Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Gabon

Jean Ping constate "la vacance de pouvoir au sommet de l'État" gabonais

Le chef de l'opposition gabonaise Jean Ping arrive au siège de son parti à Libreville, le 28 août 2016. (Photo AFP)

L’opposant gabonais Jean Ping a déclaré samedi que le président Ali Bongo Ondimba est dans "l'incapacité manifeste" de s'acquitter de ses fonctions et que la nation est désormais dirigée par une "bande" menée par la Première dame Sylvia Valentin Bongo.

M. Ping, 77 ans, a fustigé Mme Bongo comme étant à l’origine du projet de loi sur la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon.

"Les Gabonais ne veulent pas de cette dépénalisation de l'homosexualité", a déclaré l'ancien président de la Commission de l'Union africaine qui continue de se déclarer "président élu" du Gabon, près de quatre ans après le scrutin qui l’avait opposé au fils du défunt président Omar Bongo Ondimba en août 2016.

Pour lui, le projet de loi sur la dépénalisation n'est qu'une tentative de "distraction" pour détourner l'attention de "la vacance de pouvoir au sommet de l'État" causée par l’accident cardio-vasculaire qui avait frappé le chef de l’État gabonais en 2018 lors d'une visite en Arabie Saoudite.

La déclaration de M. Ping, qui a été diffusée sur Facebook, intervient quelques jours seulement après que le parlement contrôlé par le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir ait voté la dépénalisation de l'homosexualité, moins d'un an après que le même PDG en ait fait un crime.

"Les parlementaires du PDG n'ont rien à faire de la volonté du peuple", a déclaré M. Ping, soulignant qu'il est temps de "mettre fin à cette imposture qui n'a que trop duré".

Dans un langage à peine voilé, l’ex-diplomate a validé les rumeurs qui circulent au Gabon selon lesquelles Mme Bongo serait en train de préparer l’installation au pouvoir de son fils Noureddin Bongo Valentin.

Au début de l'année, le jeune homme avait été promu au rang de "coordinateur général des affaires présidentielles" du Gabon, malgré un parcours professionnel que de nombreux détracteurs jugent squelettique.

“La bande à Sylvia”, a dit M. Ping, s’autorise à “agir au nom d’Ali Bongo Ondimba” pour une “destructuration des fondements de la société” gabonaise. L’objectif, selon M. Ping, est de se positionner comme le seul rempart éclairé dans un Gabon en retranchement obscurantiste.

Il interpelle donc les amis du Gabon à aider le pays “à ne pas sombrer dans le chaos”.

La solution, pour lui, est de "retirer" cette "loi scélérate", a-t-il ajouté, empruntant une expression déjà utilisée par le clergé gabonais qui est farouchement opposé à la dépénalisation des rapports homosexuels.

Aucune réaction des autorités gabonaises n'a été immédiatement disponible.

Toutes les actualités

"Opération Scorpion": des poids lourds du parti au pouvoir pris dans la nasse

"Opération Scorpion": des poids lourds du parti au pouvoir pris dans la nasse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

Le maire de Libreville détenu dans une enquête pour corruption

Une voiture stoppée à un checkpoint à Libreville, le 13 avril 2020. (Steeve Jordan/AFP)

Le maire de Libreville, la capitale du Gabon, est incarcéré, inculpé notamment de corruption et détournements de fonds publics, ont annoncé mercredi le parquet et son avocat.

Léandre Nzué, 63 ans et maire depuis février 2019, a été "placé sous mandat de dépôt mardi soir après avoir été inculpé par un juge d'instruction de 11 chefs", dont "association de malfaiteurs, détournement de fonds publics, blanchiment de capitaux, extorsion de fonds, concussion, corruption passive et chantage", a déclaré à l'AFP une haute responsable du parquet.

Son avocat, Jean-Paul Moumbembé, a confirmé à l'AFP que son client a été placé sous mandat de dépôt mardi après avoir été hospitalisé lundi à la suite d'un malaise lorsqu'il était déféré au tribunal de Libreville après deux jours de garde à vue.

M. Nzué, membre du Parti Démocratique Gabonais (PDG) au pouvoir, a été incarcéré dans la soirée à la prison centrale de Libreville, tout comme l'un de ses deux collaborateurs inculpés au même moment, a précisé devant la presse mardi soir le procureur de la République de Libreville, André-Patrick Roponat. Le second a été laissé en liberté provisoire.

Le magistrat a précisé qu'un rapport médical indiquant "un état général de santé normal" de M. Nzué avait été établi par un médecin après 24 heures d'observation à l'hôpital et que le maire avait lui-même signé une "décharge" avant d'être amené de nouveau au tribunal pour être inculpé.

Le parquet n'a livré aucune information sur le fond et les faits exacts reprochés au maire.

M. Nzué, conseiller municipal et adjoint au maire depuis 2008, avait été nommé édile de la capitale en février 2019 après que la titulaire de la charge, Rose Christiane Ossouka Raponda, eut été nommée ministre de la Défense. Madame Rapondat est devenue Premier ministre du Gabon le 16 juillet 2020.

Le Gabon est dirigé par le président Ali Bongo Ondimba depuis près de 11 ans, après que ce dernier eut succédé à son père Omar Bongo Ondimba, décédé après plus de 41 ans à la tête de ce petit Etat pétrolier d'Afrique centrale.

Le gouvernement avait lancé, début novembre 2019, une vaste opération anticorruption visant notamment l'ancien homme fort de la présidence, Brice Laccruche Alihanga, directeur de cabinet d'Ali Bongo durant la convalescence de ce dernier frappé par un AVC en octobre 2018.

Baptisée "Scorpion", cette opération a mené à l'incarcération de M. Laccruche Alihanga et de plus d'une dizaine de ses proches, dont trois anciens ministres. Son frère Grégory Laccruche Alihanga, maire d'Akanda, commune limitrophe de Libreville, a été également incarcéré dans le cadre de cette opération.

Rien n'indique toutefois que l'enquête visant M. Nzué soit menée dans le cadre de Scorpion.

Le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang prolonge à Arsenal

Arsenal, Pierre-Emerick Aubameyang, sur le terrain d'Arsenal à Londres, le 4 avril 2018

L'attaquant gabonais d'Arsenal, Pierre-Emerick Aubameyang, a annoncé mardi qu'il avait signé un nouveau contrat avec Arsenal, mettant fin à un long suspense sur son avenir.

"Finalement, j'ai signé (...) les gens me demandaient de signer, c'est enfin fait. Je suis très content de rester ici, c'est ma maison", a déclaré le joueur sur une vidéo en directe diffusée via le compte du club sur Instagram.

Il ne restait plus qu'une année de contrat à l'attaquant de 31 ans et son club a confirmé par la suite la nouvelle en précisant qu'il s'était engagé jusqu'en 2023.

Auteur de 29 buts en 44 matches, toutes compétitions confondues, la saison passée, il avait fini deuxième meilleur buteur de la Premier League avec 22 buts.

La saison précédente, avec ce même total, il avait partagé le Soulier d'or du championnat anglais avec les joueurs de Liverpool Mohamed Salah et Sadio Mané.

L'arrivée de Mikel Arteta sur le banc en décembre dernier, qui a redonné un fond de jeu aux Gunners et leur a permis de remporter la Coupe d'Angleterre et le Community Shield, a été un facteur décisif dans la prolongation de l'attaquant qui veut gagner des titres.

Malgré la 8e place des Londoniens l'an dernier --leur plus mauvais classement depuis 25 ans-- et l'absence de Ligue des champions, Aubameyang reste donc fidèle à son club où il veut "devenir une légende", a-t-il assuré sur la vidéo.

Déjà capitaine de l'équipe, Aubameyang va aussi dépasser Mesut Özil et ses 350.000 livres (380.000 euros) hebdomadaires de salaire pour devenir le joueur le mieux payé du club, avance aussi la presse britannique, sans donner le montant exact de ses revenus.

COVID-19 : comment le test "VIP" payant est perçu par les Gabonais

COVID-19 : comment le test "VIP" payant est perçu par les Gabonais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:34 0:00

Libreville ouvre un laboratoire pour effectuer des tests massifs de Covid-19

Libreville ouvre un laboratoire pour effectuer des tests massifs de Covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG