Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Ivanka Trump, d'espoir à bête noire des progressistes américains

Ivanka Trump, fille du président américain et conseillère à la Maison-Blanche, au Eisenhower Executive Office Building à Washington, le 22 mars 2018. REUTERS / Leah Millis -

Sourire radieux, manières impeccables, Ivanka Trump s'était présentée en ardente défenseure de l'égalité homme-femme, ni républicaine ni démocrate, pendant la campagne de son père. Mais depuis son arrivée à la Maison Blanche, la conseillère s'attire les foudres de ceux qui comptaient sur elle pour tempérer le président républicain.

"Complice", "lâche", les quolibets pleuvent sur cette femme d'affaires de 36 ans depuis l'entrée en campagne de son père, jusqu'à l'utilisation de l'une des insultes les plus grossières de la langue anglaise par une humoriste américaine, Samantha Bee.

Face au tollé, cette dernière s'est rapidement excusée jeudi.

Mais reste qu'Ivanka Trump, ancienne donatrice démocrate et "it girl" de Manhattan, où elle et son époux, Jared Kushner, était plus habitués des soirées de la jeunesse progressiste que des meetings républicains, enchaîne les épisodes qui lui attirent des critiques particulièrement virulentes.

"Cette Première fille occupe un rôle sans précédent, très visible, et pourtant sans contours bien définis. Il va à l'encontre de l'histoire et de la tradition américaines", analyse Stacy Cordery, professeure d'histoire à l'université de l'Iowa.

"Elle s'attire évidemment également beaucoup de critiques parce qu'elle s'est présentée comme étant la conscience de l'administration Trump", poursuit-elle.

Dans son monologue, la comique Samantha Bee s'insurgeait ainsi contre la politique, revendiquée par le ministre de la Justice Jeff Sessions, voulant séparer parents et enfants parmi les migrants arrivant à la frontière américaine.

Alors même que la polémique enflait le week-end dernier sur cette pratique, Ivanka Trump a tweeté une photo d'elle serrant son petit garçon dans les bras, provoquant un torrent d'indignation.

"Arracher des enfants à leurs parents est tellement monstrueux", s'est ainsi émue Samantha Bee, appelant Ivanka Trump sur la chaîne américaine TBS à faire quelque chose "pour les pratiques migratoires de ton père". "Il t'écoute", s'est-elle écriée en la traitant de "cunt" ("salope") en anglais.

- "Responsables de nos choix" -

Il y a deux semaines, les réseaux sociaux avaient déjà été inondés de messages outrés superposant les photos d'elle et Jared Kushner tout sourire et inaugurant la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem, à celle de dizaines de Palestiniens tués à quelques kilomètres de là par des tirs israéliens.

Interrogée sur cet épisode, Chelsea Clinton, ex-Première fille des Etats-Unis et un temps amie d'Ivanka Trump, ne lui a pas trouvé d'excuses.

"C'est une adulte. Elle peut faire ses propres choix", assène-t-elle dans un entretien au Guardian.

La présence d'Ivanka Trump à la table officielle lors d'une réunion du G20 ou sa rencontre avec le président sud-coréen pour les JO d'hiver ont aussi valu à l'administration Trump des accusations de népotisme. Et ses affaires privées, avec le commerce de marques portant son nom, réveillent régulièrement des soupçons de conflits d'intérêts.

Mais c'est surtout son silence face aux choix controversés de l'administration Trump, comme sur le climat ou les politiques concernant les femmes, qui indigne ses détracteurs.

"Il se battra pour l'égalité salariale à travail égal et je me battrai avec lui", avait ainsi promis Ivanka Trump à l'été 2016, lorsque son père était encore candidat. Puis, celle qui se présente comme féministe, n'a offert qu'une tiède justification lorsque Donald Trump a décidé, une fois au pouvoir, de revenir sur une mesure censée permettre de comparer avec plus de transparence les différences salariales.

- "J'aurais échoué" -

Sur l'environnement, Ivanka Trump avait de fait pris un rôle de premier rang après la victoire du candidat républicain en novembre 2016, lui organisant pendant la transition une rencontre entre le démocrate Al Gore, héraut de la lutte contre le changement climatique, tout en s'entretenant elle-même avec Leonardo Di Caprio, très engagé sur le sujet.

"Ivanka et Jared" allaient parvenir à empêcher le président de défaire l'accord de Paris sur le climat, murmurait-on à Washington.

En vain. Le 1er juin 2017, Donald Trump annonçait le retrait des Etats-Unis. Marque silencieuse et très discrète de leur protestation ? Ivanka et Jared n'avaient pas assisté à son discours comme ils en ont l'habitude.

Plus ouvertement, Ivanka Trump a parfois pris position avec force, comme lorsqu'elle a vertement critiqué un candidat républicain accusé d'attouchements sur mineures ou qu'elle a dénoncé le racisme après les violences meurtrières de Charlotesville, en août 2017.

"Certains ont des espoirs irréalistes", avait-elle déclaré au Financial Times en septembre. "Comme si ma présence par elle-même serait assez puissante face à mon père pour qu'il abandonne ses valeurs fondamentales et le programme pour lequel les Américains ont voté quand ils l'ont élu", poursuivait-elle avant de prédire: "Ca ne va pas arriver. Pour ces critiques, à moins de transformer mon père en progressiste, j'aurais échoué."

Avec AFP

Toutes les actualités

Affaire George Floyd: rage, émeutes et revendications à travers le monde

Un manifestant à Minneapolis proteste la mort de George Floyd à Minneapolis, Minnesota, le 29 mai 2020. (Photo CHANDAN KHANNA / AFP)

Des manifestations empreintes de violence ont secoué plusieurs villes des États-Unis et d'autres pays après la mort de George Floyd aux mains de la police dans l'État du Minnesota. Cliquer sur le lien ci-dessous pour revivre ces événements: images des manifestations >>

La capsule de SpaceX avec deux astronautes à bord s'est amarrée à l'ISS

Décollage de la fusée SpaceX Falcon 9 au Centre spatial Kennedy de la NASA à Cape Canaveral, en Floride (États-Unis), le 30 mai 2020. (Photo REUTERS/Steve Nesius)

La capsule de SpaceX Crew Dragon s'est amarrée dimanche sans encombre à la Station spatiale internationale, en avance de quelques minutes sur l'horaire prévu, avec deux astronautes de la Nasa à bord, une étape cruciale pour cette mission historique.

Bob Behnken et Doug Hurley, qui ont décollé à bord d'une fusée Falcon 9 la veille depuis la Floride, sont les premiers astronautes à rejoindre l'ISS, à 400 km de la Terre, grâce à un véhicule d'une société privée.

La capsule Crew Dragon s'est amarrée à l'ISS à 14H16 GMT. "Amarrage confirmé", ont confirmé la société créée par Elon Musk et la Nasa.

Le sas entre Dragon et la station spatiale doit maintenant être dépressurisé avant que l'écoutille de la capsule ne soit ouverte.

Depuis la fin des navettes spatiales en 2011, ce sont des fusées russes qui envoyaient les Américains vers l'ISS.

La Nasa a chargé SpaceX de développer un nouveau taxi spatial, et si cette mission --qui pourrait durer jusqu'en août-- est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l'espace. Pour trois milliards de dollars, SpaceX a promis à la Nasa six allers-retours vers l'ISS, avec quatre astronautes à bord.

Le policier impliqué dans la mort de George Floyd inculpé, couvre-feu à Minneapolis

Des agents de police se tiennent à l'extérieur du domicile en Floride de l'ancien officier de police de Minneapolis, Derek Chauvin, accusé du meurtre de George Floyd  en Floride. (REUTERS / Scott Audette)

Le policier mis en cause dans la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, lors d'une interpellation létale en début de semaine à Minneapolis a été arrêté et inculpé d'homicide involontaire ont annoncé vendredi les autorités locales. Un couvre-feu a été décrété vendredi à Minneapolis.

"L'ancien officier de police de Minneapolis Derek Chauvin a été inculpé par le bureau du procureur du comté de Hennepin de meurtre (au 3ème degré) et d'homicide involontaire", a annoncé vendredi le procureur Mike Freeman du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis.

La famille de cet homme de 46 ans, à qui le président Donald Trump a annoncé avoir parlé, a salué l'arrestation du policier comme un premier pas sur "la voie de la justice", mais l'a jugée "tardive" et insuffisante.

"Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir les autres agents (impliqués) arrêtés", a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Quelques instants plus tôt, les autorités locales avaient annoncé l'arrestation de M. Chauvin, qui avait été démis de ses fonctions.

Pour l'instant, seul le policier Derek Chauvin "a été placé en détention", a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la Sécurité civile du Minnesota.

Une vidéo devenue virale montre ce policier blanc plaquer au sol George Floyd et maintenir son genou sur son cou pendant de longues minutes, alors que M. Floyd disait ne plus pouvoir respirer.

Depuis la diffusion de cette vidéo des manifestations tournant à l'émeute ont éclaté à Minneapolis, notamment aux abords du commissariat où travaillaient les quatre policiers impliqués dans cette affaire, et dans d'autres villes de la région.

Des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités.

Ce drame rappelle la mort d'Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs.

Lui aussi avait dit "Je ne peux pas respirer", une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte").

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG