Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Meghan Markle transformera la famille royale britannique

Le Prince Harry et sa fiancée, Meghan Markle, à l'Université de Bath à Bath, en Angleterre, le 6 avril 2018.

Le prince Harry et Meghan Markle formeront un couple engagé qui redéfinira l'image de la monarchie britannique, estime Andrew Morton, le biographe de la jeune femme, dans un entretien à l'AFP.

Après son mariage, le 19 mai, l'américaine fera partie des "Quatre Fantastiques", soit la jeune génération au coeur de la famille royale, une institution qu'elle souhaite contribuer à transformer, souligne l'auteur.

"Meghan et Harry vont former un couple très influent. Ensemble, ils peuvent provoquer d'importants changements", affirme Andrew Morton, dont la biographie non autorisée de Meghan Markle, "Meghan: A Hollywood Princess", est publiée jeudi.

"Ils seront perçus comme bien plus militants que les précédents couples royaux", anticipe l'auteur, qui a rencontré des douzaines de proches du couple et de membres de la Maison royale pour alimenter son ouvrage.

Il prédit qu'Harry et Meghan seront le visage de la famille royale dans les pays du Commonwealth, particulièrement en Afrique, tandis que l'ainé d'Harry, le prince William, second dans l'ordre de succession, et son épouse Kate, représenteront la monarchie au Royaume-Uni.

"Les observateurs de la famille royale regardent désormais vers l'avenir, et anticipent que la monarchie va profondément se transformer", explique-t-il. "Ce futur sera façonné par William, Harry, Kate et Meghan. Meghan fait partie intégrante des +Quatre Fantastiques+".

Dans son ouvrage, il cite l'une des amies d'enfance de l'américaine: "elle était fascinée par la famille royale. Elle voulait être une sorte de Diana 2.0".

- "Éloquente et réfléchie" -

Mais pour l'auteur, qui avait également écrit "Diana, Sa vraie histoire", une biographie de la princesse de Galles, il n'y pas pas de comparaison possible entre la jeune femme timide qui avait épousé le Princes Charles à 20 ans et l'actrice hollywoodienne de 36 ans.

Il dresse le portrait de l'Américaine. Une femme ambitieuse et appliquée, à la personnalité équilibrée, qui a mené une brillante carrière d'actrice et de blogueuse, jusqu'à devenir porte-parole des Nations unies.

"Elle apparait comme une femme pondérée, éloquente et réfléchie", remarque-t-il.

Elle va néanmoins, selon lui, devoir modérer certains de ses engagements militants en rejoignant la famille royale, qui a toujours affiché sa neutralité politique. Mais Meghan "sait exactement où elle met les pieds", tempère-t-il.

Au sein du couple, Andrew Morton estime que le prince Harry "a plus à gagner" de cette relation que Meghan. "Avec elle, il a réalisé qu'il avait trouvé la bonne personne. Il sait qu'elle peut l'aider à devenir l'homme qu'il a toujours voulu être".

- Froncer les sourcils -

Le biographe juge "extraordinaire" que Meghan, de nature prudente, ait rapidement eu deux rendez-vous avec le prince Harry, et ait décidé de le rejoindre au Botswana pour des vacances au début de leur relation.

"Certains ont froncé les sourcils à Buckingham Palace", rappelle Andrew Morton. "C'était la quatrième jeune femme qu'il emmenait en safari".

Mais Harry, se pliant aux traditions de la famille royale, a bien demandé à la Reine son accord pour le mariage.

"Il y a quelques années, quand il était encore un jeune homme qui buvaient et titubait en boite de nuit", la monarque aurait été "bien plus réservée" à l'idée de voir Harry épouser une actrice américaine divorcée, estime l'auteur.

La biographie s'arrête également sur la précédente relation qu'a entretenue Meghan Markle avec le producteur hollywoodien Trevor Engelson pendant 9 ans.

Alors qu'ils s'étaient mariés en 2011, Meghan avait obtenu peu de temps après un rôle de choix dans la série télévisée américaine "Suits", et avait déménagé de Los Angeles pour Toronto, au Canada.

Ils avaient divorcé en 2013. L'actrice était à l'origine de la rupture. "Ce mariage ne lui convenait pas, elle voulait passer à autre chose, selon un de ses amis", souligne Andrew Morton.

Avec AFP

Toutes les actualités

Plus d'un million de décès liés au coronavirus dans le monde

Des travailleurs déplacent un cercueil vers un site d'inhumation des victimes du coronavirus au cimetière de Keputih à Surabaya, en Indonésie, le 15 juillet 2020. (Photo by Juni Kriswanto / AFP)

La maladie COVID-19 a tué plus d’un million de personnes à travers le monde, selon un décompte de Reuters actualisé mardi.

Le nombre de décès dus au nouveau coronavirus cette année est désormais deux fois plus élevé que le nombre de personnes qui meurent chaque année du paludisme.

Le taux de mortalité a augmenté ces dernières semaines en raison de la recrudescence des infections dans plusieurs pays.

"Notre monde a atteint une étape angoissante", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans un communiqué.

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00


Il n'a fallu que trois mois pour que le nombre de décès liés à la maladie COVID-19 double, passant d'un demi-million à un million, un taux de mortalité en accélération depuis que le premier décès a été enregistré en Chine début janvier.

Plus de 5 400 personnes meurent dans le monde toutes les 24 heures, selon les calculs de Reuters. Cela équivaut à environ 226 personnes par heure, soit une personne toutes les 16 secondes.

Les États-Unis restent le pays le plus touché, avec 7,1 millions d'infections et plus de 205 000 morts.

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé avait noté une diminution globale des infections en Afrique.

100 millions de doses de vaccins en plus pour les pays pauvres

Des chercheurs travaillent sur un vaccin contre le nouveau coronavirus COVID-19 au laboratoire de recherche de l'Université de Copenhague, au Danemark, le 23 mars 2020.

Cent millions de doses supplémentaires de futurs vaccins contre le Covid-19 ont été réservées pour les pays pauvres, a annoncé mardi l'Alliance pour les vaccins (Gavi) qui collabore avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Début août, Gavi et la Fondation Bill & Melinda Gate avait déjà annoncé une collaboration avec le Serum Institute of India (SII), le plus grand fabricant mondial de vaccins en volume, pour livrer 100 millions de doses.

Les vaccins seront vendus à un prix maximal de 3 dollars par dose, avec la possibilité d'en obtenir plus.

Mis au point par les laboratoires pharmaceutiques suédo-britannique AstraZeneca et américain Novavax, ils seront ensuite fabriqués par le SII qui les reversera à la coalition contre le coronavirus lancée par l'OMS et baptisée Covax (Covid-19 Vaccine Global Access; accès mondial au vaccin contre le Covid-19).

Cette collaboration va permettre à l'institut indien d'augmenter dès à présent sa capacité de production afin que, une fois qu'un ou plusieurs vaccins auront obtenu l'approbation réglementaire et le feu vert de l'OMS, les doses puissent être distribuées dans les pays à faibles et moyens revenus pas avant le premier semestre 2021.

Dans le cadre de cette collaboration, le potentiel vaccin d'AstraZeneca sera mis à la disposition de 61 pays, tandis que celui de Novavax sera disponible pour l'ensemble des 92 pays soutenus par le mécanisme Covax.

"Aucun pays, riche ou pauvre, ne doit être laissé en queue de peloton en ce qui concerne les vaccins contre le Covid-19", a affirmé dans un communiqué le Dr Seth Berkley, directeur général de Gavi.

"A ce stade, il est important que les gouvernements, les institutions sanitaires et financières mondiales des secteurs publics et privés s'unissent pour veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte", a renchéri le directeur général du SII, Adar Poonawalla.

Le mécanisme Covax fait partie du dispositif international créé par l'ONU pour accélérer l'accès équitable aux outils de lutte contre le Covid-19, l'Accélérateur ACT. L'ONU n'a toutefois reçu que 3 milliards de dollars sur les 38 milliards demandés.

En Californie, un gadget pour détecter le Covid-19 dans l’haleine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Dans ce cadre, AstraZeneca s'est engagé en juin à distribuer 300 millions de doses à Gavi - en plus de l'accord conclu via l'institut indien.

L'OMS s'est fixé comme objectif de disposer de 2 milliards de doses de vaccins d'ici à la fin de 2021, alors que la pandémie du nouveau coronavirus a fait plus d'un millions de morts dans le monde depuis que les premiers cas sont apparus fin décembre en Chine.

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde

Coronavirus: plus d'un million de morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Arménie-Azerbaïdjan: 27 soldats séparatistes ont été tués dans les combats

Arménie-Azerbaïdjan: 27 soldats séparatistes ont été tués dans les combats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Minute Éco: restructuration de la dette angolaise et début de la Transgabonaise

Minute Éco: restructuration de la dette angolaise et début de la Transgabonaise
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG