Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L’armée israélienne estime que les femmes peuvent actionner un char


Un char israélien le long de la frontière avec la bande de Gaza, le 29 mai 2018.

Des femmes peuvent actionner un char, a établi un programme pilote de l'armée israélienne remettant en cause l'exclusivité masculine dans les unités blindées de Tsahal.

Annoncés jeudi, les résultats de ce programme expérimental sur la faisabilité d'intégrer des femmes dans les unités de chars ne signifient pas pour autant que celles-ci vont commencer dès à présent à servir dans les blindés.

Mais ils nourriront la réflexion des généraux sur la possibilité d'intégrer des femmes dans les unités blindées et ainsi de trancher la vive polémique qui agite les milieux militaires, a indiqué à des journalistes le lieutenant-colonel Beni Aharon, un des commandants du corps blindé.

Le service militaire est obligatoire, sauf exceptions, en Israël, de deux ans et huit mois pour les hommes et deux ans pour les femmes.

Le service dans les chars nécessite des capacités physiques permettant la manipulation d'obus et des pièces particulièrement lourdes de l'engin en cas de panne.

De nombreux responsables militaires à la retraite dénoncent ce qu'ils considéraient comme une expérimentation particulièrement dangereuse.

"Le but du programme pilote était de déterminer si quatre femmes peuvent actionner un tank au cours d'une activité de sécurité de routine et la réponse est positive", a déclaré le lieutenant-colonel Aharon. Il a précisé que l'expérimentation n'avait porté que sur des opérations de défense des frontières, les soldates ayant été déployées dans le désert du Néguev, dans le sud d'Israël.

"Seules des activités de sécurité de routine ont été envisagées, pas de missions en cas de guerre" , a-t-il ajouté.

Ces dernières années, les blindés israéliens ont été déployés à plusieurs reprises lors des trois conflits avec le mouvement islamiste Hamas, dans la bande de Gaza, et lors de la guerre de l'été 2006 avec le Hezbollah dans le sud du Liban.

Au total 10 femmes, sur les 15 qui avaient été sélectionnées au départ, ont terminé avec succès la formation, six d'entre elles comme soldates et quatre comme commandantes de tanks, a précisé le lieutenant-colonel Aharon.

Si le projet pilote se concrétise, les femmes ne seront en aucune circonstance mélangées avec les tankistes masculins, a-t-il ajouté.

Mais leur intégration effective pourrait encore prendre du temps, car "les généraux devront décider ce qu'ils veulent faire dans le futur", selon lui.

En décembre, l'armée israélienne avait indiqué que le nombre de femmes servant dans ses unités combattantes avait atteint un niveau record en 2017, avec 2.700 femmes.

La plupart des recrues combattantes servent dans des unités mixtes.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG