Liens d'accessibilité

L'Iran suggère que Trump veut "pomper" l'argent de l'Arabie

  • VOA Afrique

Le secrétaire d'État John Kerry a rencontré le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif à New York le 22 avril 2016.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé dimanche soir dans un tweet les "attaques" formulées contre son pays par le président américain Donald Trump à Ryad, suggérant que Washington voulait "pomper" l'argent de l'Arabie saoudite.

Il s'agit de la première réaction officielle iranienne après un discours prononcé dimanche à Ryad par M. Trump qui a accusé l'Iran de "soutenir le terrorisme".

"L'Iran, qui vient de tenir de vraies élections, est attaqué par le président des Etats-Unis dans ce bastion de la démocratie et de la modération", a dit M. Zarif, en ironisant sur l'Arabie saoudite.

"S'agit-il de politique étrangère ou de pomper 480 milliards de dollars" au roi de l'Arabie saoudite ?, a-t-il poursuivi.

Washington et Ryad ont signé samedi, au premier jour de la visite de M. Trump à Ryad, des méga-contrats de plusieurs centaines de milliards de dollars dont 110 milliards de dollars consacrés à l'achat d'armement américain par l'Arabie saoudite.

Dans un discours devant les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, le président Trump a appelé dimanche tous les pays à "isoler" l'Iran.

"Du Liban à l'Irak en passant par le Yémen, l'Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d'autres groupes terroristes qui répandent la destruction et le chaos à travers la région", a-t-il dit.

L'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite, deux puissances régionales, s'opposent sur tous les conflits régionaux, notamment sur la Syrie ou le Yémen.

Dimanche soir, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, a rejeté les déclarations saoudiennes à propos du programme balistique de l'Iran.

"Les activités balistiques de l'Iran font partie de nos politiques de défense (...) Nous allons continuer avec force le renforcement de ces activités et (...) ne permettrons à aucun pays de parler de notre politique de défense", a déclaré M. Ghassemi, cité par le site YJC, qui dépend de la télévision d'Etat.

Il était interrogé sur les déclarations du chef de la diplomatie saoudienne sur le programme balistique de l'Iran prononcées lors d'une conférence de presse commune samedi avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

M. Tillerson, qui a accompagné le président américain Donald Trump en Arabie saoudite, a aussi dénoncé la "mauvaise influence iranienne" dans la région.

Il a émis l'espoir que le président modéré Hassan Rohani, réélu triomphalement vendredi, "mettra fin aux essais de missiles balistiques" de l'Iran.

Mercredi, les Etats-Unis ont annoncé leur décision de poursuivre la politique de levée des sanctions contre l'Iran dans le cadre de l'accord international de juillet 2015 sur le programme nucléaire de Téhéran.

Mais dans le même temps, le Trésor américain a rendu publique de nouvelles sanctions ciblées contre des responsables iraniens liés au programme de missiles balistiques.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG