Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Ghana: un député et son chauffeur tués par des braqueurs présumés

Une barrière de police à Accra, Ghana, le 31 mars 2020.

Un député ghanéen en campagne électorale et son chauffeur ont été tués par balle vendredi à l'aube par des braqueurs présumés, sur une autoroute à environ 100 kilomètres de la capitale Accra, a-t-on appris auprès de responsables de son mouvement, le New Patriotic Party (NPP).

Le député du Mfantseman, Ekow Quansah Hayford, quittait sa circonscription - où il faisait campagne en vue des élections législatives du 7 décembre - lorsque son convoi a été bloqué.

"Le chauffeur a tenté de passer le barrage, mais ils ont tiré sur lui", a raconté Wofa Yaw, un responsable du parti qui accompagnait le parlementaire dans son déplacement.

M. Hayford a expliqué aux assaillants qu'il "était le député de la circonscription", selon M. Yaw. "Ils ont immédiatement tiré sur lui et il est mort sur place". Le chauffeur est décédé plus tard à l'hôpital.

Les braqueurs "nous ont demandé de nous allonger, certains ont pris la fuite dans la brousse. C'était terrifiant, on entendait que des coups de feu", a témoigné auprès de l'AFP l'une des victimes du braquage, qui a souhaité conserver l'anonymat.

"Je suis choqué et attristé par l'annonce du meurtre du député du Mfantseman (...) par des braqueurs présumés tôt ce matin", a réagi sur Facebook le président du Ghana, Nana Akufo-Addo. "La police doit arrêter au plus vite les responsables de cet horrible et cruel acte".

Le parti d'opposition, le National Democratic Congress (NDC), a indiqué suspendre jusqu'à lundi la campagne électorale dans cette circonscription en soutien au parti adverse endeuillé.

Les élections législatives et présidentielle sont prévues le 7 décembre au Ghana, pays anglophone de 30 millions d'habitants. Le président Nana Akufo-Addo est candidat à sa réélection.

Toutes les actualités

L'attentat de la Terrasse à Bamako en 2015 est une "vengeance" pour les caricatures, selon l'accusé

Charlie Hebdo à Berlin, le 1er décembre 2016.

Le jihadiste mauritanien Fawaz Ould Ahmed, dit "Ibrahim 10", a reconnu mercredi être l'auteur de l'attentat du bar-restaurant La Terrasse à Bamako qui avait fait cinq morts en mars 2015, se disant "fier" d'avoir agi "par vengeance" après la publication de caricatures du prophète Mahomet par Charlie Hebdo.

"C'est nous qui l'avons fait, (le groupe jihadiste) Al-Mourabitoune. On n'a pas honte, on est fiers. Par vengeance du prophète, après ce qu'ils ont fait à Charlie Hebdo. C'est les photos, les caricatures", a-t-il déclaré devant la Cour d'assises de Bamako, qui l'interrogeait au deuxième jour de son procès.

Kenya: l'argent destiné à la lutte contre le coronavirus a été détourné

Kenya: l'argent destiné à la lutte contre le coronavirus a été détourné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Témoignage du père de l'Américain kidnappé au Niger

Témoignage du père de l'Américain kidnappé au Niger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:53 0:00

A Kumba, le drame d'une famille anglophone

A Kumba, le drame d'une famille anglophone
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:24 0:00

Bombe dans une madrassa au Pakistan: au moins 7 morts et 50 blessés

Bombe dans une madrassa au Pakistan: au moins 7 morts et 50 blessés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG