation de stéréotypes antisémites", comme cela a pu avoir lieu en Belgique lors d'un carnaval.

Le rabbin Menachem Margolin a ensuite précisé à l'AFP qu'il allait proposer de créer une plateforme sur le réseau social Whatsapp permettant de centraliser les incidents antisémites - attaques verbales ou physiques - dans l'Union européenne, car actuellement "la plupart ne font pas l'objet de plaintes".

Pour les communautés juives qui le demandent, il souhaite mettre sur pied "un centre de sécurité" proposant une aide via la vidéosurveillance.

"C'est crucial que chaque gouvernement ait un responsable" de la lutte contre l'antisémitisme, "car nous constatons que nous, communautés, ne pouvons pas, seules, (l')éradiquer", a-t-il estimé. Il s'est félicité de l'existence d'un "coordinateur chargé de la lutte contre l'antisémitisme" dans certains pays de l'UE, citant la France, l'Italie, la Grande-Bretagne ou encore la Roumanie.

Née en 2007, l'EJA, dont le siège est à Bruxelles, se présente comme voulant "renforcer l'identité juive" et "défendre les intérêts juifs en Europe".

Toutes les actualités

Le meurtre d'une étudiante par son compagnon ravive l'inquiétude sur la "cohabitation forcée" en Italie

Affiches contre la violence faite aux femmes lors de la campagne d’art de rue "Just Because I am a Woman" par l’artiste Alexsandro Palombo, Milan, Italie, 16 janvier 2020. (AP Photo/Antonio Calanni)

Une Sicilienne a été étranglée par son compagnon, un fémicide qui ravive les inquiétudes pour les femmes victimes de violence, contraintes à une "cohabitation forcée" induite par le confinement.

Le crime s'est produit mardi à Furci Siculo dans le département de Messine, et c'est son auteur qui a appelé les carabiniers pour se dénoncer, selon les médias italiens. La victime, 27 ans, était inscrite comme son compagnon à la faculté de médecine de Messine. Avant d'appeler les carabiniers, le meurtrier a tenté de se suicider.

Selon le recteur de l'université Salvatore Cuzzocrea, où étudiait le couple, cette tragédie est liée à la "situation de crise que nous vivons en ce moment". "Les experts avaient mis en garde contre le risque que la cohabitation forcée n'accentue les conflits familiaux".

La présidente de la commission Féminicide du Sénat, Valeria Valente, a dénoncé "l'énième féminicide survenu dans un foyer, où la crise du coronavirus nous impose de rester". "Demandez l'éloignement de ceux qui peuvent vous faire du mal ou en dernier recours éloignez-vous, y compris avec vos enfants", a-t-elle lancé, en rappelant le numéro d'urgence mis à disposition pour ce genre de situations.

La semaine dernière, la ministre italienne de l'Egalité hommes-femmes et de la Famille Elena Bonetti avait souligné la nécessité de trouver des maisons-refuges pour les femmes victimes de violences, contraintes de cohabiter avec leurs compagnons violents en raison des mesures de confinement imposées par le gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus.

En France, les hôpitaux publics débordent de patients atteints du Covid-19

En France, les hôpitaux publics débordent de patients atteints du Covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Interventions à domicile pour soulager les hôpitaux italiens

Interventions à domicile pour soulager les hôpitaux italiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Coronavirus: bataille pour des masques chinois entre la France et les Etats-Unis

Première livraison en France de masques en provenance de Chine à Vatry, le 30 mars 2020. (Thomas Paudeleux/ECPAD via AP)

Des masques commandés en Chine par la France sont rachetés par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois avant le départ des avions de livraison, a déploré mercredi Jean Rottner, président de la région française du Grand Est, particulièrement touchée par l'épidémie de coronavirus.

"Sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre", assure M. Rottner sur la radio RTL, expliquant que les avions s'envolent ensuite vers les Etats-Unis et non plus la France.

"C'est compliqué, on se bat 24 heures sur 24" pour que les masques soient livrés, a-t-il déclaré, indiquant avoir mis en place une cellule de sa région "dédiée" pour "gagner ces marchés".

Le président de la région Paca (sud-est), Renaud Muselier, s'était également plaint mardi d'une telle pratique de la part d'acheteurs américains.

Deux millions de masques chirurgicaux commandés par la région Grand Est à la Chine ont été livrés dans la nuit de mardi à mercredi.

"J'ai été très heureux de voir arriver cet avion chez nous hier soir", a déclaré M. Rottner.

Le Grand Est a été la première région à recevoir sa propre commande de masques passée en complément des commandes nationales.

Emmanuel Macron, critiqué pour le manque de masques auquel doit faire face la France, a notamment promis mardi "l'indépendance pleine et entière" d'ici à la fin de l'année pour la production de masques, lors d'une visite dans une usine de fabrication.

Les Etats-Unis, qui ont tardé à prendre des mesures pour enrayer la propagation du coronavirus sur leur territoire, sont également à la recherche de masques.

Covid-19: la Russie envoie de l'aide humanitaire aux États-Unis

Covid-19: la Russie envoie de l'aide humanitaire aux États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG