Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Les autorités guinéennes interdisent une manifestation anti-Condé prévue jeudi

Les manifestations des Guinéens contre le 3ème mandat du président Alpha Condé, le 7 novembre 2019. (Photo: CELLOU BINANI / AFP)

Les autorités guinéennes ont décidé mercredi d'interdire des manifestations contre le président Alpha Condé prévues jeudi par l'opposition, qui a appelé à maintenir les protestations.

La situation est tendue en Guinée, quelques jours après le report par son chef d'Etat d'un référendum constitutionnel controversé et d'élections législatives qui devaient se tenir le 1er mars.

"La marche prévue est interdite", a écrit Seydouba Sacko, maire d'une commune de Conakry, dans une note adressée au Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), un collectif de partis et d'organisations de la société civile opposé au projet prêté au président Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, de briguer un troisième mandat à la fin de l'année.

M. Sacko, maire de Matoto, s'exprimait au nom de toutes les communes devant être traversées par la manifestation, qui devait emprunter l'autoroute Fidel Castro.

L'opposition entend maintenir la pression, après plus de quatre mois d'une contestation qui a coûté la vie à au moins 30 civils et un gendarme.

Le président Condé a annoncé vendredi un "léger report" du double scrutin, après de vives critiques sur le fichier électoral, estimant toutefois qu'il ne devait pas être de plus de deux semaines.

La marche, "qui devait être perçue comme une expression de la bonne foi du FNDC, a reçu une fin de non-recevoir. Cette attitude prouve à suffisance que M. Alpha Condé et ses sbires persistent dans leur logique de confrontation et de violence contre le FNDC", a réagi le collectif.

Il a appelé à braver l'interdiction en prenant part à des marches séparées dans les communes de Conakry et dans une vingtaine de villes, ont indiqué à l'AFP plusieurs de ses responsables.

M. Sacko a justifié l'interdiction par la préparation de la Journée internationale des droits des femmes (dimanche) et par "la présence d'une délégation de la Cédéao".

Le président Condé a fait appel à une mission d'experts électoraux de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour aider à "établir un fichier électoral fiable et créer les conditions d'un scrutin crédible, libre et transparent", selon les autorités guinéennes.

L'organisation internationale de la Francophonie (OIF) a jugé "problématiques" près de 2,5 millions de noms d'électeurs figurant sur les listes, avec des doublons et la présence de défunts.

L'opposition dénonce toutefois la présence parmi les experts de la Cédéao de personnes qu'elle juge proches du pouvoir guinéen.


Toutes les actualités

Les Guinéens endeuillés rendent un ultime hommage à Mory Kanté

Les Guinéens endeuillés rendent un ultime hommage à Mory Kanté
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Mort de Mory Kanté: rassemblements et prières au domicile du "griot électrique"

Mort de Mory Kanté: rassemblements et prières au domicile du "griot électrique"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Les docteurs de MSF retournent en Guinée pour combattre le virus

Les docteurs de MSF retournent en Guinée pour combattre le virus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Décès de Mory Kanté, maître suprême de la Kora

Mory Kanté sur scène lors de la 46e édition du Festival international de Carthage, au théâtre romain de Carthage, près de Tunis, le 13 juillet 2010. (Photo FETHI BELAID / AFP)

Mory Kanté, star guinéenne de renommée mondiale, est décédé vendredi à Conakry, a-t-on appris de diverses sources concordantes. Il avait 70 ans.

Kanté, que beaucoup surnommaient affectueusement "griot électrique", était connu à travers le monde pour sa maîtrise de la Kora, un instrument à percussion d'origine ouest-africaine.

Il a façonné son style selon la tradition des griots d'Afrique de l'Ouest, fier de sa culture mandingue.

"La culture africaine est en deuil. Mes condoléances les plus attristées... Merci l'artiste. Un parcours exceptionnel. Exemplaire. Une fierté", a écrit le président Alpha Condé sur son compte Twitter.

"Immense perte pour notre pays. Ton héritage artistique et culturel est éternel. En ces Jours Saints, que Dieu accueille Mory Kanté dans son Royaume", a renchéri le ministre Moustapha Naïté.

"Je ressens un énorme vide aujourd'hui avec le départ de ce baobab de la Culture Africaine. Repose en paix", a écrit pour sa part le chanteur et ancien ministre sénégalais Youssou Ndour.

Guinée: sept morts dans des heurts liés au coronavirus et à l'électricité

La police guinéenne arrete un manifestant

Sept personnes ont été tuées mardi à Conakry et dans le nord-ouest de la Guinée lors de heurts avec les forces de l'ordre liés à des barrages routiers contre le coronavirus et aux coupures d'électricité, a-t-on appris auprès de la police.

"Il y a eu cinq morts à Coyah et un Dubréka", deux préfectures proches de Conakry où des manifestants ont "protesté contre l'érection de barrages" pour isoler la capitale à cause du coronavirus, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police, le commandant Mory Kaba.

A Coyah, ils ont saccagé la police et la gendarmerie, selon le commandant Kaba.

A Kamsar, près de la ville minière de Boké (nord-ouest), une personne est morte quand "les gens ont manifesté contre les coupures de courant", a indiqué la même source. La victime est "morte par balle", a dit à l'AFP une source médicale.

A Coyah et Dubréka, des barrages de la police et de la gendarmerie ont été érigés pour empêcher de prendre le chemin de Conakry alors que cette ville est un lieu de travail et de commerce de nombre d'habitants de ces deux préfectures.

Des manifestants ont également affirmé être "lassés de se faire racketter et maltraités" par les forces de l'ordre avant d'entrer et de sortir de Conakry, selon des témoins.

La Guinée, un des pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés par le coronavirus, a déclaré 2.213 cas confirmés dont 771 guéris et 11 décès.

Pauvre malgré d'importantes ressources naturelles, elle fait partie de ces pays où l'état du système sanitaire suscite l'inquiétude face à la pandémie.

Le virus Ebola y a tué 2.500 personnes entre fin 2013 et 2016.

Voir plus

XS
SM
MD
LG