Liens d'accessibilité

Grogne des habitants de Bouaké face à l’augmentation des factures d'eau


Le siège social de Sodeci, dans la ville ivoirienne de Bouaké, le 18 octobre 2017. (VOA/Sidiki Barro)

La Société de distribution d’eau de Côte d’Ivoire (Sodeci) a décidé d'augmenter la fréquence de ses factures, passant de quatre à six par an, ce qui inquiète les Ivoiriens.

Le 2 août dernier, le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Nabagné Koné, a annoncé la réduction de la période d’émission des factures d’eau par la Société de distribution d’eau de Côte d’Ivoire (Sodeci).

Selon cette nouvelle mesure prise en conseil des ministres, les abonnés de l’unique société de distribution d’eau du pays, paieront désormais leur facture, tous les 2 mois, au lieu de 3 mois. C'est une douche froide pour ces millions de consommateurs inquiets de cette décision contestable.

Dès l’annonce du nouveau mode opératoire, la confédération des organisations des consommateurs de Côte d’Ivoire (COC-CI) est montée au créneau pour dénoncer une telle réforme.

Cette décision est une autre manière malicieuse et insidieuse de renchérissement de ce produit de première nécessité à travers la TVA."

Pour elle, cette décision est "une autre manière malicieuse et insidieuse de renchérissement de ce produit de première nécessité et de très grande consommation à travers la Taxe à valeur ajoutée (TVA)".

Pour Amedé Koffi Kouakou, ministre des Infrastructures économiques, cette décision ne vise pas l’inflation des factures mais plutôt sa réduction. Il estime qu’il est plus aisé pour l’Ivoirien de faire face à une facture d’un montant de 2000 francs CFA tous les 2 mois, plutôt que de faire face à une facture de 6000 francs CFA tous 3 mois.

A Bouaké, une majorité des consommateurs sont inquiets. Diawo Mamadou, commerçant, explique qu'ils devront faire face aux factures d’eau parfois très élevés, six fois, au lieu de quatre fois par an en alternance avec les factures d’électricité émise par la Compagnie ivoirienne d’electricité.

Vu les conditions dans lesquelles nous vivons… même les 3 mois pour payer, c’est un problème."

"Vu les conditions dans lesquelles nous vivons… même les 3 mois pour payer, c’est un problème", confesse-t-il.

"Aujourd’hui, c’est vraiment difficile d’avoir de l’argent, et parfois les factures arrivent à un coût exorbitant", explique Konan Bertin, instituteur à la retraite qui ne vit que de sa pension de retraite.

Avec une mesure pareille, avoir un puits à domicile peut s’avérer utile. C’est grâce à cela que Madame Kouassi, ménagère, arrive à supporter le coût de ses factures d’eau. Même si elle avoue ne pas comprendre pourquoi le gouvernement a pris la décision de réduire le délai d’émission des factures.

Qu’aucune date n’a encore été annoncée par le gouvernement sur l’entrée en vigueur de cette nouvelle mesure dont l’application pourrait rencontrer la résistance des populations.

Siriki Barro, correspondant à Bouaké

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG