Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'Afrique "prochain continent abolitionniste" de la peine de mort


Des membres de l'association de "Ensemble contre la peine de mort" simulent un prélèvement d'organes après l'exécution factice de condamnés à mort, à Paris, le 07 juillet 2008.

Sur les 55 pays du continent africains, 19 ont déjà totalement aboli la peine de mort, et 24 ne la pratiquent plus, bien qu'elle soit encore en vigueur, selon les données de l'association Ensemble contre la peine de mort (EPCM), qui organisait un congrès sur ce thème dans la capitale économique ivoirienne.

"Je vous implore tous de vous lever et de dire non à la peine de mort": avec l'Ougandaise Susan Kigula, des ex-condamnés ont plaidé à Abidjan pour la fin de la peine capitale en Afrique, perçu comme le "prochain continent abolitionniste".

"Chaque année depuis 10 ans, un pays africain abolit la peine de mort", explique à l'AFP Raphaël Chenuil-Hazan, directeur général d'EPCM. "C'est une tendance continue. Après l'Europe et l'Amérique du Sud, l'Afrique est le prochain continent abolitionniste", juge-t-il.

Toutefois, 12 pays africains pratiquent encore la peine capitale, 855 condamnations ont été prononcées et 68 personnes exécutées en 2016 en Afrique, selon les chiffres d'EPCM (Botswana, Egypte, Ethiopie, Guinée Equatoriale, Libye, Nigeria, Ouganda, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Tchad, Zimbabwe).

>> Lire aussi : Barrow s'engage à abolir la peine de mort en Gambie

Pour tous les acteurs de ce congrès qui a réuni environ 300 participants de 30 pays - ONG, politiques, organisations internationales - l'abolition est avant tout une question de courage politique, sur un continent où l'on voit régulièrement se produire une justice populaire expéditive, comme des lynchages de délinquants réels ou supposés.

"Si un gouvernement fait preuve de volonté politique pour abolir la peine de mort, l'opinion publique suit", estime Susan Kigula, qui a passé 15 ans dans le couloir de la mort dans son pays, accusée d'avoir tué son mari, bien qu'elle ait toujours clamé son innocence.

Libérée en 2016, mère de deux enfants, elle a passé pendant son incarcération un diplôme de droit de l'université de Londres, lancé une chorale de détenues et est devenu un symbole de la lutte contre la peine de mort en Ouganda, qui l'applique toujours.

Discrimination sociale

"Avec la peine de mort, les gens ne cherchent pas la justice mais la vengeance", s'insurge Kajeem, une des stars du reggae ivoirien, engagé dans cette lutte. Surtout, "avec la justice expéditive et les enquêtes bâclées pratiquées dans les pays africains, il n'est pas possible d'appliquer la peine de mort!".

"La peine de mort est discriminatoire, elle frappe avant tout les pauvres, qui n'ont pas les moyens de se défendre", rappelle M. Chenuil-Hazan. C'est donc d'abord "une discrimination sociale", avant même d'être une discrimination raciale, comme aux Etats-Unis où ce sont quasi exclusivement des Noirs qui sont condamnés.

>> Lire aussi : L'ONU "préoccupée" par les condamnations à mort en RDC

"La peine de mort est aussi un outil pour se débarrasser d'opposants politiques dans de nombreux régimes", poursuit-il. En fait "la question de la peine de mort est la porte d'entrée de tous les sujets de droits humains".

Sorti en 2016 après 18 ans passés dans le couloir de la mort au Kenya, pour un meurtre qu'il a toujours nié, Pete Ouko est convaincu qu'il faut d'abord agir sur les causes sociales du crime.

Devenu avocat pendant sa détention, diplômé de l'université de Londres, il a fondé une association pour aider les jeunes à ne pas tomber dans la délinquance et aider les condamnés à se réinsérer socialement.

Il est optimiste sur l'abolition de la peine de mort en Afrique. "Je vois un changement progressif dans l'attitude des gens", "les Kényans ne veulent plus de la peine de mort, dans tout le pays, pas seulement dans les villes", et "je crois que c'est le cas dans toute l'Afrique de l'Est".

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG