Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

John Kerry demande à la Russie l'arrêt des bombardements en Syrie

Le Secretaire d'Etat americain John Kerry. Beijing, 27 janvier 2016.

Le secrétaire d'État américain John Kerry a demandé jeudi à son homologue russe Sergueï Lavrov l'arrêt des bombardements de Moscou contre l'opposition en Syrie, accusant implicitement la Russie d'avoir torpillé les pourparlers de paix.

Le secrétaire d'État américain John Kerry a demandé jeudi à son homologue russe Sergueï Lavrov l'arrêt des bombardements de Moscou contre l'opposition en Syrie, accusant implicitement la Russie d'avoir torpillé les pourparlers de paix.

Au cours d'une "franche" discussion, M. Kerry a rappelé à la Russie qu'une résolution du conseil de sécurité de l'Onu appelait déjà à un cessez-le-feu immédiat en Syrie pour permettre l'acheminement de l'aide aux villes assiégées.

"La Russie a la responsabilité, comme toutes les autres parties, de respecter" cette résolution, a affirmé M. Kerry devant la presse en marge de la conférence des donateurs à Londres.

"J'ai eu une conversation avec le ministre Lavrov ce matin. Nous sommes tombés d'accord sur le fait qu'il faudra discuter comment appliquer le cessez-le feu", a développé le Secrétaire d'Etat.

M. Kerry a insisté sur le fait que le régime syrien et ses alliés ainsi que les rebelles devaient autoriser l'accès humanitaire aux zones assiégées.

A Moscou, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé que MM. Lavrov et Kerry avaient déploré la suspension des négociations de paix syriennes et exprimé l'espoir que cette pause serait "aussi courte que possible".

Après six jours de discussions avec le régime d'une part, l'opposition de l'autre, l'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura a annoncé mercredi soir à Genève une "pause" dans le processus de discussions sur la Syrie censé enclencher une solution politique pour mettre un terme au conflit.

AFP

Toutes les actualités

Israël normalise ses relations avec les Emirats arabes unis

Israël normalise ses relations avec les Emirats arabes unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Coronavirus: 20,6 millions de cas et plus de 750 000 décès

Coronavirus: 20,6 millions de cas et plus de 750 000 décès
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Israël signe un accord de paix avec les Emirats arabes unis

Le ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie à l'occasion de la remise à l'armée de l'air israélienne du système d'interception David's Sling ("Fronde de David"), le 2 avril 2017.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu s’est félicité, jeudi, de la normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats arabes unis. Pour lui, une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe. 

M. Netanyahu a déclaré, lors d'une allocution télévisée, avoir eu une discussion trilatérale avec le président américain Donald Trump et le cheikh émirati Ben Zayed. Les trois hommes ont convenu d'un accord de paix complet avec des échanges d'ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv".

"Les Emirats vont investir des sommes importantes en Israël. Il s'agit d'une ouverture pour la paix dans la région", a affirmé le Premier ministre israélien, se félicitant de ce troisième accord de paix avec un pays arabe, après l'Egypte et la Jordanie.

La normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats faisait partie du plan Trump pour le Proche-Orient; qui prévoyait aussi l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et des colonies juives en Cisjordanie occupée, un projet décrié par les Palestiniens et plusieurs pays européens et ceux de la région.

Cette normalisation aura pour effet de "reporter" les projets israéliens d'annexion, a dit M. Netanyahu qui affirme n'avoir pas "renoncé" à cette option.

Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, la normalisation des relations entre Abou Dhabi et Tel-Aviv "ne sert pas la cause palestinienne" et constitue un "chèque en blanc" pour la poursuite de "l'occupation" par l'Etat hébreu.

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes

Le vaccin anti-coronavirus russe suscite des doutes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Coronavirus: les Européens doutent du vaccin russe

Coronavirus: les Européens doutent du vaccin russe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG