Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

update

L'ex-Premier ministre guinéen Ibrahima Kassory Fofana poursuivi pour "détournement" de fonds Covid

ARCHIVES - Le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, à droite, discute avec des représentants des syndicats et du patronat à Conakry, Guinée, 18 juillet 2018. (Twitter/ Ibrahima Kassory Fofana)

En détention depuis avril, il est poursuivi pour "détournement" présumé de plus de 40 millions de dollars destinés à la gestion de l'épidémie du coronavirus.

Ibrahima Kassory Fofana, Premier ministre de Guinée jusqu'au coup d'Etat militaire de 2021 et en détention depuis avril, est poursuivi pour "détournement" de plus de 40 millions de dollars destinés à la gestion de l'épidémie de Covid et des décaissements non justifiés, a révélé vendredi le procureur général de Conakry.

M. Fofana, dernier Premier ministre du président Alpha Condé (2010-2021), renversé en septembre 2021 par la junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, est inculpé et écroué depuis le 6 avril pour "détournement" de fonds publics. Mais les faits qui lui sont reprochés n'avaient jusqu'ici pas été dévoilés.

"Nous reprochons à M. Ibrahima Kassory Fofana (un) détournement de plusieurs milliards de francs guinéens (...) notamment la somme de 46,2 millions de dollars dans le cadre de la procédure d'urgence pour supporter l'épidémie de Covid-19", a déclaré, lors d'une conférence de presse le procureur général Ali Touré, nommé par la junte au pouvoir.

Des montants de "81,2 milliards de francs guinéens" (plus de 9 millions d'euros) ont été "entièrement décaissés sur ordonnance de M. Ibrahima Kassory Fofana. Nous n'avons aucune justification de l'utilisation de ce montant", a déclaré le procureur, sans préciser la destination initiale de cet argent.

En outre, "des mouvements suspects dans ses comptes bancaires ont été constatés", a-t-il ajouté.

M. Fofana avait été inculpé et écroué le 6 avril avec trois autres ex-responsables, l'ancien ministre de la Défense Mohamed Diané, celui de l'Environnement Oyé Guilavogui et celui des hydrocarbures Zakaria Coulibaly.

Chef du gouvernement de mai 2018 jusqu'au coup d'Etat de septembre 2021, il venait d'être désigné, le 31 mars, à la tête de l'ex-parti au pouvoir sous M. Condé, jusqu'à un prochain congrès.

Les militaires qui ont pris le pouvoir par la force ont fait de la lutte contre la corruption réputée endémique en Guinée un de leurs grands combats proclamés. Plusieurs anciens responsables sont détenus dans ce cadre.

Le colonel Mamady Doumbouya, chef de la junte qui s'est fait investir président, a assuré qu'il n'y aurait pas de "chasse aux sorcières" mais que la justice serait la "boussole" du pays.

Toutes les actualités

Bras de fer FNDC-gouvernement guinéen: "la dissolution n'est pas la solution"

Bras de fer FNDC-gouvernement guinéen: "la dissolution n'est pas la solution"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

Dissolution du FNDC: opinions divergentes à Conakry

Dissolution du FNDC: opinions divergentes à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

Les autorités guinéennes prononcent la dissolution du FNDC

Les autorités guinéennes prononcent la dissolution du FNDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:43 0:00

Le FNDC appelle les Guinéens à manifester

Le FNDC appelle les Guinéens à manifester
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Un collectif appelle à une manifestation guinéenne contre la junte le 17 août

GUINEA-POLITICS-UNREST - protest in Conakry - demonstration - demo

Un Collectif a appelé lundi à une nouvelle manifestation contre la junte le 17 août en Guinée, mettant fin à une trêve faute de réponses à ses demandes de "dialogue crédible" sur la transition vers un pouvoir civil.

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), coalition de partis, syndicats et organisations de la société civile, était à l'initiative des manifestations organisées les 28 et 29 juillet, interdites par les autorités et où cinq personnes ont été tuées, pour dénoncer la "gestion unilatérale de la transition" par la junte.

Il avait ensuite suspendu ses mouvements de contestation pour une semaine, dont celui prévu dans tout le pays le 4 août, "à la demande expresse" du chef de l'Etat bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Le colonel Mamady Doumbouya, qui a renversé le 5 septembre dernier le président guinéen Alpha Condé au pouvoir depuis 2010, s'est engagé à remettre le pouvoir à des civils élus dans un délai de trois ans.

Or la quasi-totalité des acteurs politiques du pays et les Etats ouest-africains, médiateurs dans ce dossier, veulent qu'il raccourcisse ce délai.

La Cédéao a ainsi appelé le 1er août "les autorités guinéennes, la classe politique et la société civile à engager un dialogue inclusif afin de désamorcer la tension et de convenir d'un calendrier et de modalités raisonnables pour le rétablissement pacifique de l'ordre constitutionnel".

Or la junte refuse "de répondre aux nombreux appels au dialogue sur la transition", a dénoncé lundi le FNDC dans un communiqué critiquant également "l’attitude de défiance chronique" du pouvoir guinéen vis-à-vis de la Cédéao, sa "gestion unilatérale et autoritaire de la transition" et "l’usage illégal d’armes létales dans la gestion des manifestations".

Outre l'ouverture d'un "dialogue crédible" avec les acteurs politiques et la société civile et la fixation d'un délai raisonnable et consensuel de la durée de la transition, le FNDC exige de la junte la libération sans condition de tous ses militants arrêtés lors des dernières manifestations.

Manifestations et heurts sporadiques dans des quartiers de Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Deux leaders du collectif, Oumar Sylla alias Foniké Mangué et Ibrahima Diallo, ainsi que Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l'Union des forces républicaines (UFR), étaient toujours écroués lundi à la prison civile de Conakry après avoir été inculpés de "participation à un attroupement interdit, de pillages, de destruction de biens publics et privés, de coups et blessures volontaires".

Foniké Mangué, coordinateur du FNDC, a été entendu dans la journée. "Il ne reconnaît pas les faits" qui lui sont reprochés et "considère être dans son droit de lutter pour l’instauration de la démocratie", a déclaré à la presse son avocat, Me Thierno Souleymane Barry.

Le président Embalo a assuré fin juillet avoir convaincu la junte d'accélérer le retour à la démocratie de trois à deux ans, une information qui n'a pas été confirmée par les autorités guinéennes.

Voir plus

XS
SM
MD
LG