Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Jackson Richardson, un "barjot" du handball français au Gabon

Jackson Richardson, un "barjot" du handball français au Gabon (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

Jackson Richardson, un "barjot" du handball français au Gabon (vidéo)

De meilleur joueur du monde à sélectionneur du Gabon: reconnaissable du temps de sa splendeur sportive à ses dreadlocks, l'emblématique demi-centre des "Barjots" français Jackson Richardson, qui apparaît désormais le cheveu ras, a rebondi sur le banc le temps de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) à Libreville.

Dans ses nouveaux habits d'entraineur de ce pays d'Afrique centrale, le Français est bien parti pour continuer de faire rêver les foules alors que l'équipe nationale dispute mercredi les quarts de finale du rendez-vous continental pour la première fois depuis 2006.

"Moi ça a toujours été mon rêve d'entraîner une équipe nationale", confie à l'AFP le double champion du monde (1995 et 2001) et figure des Bleus des années 1990.

Pourquoi le Gabon? "Vous savez comme moi que l'équipe de France a des entraîneurs bien calés...", dit-il dans un sourire entendu, en référence aux coaches de l'équipe de France, tous d'anciens ténors du handball français. "Le Gabon m'a donné l'opportunité de venir", ajoute simplement celui qui a signé un contrat de deux ans.

Si certains ne manquent pas d'invoquer également une motivation financière --Richardson est rémunéré à hauteur de 15.000 euros par an hors primes par l'Etat gabonais, selon un proche-- lui voit dans cette aventure un "nouveau challenge".

Ce lundi, dans le stade flambant neuf et inauguré en grande pompe par le président Bongo quelques jours avant le coup d'envoi de la CAN 2018, l'entraîneur-star de l'équipe nationale s'époumone et ne tarit pas d'encouragements vers ses joueurs.

Mais après avoir longtemps mené face au Cameroun, ses Gabonais doivent finalement concéder le match nul (29-29). Sur le banc, l'ancien joueur le plus capé du handball français (417 sélections), las, fait la moue.

"On sait qu'il y a encore des erreurs de jeunesse, dans l'application, c'est à nous de nous donner les moyens pour pouvoir continuer, pour créer quelque chose", lâche-t-il.

Car c'est bien pour "créer quelque chose" qu'il a rejoint un pays qui n'est pas une terre de handball mais veut se donner les moyens de le devenir: pour renforcer la compétitivité dans l'équipe, le Gabon a ainsi donné la bi-nationalité à cinq joueurs français quelques mois avant la compétition. Pour la CAN, il a également rendu gratuits des tickets initialement payants par souci d'attractivité.

"Le coach est bon, mais je pense que nos éléments ne sont pas à plaindre non plus. Nous allons devenir une grande nation du handball", assure ainsi le ministre des Sports gabonais, Mathias Otounga Ossibadjouo.

-Vers le 'Graal'?-

"Je suis sûr qu'il y a plein de personnes dans le public qui viennent voir l'équipe nationale et qui ne connaissent pas le handball", admet Richardson.

Une semaine après la traditionnelle course cycliste de la Tropicale, et un an après avoir déjà organisé la CAN de football, le Gabon entend mettre en avant l'unité nationale, et promouvoir par la même occasion son image internationale, après des élections présidentielles de 2016 mouvementées.

Pour Richardson, qui s'inscrit dans les traces des Claude Le Roy et Hervé Renard, entraîneurs français qui s'épanouissent dans le football africain, l'objectif est clair: "atteindre le Graal", annonçait-il peu après son recrutement. Un titre avec une sélection serait une première pour l'homme, cheveux grisonnants et boucles aux deux oreilles.

Mais le quarantenaire, qui a pris sa retraite sportive en 2009 et n'entrainé des équipes du championnat français (Chambéry, Dijon) que depuis deux ans, reste peu expérimenté comme technicien.

"D'aucuns disent qu'un grand joueur n'a jamais fait un grand entraineur. Zidane a prouvé le contraire au foot. Donc là on aura le temps de regarder, mais je peux vous dire que c'est un grand monsieur et nous allons le prouver en quart", annonce l'arrière Yannick Aubyang Milama.

Ce qui importe le plus à Richardson? "Aller le plus loin et donner l'envie à des jeunes futurs joueurs ou joueuses de prendre du plaisir sur un terrain".

