Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Israël: le procès pour corruption de Netanyahu débutera le 17 mars

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prononce un discours lors de l'inauguration d'un monument en l'honneur des vétérans et des victimes du siège de Leningrad à Jérusalem, le jeudi 23 janvier 2020. (Marc Israel Sellem/Pool Photo via AP)

Le procès pour corruption de Benjamin Netanyahu, seul chef du gouvernement dans l'histoire d'Israël à être inculpé au cours de son mandat débutera le 17 mars prochain, deux semaines après les élections cruciales à sa survie politique, a annoncé mardi la justice.

Dans un communiqué succinct, le ministère de la Justice a indiqué que l'acte d'accusation sera lu par la juge Rivka Friedman-Feldman de la cour de Jérusalem en présence de M. Netanyahu le mardi 17 mars dans l'après-midi.

L'annonce de cette date intervient alors que le Premier ministre israélien, âgé de 70 ans, mène sa campagne en vue des élections législatives du 2 mars, les troisièmes en moins d'un an en Israël, après des scrutins n'ayant pas réussi à le départager de son rival Benny Gantz.

Ce dernier avait refusé après les législatives de septembre de joindre un gouvernement d'union mené par M. Netanyahu estimant que ce dernier devait en premier lieu régler ses différends avec la justice avant de prétendre au pouvoir.

Le Premier ministre a été inculpé à l'automne de corruption, malversation et abus de confiance dans trois affaires par le procureur Avichaï Mandelblit.

La loi israélienne prévoit que tout ministre poursuivi pénalement doit démissionner de ses fonctions, mais cette mesure ne s'applique pas au Premier ministre. S'il peut rester actuellement en fonction, Benjamin Netanyahu ne jouit toutefois d'aucune immunité face à la justice.

M. Netanyahu avait ainsi demandé début janvier au Parlement, la Knesset, de lui accorder une immunité au terme des prochaines législatives du 2 mars, misant sur sa victoire pour obtenir une majorité et ainsi se protéger de la justice.

Mais les partis d'opposition ont convaincu une majorité de députés d'examiner sa demande d'immunité avant les élections. Devant le rejet anticipé de sa requête, M. Netanyahu avait retiré fin janvier in extremis sa demande d'immunité judiciaire.

M. Netanyahu, qui compte 14 ans à l'horodateur du pouvoir dont la dernière décennie sans discontinuer, dénonce un complot de ses détracteurs afin d'ourdir, dit-il, un "coup d'Etat" juridique contre lui.

- Sans les partis arabes -

Pour l'heure, l'annonce de son inculpation pour corruption n'a pas fait bouger le baromètre politique en Israël.

Selon un dernier sondage de la chaîne israélienne Channel 13, la formation centriste Kahol Lavan ("Bleu-blanc", les couleurs du drapeau israélien) de l'ex-général Benny Gantz obtiendrait 36 sièges sur les 120 de la Knesset, contre 33 pour le Likoud (droite) de M. Netanyahu.

En comptabilisant leurs alliés respectifs, la gauche pour M. Gantz, la droite radicale et les partis religieux pour M. Netanyahu, aucun des deux grands blocs ne parvient à atteindre 61 députés, seuil de la majorité au Parlement israélien.

Après des visites à Washington, pour l'annonce du projet américain pour le Moyen-Orient, à Moscou, pour la libération d'une jeune Américano-Israélienne condamnée pour "trafic de drogues", et en Afrique, pour discuter d'une "normalisation" des relations avec le Soudan, M. Netanyahu multiplie ces jours-ci les meetings politiques.

Sur les artères de Jérusalem, de grandes affiches ont fait leur apparition ornées du slogan, en hébreu, "Bli Ahmed Tibi" - sans Ahmed Tibi - un des leaders de la "Liste unie" des partis arabes israéliens.

Les partis arabes avaient soutenu sans succès, au terme de la dernière élection, la candidature de Benny Gantz pour le poste de Premier ministre et en vue de chasser du pouvoir M. Netanyahu.

"Si un million d'électeurs du Likoud en convainquent 300.000 autres qui n'ont pas voté lors des dernières élections, alors nous gagnerons en grand, formerons un gouvernement de droite et ferons ainsi barrage à un gouvernement dangereux soutenu par la liste unie", a écrit sur Twitter le Premier ministre peu après l'annonce du début de son procès.

Toutes les actualités

Macron somme les dirigeants libanais d'agir pour sortir le pays de l'ornière

Emmanuel Macron holds presser ahead of G7

Le président français Emmanuel Macron a sommé mercredi, un an jour pour jour après l'explosion du port de Beyrouth, les dirigeants libanais de former un gouvernement et d'engager des réformes, les accusant de "pourrissement" et agitant une nouvelle fois la menace de sanctions.

"Les dirigeants libanais semblent faire le pari du pourrissement (...). Je pense que c'est une faute historique et morale", a-t-il lancé à l'ouverture de la Conférence internationale de soutien à la population libanaise, qui réunissait les représentants d'une quarantaine d'Etats et d'organisations internationales en distanciel.

Le 4 août 2020, la capitale libanaise basculait dans l'horreur: des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium, stockées depuis des années dans un entrepôt délabré et "sans mesure de précaution" de l'aveu même du gouvernement, explosent, faisant 214 morts, plus de 6.500 blessés et détruisant des quartiers entiers.

"La crise que vit le Liban n'est pas un coup du sort, ni une fatalité. Elle est le fruit de faillites individuelles et collectives et de dysfonctionnements injustifiables", a martelé Emmanuel Macron, depuis le Fort de Brégançon, résidence d'été des présidents français, dans le sud de la France, accusant la classe politique libanaise de faire passer "ses intérêts individuels et partisans avant les intérêts du peuple libanais".

Le Liban est sans gouvernement depuis la démission d'Hassan Diab et de son équipe au lendemain de l'explosion. Le nouveau Premier ministre désigné le 26 juillet, Najib Mikati, a promis de former sans délai un gouvernement. Mais pour l'heure rien ne bouge.

Malgré de multiples pressions, notamment de la France, les responsables libanais n'ont cessé de faire obstruction à la formation d'un gouvernement et à la mise en oeuvre des réformes structurelles réclamées par la communauté internationale en échange des milliards de dollars d'aide nécessaires à la sortie de crise du pays.

- "Pas de chèque en blanc" -

"Tous les rendez-vous ont été manqués, aucun engagement n'a été tenu", a regretté Emmanuel Macron. "Le Liban mérite définitivement mieux que de vivre de la solidarité internationale", a-t-il ajouté.

En attendant, il a annoncé une aide d'urgence de "près de 100 millions d'euros" de la France sur les douze prochains mois - après 85 millions d'euros en 2020- pour subvenir aux besoins immédiats de la population libanaise en matière alimentaire, d'éducation ou de santé. La France va également envoyer 500.000 doses de vaccins anti-Covid.

Paris espère réunir plus de 350 millions de dollars au total à l'occasion de cette conférence internationale, coprésidée par Emmanuel Macron et la vice-Secrétaire générale de l'ONU Amina Mohammed.

Dans la foulée, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a annoncé des engagements à hauteur de 40 millions d'euros, y compris pour les réfugiés syriens, après déjà 24 millions l'an dernier. Et l'UE de 5,5 millions d'euros pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Une aide de 280 millions d'euros avait déjà réunie lors des deux premières conférences internationales organisées par la France, ex-puissance mandataire, en 2020.

"Mais il n'y aura aucun chèque en blanc au bénéfice du système politique libanais", a averti le président français.

"Il n'y a pas de temps à perdre. Le soutien international en dépend", a renchéri Heiko Maas.

- Sanctions -

Dans ce contexte, la France, qui a déjà restreint l'accès de son territoire à certains responsables libanais, a agité une nouvelle fois la menace de sanctions, y compris au niveau de l'UE.

"Les dirigeants libanais ne doivent pas douter une seule seconde de notre détermination", a souligné Emmanuel Macron.

Le Liban fait face à une triple crise politique, économique - l'une des pires à l'échelle mondiale depuis 1850, selon la Banque Mondiale, avec des pénuries de carburant, médicaments et des coupures d'électricité jusqu'à 22 heures par jour- et sanitaire liée au Covid-19.

Le président américain Joe Biden devait aussi intervenir à la conférence dans un message enregistré. Son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le roi de Jordanie Abdallah II et le chef de l'Etat libanais Michel Aoun étaient également attendus.

Emmanuel Macron a aussi réclamé la "vérité" et la "transparence" dans l'enquête libanaise sur les circonstances de la tragédie.

Un an après l'explosion et malgré l'ampleur de la tragédie, aucun responsable n'a été traduit en justice et l'enquête piétine, obstruée par les interventions politiques.

Liban: des enfants toujours traumatisés un an après l'explosion (ONU)

Liban: des enfants toujours traumatisés un an après l'explosion (ONU)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Un an après l'explosion de Beyrouth, l'enquête piétine

Un hélicoptère éteint un incendie sur les lieux d'une explosion dans le port de Beyrouth, la capitale du Liban, le 4 août 2020.

Les banques, les entreprises et les administrations ont été fermées mercredi, alors que le Liban marque un an depuis l'horrible explosion du port de Beyrouth qui avait causé la mort d'au moins 214 personnes et blessé des milliers.

Une journée de deuil national a été décrétée.

Unis dans le chagrin et la colère, les familles des victimes et d'autres Libanais ont prévu des prières et des manifestations plus tard dans la journée.

L'explosion reste l'une des plus grandes explosions non nucléaires de l'histoire. Ce jour-là, des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium s'étaient embrasées suite à un incendie. L'explosion a frappé la ville avec une telle force qu'elle a provoqué une secousse dans tout le pays, qui a été entendue et ressentie jusqu'à l'île méditerranéenne de Chypre, située à plus de 200 kilomètres.

Des documents ont révélé que ces produits hautement combustibles étaient stockés au hasard dans le port depuis 2014 et que de multiples responsables de haut niveau étaient au courant mais n'ont rien fait.

Un monument symbolisant la justice est vu en face de silos à grains gigantesques détruits lors de l'explosion massive d'août 2020 au port de Beyrouth, mercredi 4 août 2021.
Un monument symbolisant la justice est vu en face de silos à grains gigantesques détruits lors de l'explosion massive d'août 2020 au port de Beyrouth, mercredi 4 août 2021.

Un an plus tard, il n'y a pas eu d'obligation de rendre des comptes, et l'enquête n'a pas encore répondu à des questions comme celle de savoir qui a ordonné l'expédition de ces produits chimiques et pourquoi les responsables ont ignoré les avertissements internes répétés sur leur danger.

Aujourd'hui, un énorme marteau de juge en métal a été placé sur un mur en face du port avec l'inscription "Agir pour la justice".

Le rapport de Human Rights Watch

Dans un rapport d'enquête détaillé sur l'explosion, l'ONG Human Rights Watch a demandé mardi une enquête internationale sur l'explosion du port, accusant les autorités libanaises de tenter d'étouffer l'affaire.

HRW a déclaré que le manque d'indépendance de la justice, l'immunité imposée par la constitution pour les hauts fonctionnaires et une série de défauts de procédure et systémiques dans l'enquête nationale l'ont rendue "incapable de rendre justice de manière crédible".

Pays en crise, le Liban subit par ailleurs un effondrement spectaculaire de sa monnaie et une hyperinflation, plongeant plus de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté.

Un an après l'explosion de Beyrouth, des aides affluent

Un an après l'explosion de Beyrouth, des aides affluent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Ebrahim Raïssi investi comme président de l'Iran

Ebrahim Raisi, alors candidat à la présidentielle, fait un geste après avoir voté lors des élections présidentielles dans un bureau de vote à Téhéran, Iran, le 18 juin 2021.

L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi a été intronisé mardi président de l'Iran et devra s'atteler à redresser une économie minée par les sanctions américaines et la crise sanitaire, et relancer les pourparlers pour sauver l'accord international sur le nucléaire.

"Conformément au choix du peuple, j'intronise l'homme sage, infatigable, expérimenté et populaire Ebrahim Raïssi comme président de la République islamique d'Iran", a écrit le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, dans un décret lu par son chef de cabinet.

Vainqueur de la présidentielle de juin marquée par une abstention record, M. Raïssi succède au modéré Hassan Rohani, qui avait conclu en 2015 un accord sur le nucléaire iranien avec les grandes puissances, après des années de tensions.

Ancien chef de l'Autorité judiciaire, M. Raïssi, 60 ans, a entamé officiellement son mandat de quatre ans après l'approbation de son élection par le guide suprême.

"Nous chercherons certainement à obtenir la levée des sanctions oppressives, mais nous ne lierons pas les conditions de vie de la nation à la volonté des étrangers", a-t-il prévenu lors d'une cérémonie retransmise par la télévision d'Etat.

"Nous estimons que la situation économique n'est pas favorable pour le peuple, à la fois en raison de l'inimitié des ennemis et en raison des lacunes et des problèmes à l'intérieur du pays", a indiqué M. Raïssi.

Pour sa part, M. Khamenei a reconnu que "résoudre des problèmes économiques prend du temps et ne peut être fait en peu de temps".

M. Raïssi prêtera serment jeudi devant le Parlement, auquel il devra présenter ses candidats pour les postes ministériels.

L'investiture a eu lieu dans le centre de Téhéran au sein du bureau du guide suprême où plusieurs hauts responsables iraniens, y compris des candidats au scrutin du juin, ont été présents.

La présidence de M. Raïssi devrait consacrer la mainmise des conservateurs sur le pouvoir, après leur victoire aux élections législatives en 2020.

Voie différente

Pour Clément Therme, chercheur à l'Institut universitaire européen basé à Florence (Italie), l'objectif "principal" de M. Raïssi "sera l'amélioration de la situation économique en renforçant les relations économiques entre la République islamique d'Iran et les pays voisins", mais aussi avec la Russie et la Chine.

En 2018, l'ex-président Donald Trump avait retiré les Etats-Unis, ennemi juré de Iran, de l'accord de 2015 et rétabli les sanctions américaines contre Téhéran. En riposte, l'Iran avait renoncé à la plupart de ses engagements clés qui limitaient ses activités nucléaires controversées.

Le président élu d'Iran se dit en faveur d’une négociation sur le nucléaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:13 0:00

Les sanctions rétablies par Washington ont étouffé l'économie iranienne, mettant notamment un coup d'arrêt à ses exportations pétrolières.

A l'hiver 2017-2018 et de nouveau en 2019, l'Iran a été secoué par des manifestations, sur fond de mécontentement social lié à la situation économique. En juillet, des habitants de la province riche en pétrole du Khouzestan (sud-ouest) ont manifesté contre les pénuries d'eau.

La crise économique a été aggravée par la pandémie de Covid-19: le pays est le plus durement touché du Proche et Moyen-Orient.

Lors d'un discours devant le conseil des ministres dimanche, Hassan Rohani a défendu son bilan. "Ce que nous avons fait l'a été dans une situation difficile, conséquence de la guerre économique et du coronavirus, et cette année, la sécheresse s'y est ajoutée", a-t-il indiqué.

M. Rohani "a cru qu'il serait capable de résoudre rapidement tous les problèmes du pays", note auprès de l'AFP l'économiste réformiste iranien Saïd Laylaz, conseiller auprès de plusieurs présidents iraniens.

M. Raïssi choisira une voie différente, estime-t-il.

Négociations

D'ailleurs, l'ayatollah Khamenei, ultime décideur sur les dossiers sensibles comme celui du nucléaire, a averti encore la semaine dernière que "faire confiance à l'Occident ne fonctionnait pas".

Le successeur de M. Trump, Joe Biden, a lui affirmé être prêt à revenir à l'accord de 2015, s'engageant dans des négociations indirectes avec l'Iran parallèlement à des pourparlers à Vienne avec les autres parties à l'accord –- Chine, France, Allemagne, Russie, Royaume-Uni.

Alors que les négociations semblent bloquées jusqu'à l'entrée en fonctions de M. Raïssi, ce dernier a d'emblée souligné qu'il défendrait les "intérêts nationaux".

Et, dans un nouvel épisode de tensions avec l'Occident, Washington et Londres ont rejoint Israël en accusant l'Iran d'être derrière une attaque contre un pétrolier géré par un milliardaire israélien en mer d'Oman, qui a fait deux morts le 29 juillet.

Les Etats-Unis ont menacé d'"une réplique appropriée". L'Iran a de son côté nié toute implication, avertissant qu'il répondrait à tout "aventurisme" s'il était pris pour cible.

Le président iranien sortant Hassan Rouhani (à gauche) avec le nouveau président Ebrahim Raisi lors de la cérémonie de passation des pouvoirs à Téhéran, le 3 août 2021.
Le président iranien sortant Hassan Rouhani (à gauche) avec le nouveau président Ebrahim Raisi lors de la cérémonie de passation des pouvoirs à Téhéran, le 3 août 2021.

Voir plus

XS
SM
MD
LG