Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Irak: un incendie fait 64 morts et plus de 100 blessés dans l'aile covid d'un hôpital


Des personnes en deuil prient près des cercueils des patients atteints de coronavirus qui ont été tués dans l'incendie d'un hôpital, à Najaf, en Irak, dimanche 25 avril 2021.

Le bilan des victimes de l'incendie catastrophique qui s'est déclaré la veille dans le service de coronavirus d'un hôpital du sud de l'Irak s'est alourdi mardi à 64 personnes, selon des responsables médicaux irakiens.

Selon deux responsables de la santé, plus de 100 personnes ont également été blessées dans l'incendie qui a ravagé lundi le service de coronavirus de l'hôpital universitaire al-Hussein dans la ville de Nasiriyah.

Mardi matin, des parents angoissés cherchaient encore des traces de leurs proches, fouillant dans les débris de couvertures et d'effets personnels calcinés à l'intérieur des vestiges incendiés du service. On a trouvé le crâne noirci d'une patiente décédée dans le service.

Beaucoup ont pleuré ouvertement, leurs larmes étant teintées de colère, accusant à la fois le gouvernement provincial de Dhi Qar, où se trouve Nasiriyah, et le gouvernement fédéral de Bagdad pour des années de mauvaise gestion et de négligence.

"L'ensemble du système étatique s'est effondré, et qui en a payé le prix ? Les gens d'ici. Ces gens ont payé le prix", a déclaré Haidar al-Askari, qui se trouvait sur les lieux de l'incendie.

Pendant la nuit, les pompiers et les secouristes - dont beaucoup n'avaient que des lampes de poche et utilisaient des couvertures pour éteindre les petits feux qui couvaient encore par endroits - ont travaillé frénétiquement pour fouiller les quartiers dans l'obscurité. À l'aube, des corps recouverts de draps étaient étendus sur le sol à l'extérieur de l'hôpital.

Plus tôt, des responsables avaient déclaré que l'incendie avait été causé par un court-circuit électrique, mais n'avaient pas donné plus de détails. Un autre fonctionnaire a déclaré que l'incendie avait été provoqué par l'explosion d'une bouteille d'oxygène. Les responsables ont parlé sous couvert d'anonymat car ils n'étaient pas autorisés à parler aux journalistes.

Le nouveau service, ouvert il y a seulement trois mois, contenait 70 lits.

Le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi a présidé une réunion d'urgence à la suite de l'incendie et a ordonné la suspension et l'arrestation du directeur de la santé de Dhi Qar, ainsi que du directeur de l'hôpital et du directeur de la défense civile de la ville. Une enquête gouvernementale a également été lancée.

Dans la ville sainte chiite voisine de Najaf, des personnes en deuil se sont préparées à enterrer certaines des victimes.

C'est la deuxième fois qu'un incendie tue des dizaines de patients atteints de coronavirus dans un hôpital irakien cette année. Au moins 82 personnes sont mortes à l'hôpital Ibn al-Khateeb de Bagdad en avril, lorsqu'une bouteille d'oxygène a explosé, déclenchant l'incendie.

XS
SM
MD
LG