Liens d'accessibilité

L'arbitrage vidéo "doit être peaufiné" pour le Mondial-2018, selon Infantino


Le président de la FIFA, Gianni Infantino, tient un trophée dedié aux "travailleurs de la Coupe du au Qatar 2016" à Doha, Qatar, 22 avril 2016. epa/ STRINGER

L'assistance vidéo "doit être peaufinée" pour être opérationnelle au Mondial-2018, a déclaré samedi le président de la Fifa Gianni Infantino, reconnaissant des couacs lors des tests effectués durant le Mondial des clubs au Japon.

"Nous sommes en phase de test et (le système) doit être peaufiné", a déclaré le patron du foot mondial.

"Il est encore trop tôt pour savoir quand nous pourrons démarrer avec ce système, mais j'espère que les résultats des essais seront assez positifs pour le mettre en vigueur lors de la prochaine Coupe du monde", a-t-il ajouté, maintenant sa position en faveur de l'utilisation de cette technologie.

Lors de la demi-finale du Mondial des clubs jeudi entre le Real Madrid et les Mexicains d'America (2-0 pour le club espagnol), un but inscrit par Cristiano Ronaldo a été validé après un certain flottement et une longue incompréhension entre joueurs, arbitre et assistant vidéo. Accordé, puis annulé sur intervention de l'arbitre vidéo, le but a finalement été validé, provoquant de nombreuses critiques, à commencer par celles du milieu de terrain madrilène Luka Modric.

"Le but de Ronaldo a été un problème de communication, a commenté Infantino. Je suis sûr que Modric sera content la prochaine fois s'il remporte un match grâce à la vidéo. Même si cela prend quelques secondes pour arrêter une décision, cela sera bénéfique car ce sera la bonne décision."

- 'Situation malheureuse' -

Le chef du développement technique de la Fifa Marco van Basten a rejoint l'avis de son dirigeant. "Modric a été un peu perdu, comme tout le monde après le but de Ronaldo. La situation a été malheureuse, mais cela ne se produira probablement plus les prochaines fois et je suis sûr que Modric sera heureux", a déclaré le Néerlandais.

Également critiqué: l'allongement des matchs causé par l'arbitrage vidéo, jugé "agaçant" par Mateus Uribe, le milieu de terrain des Colombiens de l'Atletico Nacional, à l'issue de la demi-finale du Mondial des clubs perdue par son équipe contre le club japonais des Kashima Antlers (3-0). Lors de la rencontre, un penalty a été accordé aux Japonais de longues secondes après une action litigieuse, ce qui "a retourné la rencontre à 180 degrés" selon Uribe.

Sur ce point, Infantino a rétorqué que le temps que les joueurs passaient à feindre des blessures était supérieur à celui pris par l'assistant vidéo pour revoir l'action.

"Nous ne voulons pas interrompre le cours du jeu mais que représentent trente secondes ou une minute dans une Coupe du monde si vous pouvez gagner ou perdre une finale à cause de l'erreur d'un arbitre ?", a-t-il questionné.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG