Liens d'accessibilité

Koala, reine à tout faire des jeux de la Francophonie, veut progresser à Londres


Marthe Koala du Burkina lors des Jeux Olympiques de Rio, Brésil, 16 août 2016.

Deux titres sur 100 m haies et la longueur (avec un record national) aux 8es jeux de la Francophonie à Abidjan: l'athlète burkinabè Marthe Koala est en forme avant les Mondiaux de Londres, où elle visera la finale et un nouveau record d'Afrique en heptathlon.

“Je suis très satisfaite de cette deuxième médaille d’or parce que l’objectif c’était de battre mon propre record à défaut de la médaille. Je n’étais pas trop sure parce que les concurrentes étaient de taille. J’ai aussi fait les minima au niveau de l’heptathlon. La suite ce sont le jeux mondiaux qui se tiendront du 4 au 16 à Londres et là encore je compte battre mes propres records", a confié Koala à VOA Afrique.

"Contrat rempli. Je voulais les deux titres en venant. Je suis très contente d'avoir pu battre le record du Burkina (de la longueur). J'espère battre mon record à l'heptathlon à Londres", a déclaré la championne à l'AFP, sacrée mercredi avec un bond à 6m52, soit 6 centimètres de mieux que l'ancien record du Burkina, au lendemain de sa victoire en 13 sec 32 sur les haies.

La presse burkinabè lui rendait hommage jeudi. "Marthe roule en or", titrait ainsi le quotidien Aujourd'hui au Faso, selon lequel "l'athlétisme burkinabé est en train d'écrire les plus belles pages de son histoire" alors que Bienvenu Sawadogo a décroché la médaille d'argent sur 400 m à Abidjan.

"Marthe Koala n'arrête pas de porter haut les couleurs nationales", soulignait de son côté "L'Observateur paalga", doyen des quotidiens du Burkina, tandis que "Le Quotidien" estimait que "Marthe a une nouvelle fois éclaboussé le stade Félix Houphouët-Boigny de son talent (...) en attendant les Mondiaux de Londres, où elle entend faire parler d'elle".

A 23 ans, Koala veut "progresser". "Je veux battre mes records à Londres. Je suis en forme et j'espère rentrer en finale (dans les huit premières places)", affirme la Burkinabè, qui peut espérer passer le cap des 6.500 points et battre le record d'Afrique de l'heptathlon.

- +Garçonne+ -

Née à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina, Koala a été rapide dès son plus jeune âge. "A l'école primaire, je battais tout le monde, même les garçons. On me traitait de +garçonne+", assure la jeune femme, qui n'a pourtant pas un physique de déménageur avec ses jambes fines.

"Une amie m'a alors proposé de m'entraîner. Il n'y pas vraiment d'infrastructures à Bobo. On s'entraînait sur un terrain et il n'y avait pas de matériel pour les lancers. Je suis donc partie à Ouagadougou", raconte-elle.

L'athlète progresse régulièrement et prend, à 17 ans, la 5e place de l'heptathlon aux jeux Africains, à Maputo, avec 5.133 points. "C'est là que j'ai été vraiment détectée. On m'a proposé d'intégrer le centre international d'athlétisme de l'île Maurice (de la Fédération internationale IAAF)", où elle réside désormais.

"Le secret, c'est le travail et l'entraînement. J'ai toujours été rapide et pour les lancers j'essaie de compenser avec la technique", explique-t-elle.

Elle continue à être performante sur les haies (vice-championne d'Afrique en 2014 à Marrakech, sélectionnée pour les jeux Olympiques de Rio), mais ses progrès sur les lancers lui ont permis de franchir un nouveau cap, avec un nouveau record personnel cette année sur l'heptathlon (6.230 points à Kladno en juin dernier).

Après avoir amélioré de 30 cm son record à la longueur à Abidjan, elle peut atteindre ses objectifs à Londres, à condition de bien supporter la répétition des efforts et la pression d'un grand événement.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG