Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Economie/ Société

L'Américain David Malpass en lice pour diriger la Banque mondiale

Le président Donald Trump accueille David Malpass, chargé des affaires internationales au Trésor américain, et son épouse Adele, à la Maison Blanche, le 6 février 2019.

David Malpass est "la personne idoine pour occuper ce poste incroyablement important", a estimé le président américain.

La Maison Blanche a nommé David Malpass, 62 ans, comme candidat au poste de président de la Banque mondiale, un choix controversé s'agissant de ce proche du président Donald Trump connu pour ses critiques acerbes des institutions internationales.

David Malpass est "la personne idoine pour occuper ce poste incroyablement important", "il ne pouvait pas y avoir meilleur candidat", a estimé Donald Trump alors que cette nomination a suscité une volée de critiques virulentes avant même son officialisation.

Le nom de ce responsable du Trésor américain, chargé des affaires internationales, avait émergé dès l'annonce début janvier de la démission de Jim Yong Kim, Américain d'origine sud-coréenne dont le départ de la Banque mondiale est effectif depuis le 1er février.

Le poste de président de la Banque mondiale est traditionnellement attribué à un Américain selon un partage des rôles tacite qui veut que la direction de l'autre institution de Washington, le Fonds monétaire international (FMI), soit attribuée à un Européen.

Il faudrait ainsi un front uni inédit pour empêcher David Malpass d'accéder à la tête de la Banque mondiale.

"C'est un grand honneur", a réagi M. Malpass, présent lors de l'annonce, soulignant son souhait de poursuivre les efforts pour mieux intégrer les femmes dans l'économie.

"Je suis très optimiste sur le fait que nous pouvons créer de la croissance à l'étranger qui contribuera à nous aider dans la lutte contre l'extrême pauvreté et à accroître les opportunités économiques pour les pays en voie de développement", a-t-il ajouté.

L'administration Trump a estimé qu'il n'y avait pas de raison d'être circonspect sur le profil de David Malpass qui peut se targuer, selon elle, d'une longue expérience des affaires internationales, citant ses participations aux réunions des groupes G7 et G20.

Pour l'heure, les autres candidats représentant d'autres Etats membres n'ont pas été révélés.

La Banque mondiale, dont la vocation est de réduire la pauvreté dans le monde en finançant des projets de développement, doit lancer officiellement les candidatures jeudi. Les prétendants auront jusqu'au 14 mars pour déposer leur dossier. Et le nom du nouveau président sera annoncé d'ici mi-avril.

L'institution de Washington a assuré qu'elle s'engageait à assurer "un processus de sélection transparent, ouvert et basé sur le mérite", promettant d'utiliser des critères objectifs pour la sélection: solide expérience de dirigeant, expérience de direction d'une grande organisation internationale ou encore le sens de la diplomatie et de l'impartialité.

Pourtant, depuis sa création en 1944, la nationalité a été déterminante dans le choix final.

Efficacité

Alors que David Malpass n'a pas hésité à critiquer publiquement les institutions internationales, les jugeant dépensières, "pas très efficaces" et "souvent corrompues dans leurs pratiques de prêts", un haut responsable américain a balayé mercredi les critiques selon lesquelles il serait hostile au multilatéralisme.

"Nous devons faire une distinction très importante: David (Malpass) et le gouvernement américain soutiennent (...) ces organisations quand elles remplissent pleinement leur mission et travaillent de manière efficace", a réagi ce responsable sous couvert d'anonymat.

"Les Etats-Unis estiment que la Banque mondiale est une institution importante pour la croissance mondiale", a-t-il assuré, soulignant qu'ils continueraient à la soutenir dans ses missions en tant que principal actionnaire.

Il a indiqué que l'objectif était d'apporter une aide aux pays en voie de développement "de manière plus efficace". "Parfois, cela nécessite des réformes", a-t-il commenté, relevant qu'il s'agirait précisément de la mission de M. Malpass s'il présidait la Banque mondiale.

Donald Trump a rappelé que les Etats-Unis étaient les plus grands contributeurs de cette institution, "plus d'un milliard de dollars chaque année". "Mon administration a pour priorité de s'assurer que les dollars des contribuables sont dépensés intelligemment et servent les intérêts des Américains", a-t-il relevé.

De nombreux économistes, dont le Nobel d'économie Paul Krugman, ont décrié le candidat, rappelant ses erreurs de jugement passées.

David Malpass a notamment publié en 2007, peu avant l'éclatement de la crise immobilière, une tribune dans le Wall Street Journal assurant que "le marché immobilier et l'endettement ne jouent pas un rôle si important que cela dans l'économie américaine".

"Le reste du monde détient 84% des droits de vote à la Banque mondiale. C'est entièrement à leur portée de bloquer cette nomination inappropriée", a exhorté Scott Morris, du centre de réflexion Center for global development.

Face aux Etats-Unis, les pays en voie de développement avancent pour le moment en ordre dispersé, bien que disposant de candidats de qualité tels que l'ancienne ministre indonésienne des Finances Sri Mulyani Indrawati et l'ancienne ministre nigériane des Finances Ngozi Okonjo-Iweala, déjà candidate en 2012.

Toutes les actualités

Visite guidée au village des tortues

Visite guidée au village des tortues
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Les investissements secrets des Kabilas

Les investissements secrets des Kabilas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Sécurité alimentaire dans le monde

Sécurité alimentaire dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

Grève des camioneurs au Burkina

Grève des camioneurs au Burkina
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Poursuites annulées contre un célèbre chanteur dans une affaire de faux billets

L'artiste et ministre sénégalais Youssou Ndour (C) et les chanteurs sénégalais Thione Seck (L), Ismael Lo et Omar Pene en concert au Grand Théâtre de Dakar le 8 septembre 201, au profit des victimes des inondations.

Le musicien sénégalais Thione Seck, membre de la légendaire formation Orchestra Baobab dans les années 1970, a obtenu jeudi l'annulation par un tribunal correctionnel de Dakar des poursuites le visant dans une affaire de faux billets, à cause d'un vice durant l'enquête.

Thione Seck, qui avait fait neuf mois de détention provisoire après son arrestation le 27 mai 2015, était poursuivi avec un Malien, Alaye Djité, pour "contrefaçon de signes monétaires" et "tentative d'escroquerie".

Un sac contenant "50 millions d'euros", qui se sont avérés être des faux billets en euros et des coupons bleus, avait été retrouvé chez le chanteur à Dakar, selon l'enquête.

Son co-prévenu malien Alaye Djité, chez qui les enquêteurs avaient trouvé du matériel pouvant servir à la fabrication de fausse monnaie, dont des photocopieuses, des encres, des billets de banques scannés ainsi que des faux billets, est en détention depuis juin 2015.

Le tribunal "annule le procès-verbal d'enquête préliminaire et toute la procédure" parce que "les mis en cause n'ont pas bénéficié de l'assistance d'un conseil durant la garde à vue", a déclaré le juge Amadou Diop.

La présence d'un avocat après une interpellation est prévue par les textes dans les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa, 8 Etats) dont le Sénégal est membre.

Le tribunal a ordonné "la main levée du mandat de dépôt" contre Alaye Djiité, qui obtient ainsi la liberté.

Le parquet avait le 9 mai requis une peine de 2 ans de prison, dont huit mois ferme contre le chanteur de 64 ans, auteur de plusieurs albums à succès et une des plus belles voix du pays, et cinq ans ferme contre Alaye Djite.

"Toutes les poursuites ont été annulées et le ministère public ne peut plus les poursuivre sur la base des mêmes pièces" dont les faux billets trouvés au domicile du chanteur, a déclaré jeudi Me Bamba Cissé, un avocat du chanteur.

"On m'a emprisonné pendant huit mois. Ils m'ont fait du tort, à ma famille et mes fans", a déclaré, après le jugement, Thione Ballago Seck de son nom complet, dont le fils Wally Seck est l'un des chanteurs les plus populaires actuellement au Sénégal.

Le chanteur avait affirmé durant le procès avoir été "victime d'un complot" de Gambiens vivant en Suède, qui lui avaient fait miroiter un contrat de 100 millions d'euros pour une série de 105 concerts en Europe.

Un de ces Gambiens, Joachim Cissé, basé à Banjul, lui avait, selon lui, remis comme "avance" une somme de "50 millions d'euros" dans le sac contenant les faux billets trouvé à son domicile.

Les enquêteurs n'ont jamais retrouvé la trace de ce groupe de Gambiens et la plainte pour escroquerie déposée par Thione Seck avait été classée sans suite.

Voir plus

XS
SM
MD
LG