Avec AFP

See all News Updates of the Day

LMA: rubrique Sport

LMA: rubrique Sport
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

Après l'Ajax, le scudetto comme lot de consolation pour la Juve ?

Cristiano Ronaldo lors du match de sa nouvelle équipe, la Juventus Turin, contre Chievo à Vérone, Italie, 18 août 2018

Il suffit d'un point à La Juventus Turin pour remporter un huitième titre de rang et égaler un record de précocité. Quatre jours après son élimination en quarts de finale de la C1 par l'Ajax Amsterdam, la Juve reçoit samedi la Fiorentina lors de la 33e journée de Serie A.

Si les Turinois ne perdent pas, ils remporteront leur 35e scudetto et égaleront, à cinq journées de la fin du championnat, le record de précocité établi par le Torino en 1948, codétenu par leurs hôtes florentins (depuis 1956) et l'Inter Milan (2007).

Le dauphin de la Juve, Naples (67 pts), éliminé jeudi en C3 par Arsenal, recevra lundi l'Atalanta (6e, 53 pts), aux prises avec l'AC Milan (4e, 55 pts), la Roma (5e, 54 pts), la Lazio (7e, 52 pts) et le Torino (8e, 50 points) dans la course à la Ligue des champions.

Les cinq équipes convoitent toutes la 4e place, la dernière à donner accès à la compétition phare du football continental. Dans ce contexte, le choc entre la Roma et l'Inter (3e, 60 ps) promet également d'être décisif.

Manchester City-Tottenham acte 3

Les joueurs de Manchester City viennent de marquer un but contre Tottenham, Angleterre, le 14 avril 2018.

Comme on se retrouve ! Manchester City reçoit à nouveau Tottenham samedi à l'Etihad Stadium, en ouverture de la 35e journée du Championnat d'Angleterre, trois jours après l'élimination des Citizens par les Spurs en Ligue des champions, au bout d'un match fou et malgré la victoire de City (4-3).

En cas de nouveau succès sur Tottenham, Manchester City, tenant du titre, s'emparera temporairement de la tête du classement à trois journées de la fin.

L'enjeu est plus important peut-être encore pour Tottenham qui joue gros dans la course à la qualification pour la prochaine C1.

En cas de défaite, les hommes de Mauricio Pochettino pourraient en effet voir Arsenal et Chelsea leur passer devant au soir de cette journée, lundi. Les Blues, qui reçoivent Burnley lundi, et les Gunners qui accueillent Crystal Palace dimanche, ont en effet toutes les chances de l'emporter.

"Nous devons nous relever, nous devons réagir", a déclaré Pep Guardiola après la cruelle désillusion de l'élimination en Ligue des champions.

"Nous avons beaucoup lutté au cours des neuf derniers mois pour le titre. Nous sommes toujours là, c'est entre nos mains. Bien sûr, c'est difficile, mais nous devons continuer à nous battre jusqu'au bout", a ajouté l'entraîneur des "Skyblues".

Fort d'un effectif très riche, le coach espagnol a pu se permettre de mettre sur le banc mercredi des joueurs du calibre de Fernandinho, Leroy Sane ou Riyad Mahrez.

Tous ces joueurs pourraient apporter du sang neuf à City samedi. Dans les rangs de Tottenham, son buteur Harry Kane est toujours absent, et le milieu de terrain pourrait être affaibli si Moussa Sissoko, sorti blessé aux adducteurs mercredi, ne joue pas.

Mais, même si City, qui compte un match en moins par rapport à Liverpool, reprend temporairement samedi la 1re place aux Reds, les hommes de Jürgen Klopp devraient la récupérer dès dimanche. Le leader de Premier League se rend à Cardiff, relégable, où il a toutes les chances de remporter une neuvième victoire consécutive toutes compétitions confondues.

NBA: Golden State punit les Clippers

Kevin Durant, Houston, Texas, le 14 mai 2018.

Golden State a effacé l'affront: trois jours après avoir dilapidé 31 points d'avance et s'être inclinés 135 à 131 à domicile, les Warriors ont pris leur revanche et écrasé les Los Angeles Clippers 132 à 105 dans leur salle, jeudi.

