Liens d'accessibilité

Julio Maglione réélu président de la Fina dans un fauteuil


L'Uruguayan Julio Maglione a conservé confortablement son fauteuil de président de la Fédération internationale de natation à Budapest, Hondrie, 22 juillet 2017.

L'Uruguayan Julio Maglione a conservé confortablement son fauteuil de président de la Fédération internationale de natation samedi, alors que la Fina est secouée par un scandale financier.

Par ailleurs, le Koweïtien Husain al-Musallam, mis en cause dans ce scandale révélé par la presse, a été élu premier vice-président .

Maglione a été réelu par 258 voix contre 77 à l'Italien Paolo Barelli, président de la Fédération européenne, lors d'une assemblée générale élective organisée à Budapest en marge des Mondiaux-2017.

Celui qui va attaquer son troisième mandat bénéficie à 81 ans d'un changement des statuts de la Fina en 2015, abolissant la limite d'âge pour l'élection de ses dirigeants. "Vous devez être fous. Je me sens bien et j'ai été réélu pour quatre ans", a déclaré après sa réélection Maglione à la presse, faisant taire une rumeur selon laquelle il envisageait d'abdiquer.

Depuis mercredi, la Fina est secouée par un scandale financier qui met en cause Husain al-Musallam.

Dans un enregistrement obtenu et publié par le journal britannique The Times et le site internet du magazine allemand Der Spiegel, il apparaît que Husain Al Musallam a demandé à un intermédiaire une commission de 10% sur de possibles contrats de parrainage.

Alors qu'il agissait dans son rôle de directeur général du Conseil olympique asiatique (OCA), le Koweïtien de 57 ans a demandé, selon l'enregistrement, des "commissions" sur des contrats d'un montant total de "40 à 50 millions" de dollars.

La Fina avait réagi en indiquant qu'il "revient à l'OCA de commenter ces allégations même si la Fina suivra les développements de près".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG