Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Incidents à Port-Bouet et Grand-Bassam lors d'élections locales partielles

Vérification de l'identité d'un électeur grâce à une tablette dans un bureau de vote, à Port Bouet, lors des élections locales à Abidjan en Côte d'Ivoire le 16 décembre 2018.

Des incidents se sont produits dimanche lors des élections municipales à Port-Bouet, une des communes d'Abidjan, et Grand-Bassam. Le calme règne dans les quatre autres communes et deux régions de Côte d'Ivoire où les scrutins locaux avaient été annulés après le vote du 13 octobre.

L'enjeu politique est faible pour ces scrutins partiels, qui ne modifieront pas l'équilibre issu du scrutin du 13 octobre, largement remporté par le parti présidentiel RHDP, mais où le principal parti d'opposition, le PDCI, avait néanmoins fait un bon score.

C'est surtout le bon déroulement du scrutin qui est au centre de l'attention, alors que les élections du 13 octobre avaient été marquées par des violences ayant fait au moins cinq morts et des accusations de fraudes dans une centaine de sites.

A Port-Bouet, où des incidents violents avaient éclaté en octobre, de nouvelles violences ont eu lieu dimanche. Des individus ont caillassé une fenêtre du siège électoral du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), le parti de l'ancien président Henri Konan Bédié. Selon des membres du PDCI, plusieurs personnes ont été "tabassées et dépouillées" devant le siège.

"Depuis 72h, Port Bouet a été infesté de loubards, de microbes (jeunes délinquants). On sait qui fait ces opérations, ce sont les mêmes qui ont fait invalider le scrutin", a affirmé Sylvestre Emmou, candidat du PDCI, un des deux favoris.

"Plus de 10.000 cartes d'électeurs ont disparu (...). Rien n'est normal. On essaie de tricher, on essaie de braquer un scrutin", a-t-il poursuivi, parlant aussi "d'intimidation d'électeurs".

Eclatement de violences à Tshikapa avant les élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:14 0:00

Du côté de la majorité présidentielle, Marcel Nguettia, le directeur de campagne de l'autre favori Siandou Fofana, fait les mêmes reproches au PDCI. "Nous connaissons les pratiques de M. Emmou Sylvestre. Chaque fois qu'il y des élections depuis 15 ans, il est toujours le premier à accuser les autres. Sans même que les résultats n'apparaissent, il dit toujours qu'il a gagné".

Un important dispositif des forces de l'ordre était visible à Port-Bouet avec de nombreuses patrouilles et des forces de police armées dans les bureaux de vote.

Climat politique tendu

A Grand-Bassam, cité historique balnéaire à 30 km d'Abidjan, où les troubles post-électoraux avaient duré plusieurs semaines, de nouveaux incidents sont venus perturber le scrutin, notamment dans des bureaux de vote traditionnellement favorables au PDCI.

Au centre de vote du Collège moderne, une demi-douzaine de jeunes ont fait irruption dans la matinée, tentant de provoquer une bagarre et d'intimider les électeurs, selon plusieurs témoins interrogés par l'AFP, sous couvert d'anonymat.

Juste à côté, au centre Bassam 1, les files d'attente des électeurs s'allongeaient et la grogne montait dans l'après-midi, du fait de dysfonctionnements des tablettes biométriques servant à vérifier l'identité des votants, stoppant le scrutin, suivant la consigne de la Commission électorale indépendante.

Pourtant, selon un observateur de l'Union européenne, ce sont les listings papiers des électeurs qui font foi et non les tablettes, et le vote n'aurait pas dû être suspendu.

Enfin, une bagarre a éclaté dans la matinée dans un fief du PDCI, le village de Mondoukou, à une dizaine de kilomètres de Grand-Bassam (mais faisant partie de sa circonscription), entre des partisans des deux principaux candidats, RHDP et PDCI, rapidement contenue par les forces de l'ordre, selon des habitants.

A Lakota (centre-sud), où une personne avait été tuée le 13 octobre, les forces de sécurité étaient aussi très présentes dimanche, selon un observateur électoral, alors qu'une forte tension avait régné dans la ville les jours précédents.

Un incident sérieux s'est produit samedi à Divo (sud), où le responsable local de la jeunesse rurale du PDCI a été frappé et a dû être hospitalisé, selon la Ligue ivoirienne des droits de l'Homme.

Le climat politique est tendu en Côte d'Ivoire, à deux ans de la prochaine élection présidentielle, déjà dans toutes les têtes.

L'éclatement de la coalition au pouvoir, qui a rassemblé pendant 13 ans le RHDP du président Alassane Ouattara et le PDCI, a rouvert le jeu politique, mais a entraîné d'importantes tensions entre les anciens alliés.

Toutes les actualités

Les téléviseurs désormais interdits dans les salles de garde des hôpitaux ivoiriens

Les téléviseurs désormais interdits dans les salles de garde des hôpitaux ivoiriens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Vers un pacte d'équité en faveur des planteurs du cacao

Un agriculteur ouvre une cabosse de cacao dans une ferme de cacao à Bobia, Gagnoa, Côte d'Ivoire, le 6 décembre 2019.

Les pouvoirs public en Europe et en Afrique tentent d'apporter plus d'équité sociale au sein de l'industrie du cacao. Vendredi la Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, et l'Union européenne, premier importateur du cacao ivoirien, ont dit vouloir s'engager ensemble pour un "cacao durable".

Fin 2020, la tension était montée entre les géants du chocolat et les producteurs.

Dans un contexte de baisse des cours du cacao, la Côte d'Ivoire et la Ghana, deuxième producteur mondial de cacao, avaient fait un coup d'éclat fin 2020 en accusant publiquement deux géants de la chocolaterie (Hershey et Mars) d'acheter du cacao ou de la pâte de cacao sans payer la prime spéciale pour les planteurs, destinée à leur assurer un revenu minimum.

Ces derniers sont les parents pauvres du marché mondial du cacao et du chocolat, dont ils ne touchent que 6% des 100 milliards de dollars de revenus annuels du secteur. La moitié des planteurs ivoiriens vit sous le seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale.

"Il y a une convergence de vue mutuelle et d'intérêt mutuel" entre la Côte d'Ivoire et l'UE sur la durabilité nécessaire de la filière cacao, a déclaré vendredi matin Patrick Achi, secrétaire général de la présidence ivoirienne, lors du lancement à Abidjan d'un "cadre de dialogue" entre UE et Côte d'Ivoire sur le sujet.

Abidjan souhaite mettre en place une stratégie nationale pour améliorer les conditions de production de son cacao, un "Livre Blanc Cacao Durable", qui mettra l'accent sur trois "défis": la lutte contre la déforestation et le travail des enfants dans les plantations et l'amélioration des revenus des producteurs.

La Commission européenne, de son côté, a pour projet de préparer de nouvelles législations limitant l'importation des produits qui contribuent à la déforestation et contraignant les entreprises à une meilleure gouvernance.

"Nous voulons la même chose", s'est félicité l'ambassadeur de l'UE en Côte d'Ivoire, Jobst von Kirchmann.

Cette convergence de vue, "entre les actions menées par la Côte d'Ivoire d'une part et les politiques que souhaite mettre en place l'UE d'autre part", est à l'origine du "cadre de dialogue", selon M. Achi.

"Ce partenariat sera un partenariat gagnant-gagnant", a ajouté M. Jobst von Kirchmann, soulignant qu'il s'accompagnera à terme d'un accompagnement financier.

Les importations de cacao ivoirien par l'Union européenne représentent 67% du volume exporté par le pays d'Afrique de l'ouest.

Le cacao ivoirien, qui représente 45% de la production mondiale, compte pour 14% du PIB national et nourrit 24% de la population, selon les autorités.

C'est un "enjeu géostratégique" pour Abidjan, a souligné vendredi M. Achi.

Le Cojep a annoncé son retrait d'une coalition de l'opposition

Le Cojep a annoncé son retrait d'une coalition de l'opposition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Le parti de Blé Goudé se retire d'une coalition de l'opposition ivoirienne

Le parti de Blé Goudé se retire d'une coalition de l'opposition ivoirienne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Le Cojep quitte une coalition de l'opposition ivoirienne

Charles Blé Goudé (à g.), ancien ministre et ex-chef des Jeunes Patriotes.

En Côte d’Ivoire, le parti de l'ancien chef des Jeunes patriotes Charles Blé Goudé a annoncé son retrait d'une coalition de l'opposition, dénonçant "des guerres de positionnement".

Le Cojep, Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples, "suspend sa participation aux activités liées aux élections législatives avec les plateformes de l'opposition", a écrit Patrice Saraka, secrétaire général du parti.

Pour le Cojep, ces élections doivent être vues comme "une opportunité pour renforcer la cohésion et l'unité de l'opposition", mais ont "malheureusement mis au grand jour les appétits et autres guerres de positionnement entre des entités pourtant supposées être des partenaires".

Les deux principaux partis d'opposition, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire de l'ancien président Henri Konan Bédié, et le Front populaire ivoirien de l'ex-président Laurent Gbagbo, ont annoncé début janvier avec leurs alliés leur participation au scrutin du 6 mars. Mi-janvier, le parti de l'ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a lui annoncé son boycott des législatives.

Charles Blé Goudé s'était exilé de la Côte d'Ivoire après la crise post-électorale de 2010-11. Il avait été arrêté en 2013 au Ghana puis transféré à la CPI en 2014, pour être jugé aux côtés de Laurent Gbagbo. Les deux hommes ont été acquittés en janvier 2019 mais doivent attendre la décision sur un éventuel procès en appel, en liberté conditionnelle.

Charles Blé Goudé était un des membres les plus controversés du clan Gbagbo, surnommé le "général des rues" pour sa capacité à mobiliser ses partisans.

Ses détracteurs le considèrent comme un de ceux qui ont contribué aux violences pendant la crise post-électorale de 2010-11.

Il a indiqué à plusieurs reprises nourrir des ambitions pour la présidentielle de 2025.

Voir plus

XS
SM
MD
LG