Kevin Durant a remis les points sur les i. Bousculé par le marquage et l'agressivité, parfois limite, de Patrick Beverley lors du match N.2, le longiligne ailier de Golden State a redonné l'avantage à son équipe qui mène deux victoires à une.

"KD" a marqué 38 points, dont 27 avant la pause, en seulement 30 minutes de jeu.

Méconnaissable lors du précédent match durant lequel il avait été limité à huit tirs et avait perdu neuf ballons, Durant a assommé les Clippers d'entrée en réussissant ses cinq premiers shoots.

"On a tous joué avec beaucoup plus d'intensité. Mais il faudra continuer avec cette même intensité contre ces Clippers qui sont capables de mieux jouer", a-t-il prévenu.

Les double champions NBA en titre, qui ont toujours fait la course en tête, comptaient déjà 17 points d'avance après le premier quart-temps et ont eu jusqu'à 33 longueurs d'avance dans le 3e quart-temps.

- Simmons fait oublier Embiid -

Mais il n'y a pas eu cette fois d'effondrement ou d'excès de confiance qui avait permis lundi aux Clippers de réaliser un come-back improbable, le plus important de l'histoire des play-offs de la NBA.

Stephen Curry n'a pas eu à forcer son talent: il a marqué 21 points, dont quatre paniers à trois points, en vingt minutes de jeu.

L'absence --sans doute jusqu'au terme de la saison-- du pivot DeMarcus Cousins, blessé, n'a eu aucun impact. L'Australien Andrew Bogut a marqué huit points et a surtout capté 14 rebonds, tandis que le jeune Kevon Lonney a inscrit dix points.

Philadelphie, pourtant privée de Joël Embiid, s'est imposée 131 à 115 sur le parquet de Brooklyn et a pris l'avantage pour la première fois (2-1) dans ce duel du 1er tour.

En l'absence d'Embiid, ménagé en raison de la tendinite au genou gauche qui l'empoisonne depuis plusieurs semaines, Ben Simmons a pris ses responsabilités.

Le meneur australien a marqué 31 points (11 sur 13 aux tirs) et a distillé neuf passes décisives en 38 minutes.

Simmons, 22 ans, n'a pas été perturbé par l'accueil des supporters des Nets qui l'ont conspué à chaque fois qu'il avait le ballon, pour s'être moqué d'un de leurs joueurs après le précédent match.

- Nouveau revers de Denver à San Antonio -

"On sait tous dans cette équipe que nous avons toutes les cartes en mains pour gagner des matches", a insisté Simmons.

Tobias Harris a marqué 29 points et JJ Redick en a ajouté 26, dont 16 dans le seul 3e quart-temps.

A San Antonio, Derrick White en a fait voir de toutes les couleurs à Denver.

Le meneur des Spurs, 24 ans, a marqué 36 points, dont 26 avant la pause, et a coulé les Nuggets qui se sont inclinés 118 à 108.

"Il n'est pas mauvais", a plaisanté Gregg Popovich, l'emblématique entraîneur de San Antonio.

"Je ne sais pas quoi dire d'autre sinon qu'il a été exceptionnel aussi bien en attaque qu'en défense", a insisté "Pop", dont l'équipe mène deux victoires à une, avant le match N.4 samedi qui aura lieu de nouveau dans la salle des Spurs.

San Antonio ne réussit décidement pas à Denver: les Nuggets, 2e de la conférence Ouest à l'issue de la saison régulière, se sont inclinés pour la 14e fois de suite à l'AT&T Center où ils ne se sont plus imposés depuis mars 2012.

- Résultats des matches du 1er tour des play-offs de la Ligue nord-américaine de basket (NBA), disputés jeudi:

. CONFERENCE EST

A Brooklyn,

Philadelphie bat Brooklyn 131 à 115

Philadelphie mène 2 victoires à 1

. CONFERENCE OUEST

A Los Angeles,

Golden State bat LA Clippers 132 à 105

Golden State mène 2 victoires à 1

A San Antonio,

San Antonio bat Denver 118 à 108

San Antonio mène 2 victoires à 1

NB: chaque série se dispute au meilleur des sept matches, la première équipe à quatre victoires étant qualifiée pour le tour suivant.

La page des sports du 18 avril 2019

La page des sports du 18 avril 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG