Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Législatives au Congo: le parti présidentiel rafle 111 des 151 sièges

Le président Denis Sassou N'Guesso vote lors des élections législatives dans l'arrondissement 5 de Ouenzé, à Brazzaville, le 10 juillet 2022.

Au deuxième tour, l'ancien parti unique a ajouté 9 sièges aux 102 sièges gagnés au premier tour.

Le parti congolais du travail (PCT) du président Denis Sassou Nguesso a remporté 111 sièges sur les 151 de l'Assemblée nationale du Congo, à l'issue des deux tours des élections législatives, selon les résultats publiés mardi par le ministre de l'Administration du territoire.

Ces scrutins ont été marqués par une faible affluence des votants, selon des observateurs. Les autorités n'ont pas donné le taux de participation à cette élection législative.

Au terme du deuxième tour, l'ancien parti unique, le PCT, a ajouté neuf sièges aux 102 sièges gagnés au premier tour, selon des résultats lus à la télévision d’État par le ministre de l'Intérieur Guy-Georges Mbaka.

L'ancienne présidente de la Fédération de l'opposition congolaise Claudine Munari a battu la ministre PCT des Petites et moyennes entreprises Jacqueline Lydia Mikolo.

L'Union des démocrates humanistes (UDH-YUKi) de l'opposant défunt Guy-Brice Parfait Kolelas a gagné sept sièges à la nouvelle Assemblée nationale, soit le même nombre d’élus que l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), jusque-là première formation de l’opposition.

Au cours du processus électoral, "la paix, la sérénité et la cohésion nationale ont été préservées", s’est félicité le ministre en charge des élections Guy-Georges Mbaka.

L’Assemblée nationale congolaise doit se doter dans les prochains jours d'un bureau alors qu'un remaniement technique du gouvernement est envisagé, selon des sources gouvernementales.

Toutes les actualités

L’Afrique centrale avance à grands pas vers l’intégration régionale

ARCHIVES - Des personnes attendent de traverser la frontière avec la Guinée équatoriale en voiture et à pied à Kye-Ossi, au Cameroun, le 23 mai 2015.

Les ministres de l’Intégration ont adopté à Yaoundé le principe d’une fusion des différentes communautés économiques régionales et cela dès l’année prochaine.

L’Afrique centrale débarrassée de ces multiples Communautés économiques régionales (CER) en 2023 ? Les autorités veulent en tout cas y croire après la récente réunion du Comité de pilotage de la Rationalisation des Communautés Économiques Régionales en Afrique Centrale, COPIL/CER-AC.

Lors de sa dernière rencontre qui s’est tenue du 11 au 12 août 2022 dans la capitale camerounaise, cet organe technique a, en effet, validé le projet de rapprochement des espaces économiques régionaux d’ici la fin de l’année 2023.

Cette décision suppose notamment la disparition à terme de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), celle de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), ainsi que la Communauté économique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) au profit d’une seule et unique organisation.

Fragmentation de communautés

Des propositions de dénomination existent déjà pour ce projet qui répond aux recommandations de l’Union africaine (UA) pour une meilleure intégration des différentes régions du continent, et qui attend l’avis favorable du chef de l’État camerounais Paul Biya, en charge de la rationalisation des CER-AC.

Sur les huit communautés régionales reconnues par l’UA, la zone d’Afrique centrale en compte à elle seule trois, dont la CEEAC avec 11 membres, la CEMAC composée de six membres et la CEPGL regroupant quatre membres. Une fragmentation qui mine les efforts d’intégration entre les pays au niveau institutionnel en particulier.

Alors que le brassage des peuples est bien une réalité malgré les stigmates de la balkanisation, il est parfois plus rapide et plus sûr d’importer à Brazzaville ou à Kinshasa des marchandises provenant de villes bien plus lointaines, que d’effectuer des échanges commerciaux entre ces deux capitales pourtant uniquement séparées par un fleuve.

Goulots d’étranglement

Le manque d’infrastructures transfrontalières de qualité, les procédures de visa, les exigences douanières et les autres contraintes administratives, sans oublier les nombreux conflits parfois sur fond de rivalités entre États, constituent autant de freins à la pleine exploitation du potentiel de cette région.

Selon les chiffres de l’UA sur l’intégration régionale, le commerce intrarégional est estimé à 5,4% seulement au sein de la CEEAC pourtant riche d’un PIB en 2019 de 204 milliards de dollars. En comparaison, la région ouest-africaine (CEDEAO) tourne autour de 13,8% de commerce intrarégional.

Les dirigeants africains espèrent l’élimination prochaine de tous ces goulots d’étranglement grâce à la rationalisation des CER. Cette initiative s’insère dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et le Traité d’Abuja, deux programmes visant « une intégration plus élargie et plus élaborée » du continent africain.

Fin du second tour des élections législatives au Congo-Brazzaville

Fin du second tour des élections législatives au Congo-Brazzaville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:37 0:00

Vente du cacao ivoirien; subvention des des semi-conducteurs américains

Vente du cacao ivoirien; subvention des des semi-conducteurs américains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Pétrole et diamants: Abidjan et Luanda font de nouvelles découvertes

Pétrole et diamants: Abidjan et Luanda font de nouvelles découvertes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:27 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG