Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Le coronavirus tue un ancien conseiller du père de Félix Tshisekedi

Me Jean Joseph Mukendi, conseiller juridique et cousin de feu Etienne Tshisekedi, lors du procès sur le contentueux de la présidentielle à la Cour constitutionnelle, Kinshasa, 15 janvier 2019. (Photo: TONY KARUMBA / AFP)

Ancien bâtonnier du Congo, conseiller juridique et cousin de l'opposant historique Etienne Tshisekedi, Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba a succombé mardi à Kinshasa des suites du coronavirus, selon des sources au sein du parti au pouvoir.

Décédé à l'aube, l'ex-bâtonnier a été enterré en urgence suivant les mesures prises pour lutter contre l’expansion de la pandémie du COVID-19.

"Il est bien mort du coronavirus", a précisé à VOA Afrique un cadre de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti actuellement au pouvoir et au sein duquel le défunt a joué un rôle important.

De nombreux hommages lui ont été rendus, y compris du camp de l’ancien président Joseph Kabila auquel il était opposé jusqu’à la victoire de Félix Tshisekedi, fils d’Etienne, à la présidentielle du 30 décembre 2018.

“Me Mukendi fut un des artisans du dialogue de Venise, entre l’Udps et la Majorité présidentielle à l'époque de l'ancien chef de l'Etat Joseph Kabila en 2015. Il a contribué à la mise en place d’un processus électoral apaisé", rappelle sur Twitter le coordonnateur du FCC (Front commun pour le Congo) de M. Kabila, Néhémie Mwilanya.

"Le pays vient de perdre une des rares références nationales dans sa profession", souligne dans un tweet Martin Fayulu, candidat déclaré perdant lors de la présidentielle du 30 décembre 2018.

Le programme des obsèques n'a pas été communiqué immédiatement.

Toutes les actualités

Les Casques bleus entre maintien de la paix et lutte contre le coronavirus

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Vital Kamerhe placé en détention à la prison de Makala

Vital Kamerhe placé en détention à la prison de Makala
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

La justice congolaise écroue Vital Kamerhe, chef de cabinet de Tshisekedi

Vital Kamerhe, président du Front Citoyen, s'adresse aux médias à l'ouverture du dialogue national congolais le 1er septembre 2016 à Kinshasa, en RDC. (Photo: JUNIOR D. KANNAH / AFP)

Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président congolais Félix Tshisekedi, a été écroué mercredi après des heures d’interrogatoire à la Cour d’appel de Kinshasa.

Selon des sources, M. Kamerhe a été entendu dans le cadre d'une controverse concernant les travaux de construction de grands ouvrages promis par le nouveau chef de l'État dans son agenda des 100 premiers jours.

A l'issue de l'interrogatoire, M. Kamerhe a été conduit sous bonne escorte au centre pénitentiaire situé dans la commune de Makala, au sud de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo.

"Il est à Makala, au pavillon 8," a expliqué à VOA Afrique Me Georges Kapiamba, président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ).

L'arrestation de M. Kamerhe a aussi été confirmée via Twitter par Tryphon Kinkiey Wa Mulumba, membre du Cap pour le changement (CACH), mouvement de la coalition au pouvoir avec le président Félix Tshisekedi dont M. Kamerhe est fondateur.

Selon le droit congolais, il s’agit d’un mandat d’arrêt provisoire valable initialement pour cinq jours. Le procureur a l'autorité de prolonger la durée de la détention.

Agé de 61 ans, Vital Kamerhe est l'ancien secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), la formation politique de l'ancien président Joseph Kabila, à la retraite. Entre 2006 et 2009, M. Kamerhe a occupé le poste de président de l'assemblée nationale de la RDC.

Nommé directeur de cabinet du nouveau chef de l’Etat Félix Tshisekedi, il avait géré le programme de 100 jours de Félix Tshisekedi, avant la mise en place d’un gouvernement du nouveau régime.

En début de semaine, M. Kamerhe avait refusé de répondre à une première convocation du procureur général sous prétexte d’irrégularités dans le document.

Le parquet lui a envoyé une nouvelle invitation en bonne et due forme à laquelle il a répondu.

Avant lui, d’autres personnalités dont des chefs d’entreprises de construction, des banquiers et des gestionnaires de projets ont été écroués sur fond d'allégations de malversations dans le cadre du programme des 100 jours.

Une enquête diligentée pour faire la lumière sur le massacre au Katanga

Une enquête diligentée pour faire la lumière sur le massacre au Katanga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:03 0:00

Près de 1.200 prisonniers libérés du Centre pénitentiaire de Kinshasa

Près de 1.200 prisonniers libérés du Centre pénitentiaire de Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG