Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Londres refuse d'accorder à Assange le statut diplomatique


Julian Assange à l'ambassade d'Equateur à Londres le 5 février 2016.

Le gouvernement britannique a déclaré jeudi avoir refusé d'accorder le statut diplomatique à Julian Assange, le créateur australien de WikiLeaks réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres, comme l'avait demandé l'exécutif équatorien.

"Le gouvernement équatorien a récemment sollicité le statut diplomatique pour M. Assange ici au Royaume-Uni", a indiqué un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.

"Le Royaume-Uni n'a pas accédé à cette demande, et nous ne sommes pas en discussions avec l'Equateur sur cette question", a-t-il ajouté dans une déclaration écrite.

Craignant une extradition vers la Suède pour un viol présumé qu'il nie, Julian Assange, 46 ans, a trouvé asile en 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres.

Le parquet suédois a depuis classé l'affaire mais l'Australien craint d'être arrêté s'il sort de l'ambassade, puis extradé et jugé aux Etats-Unis pour la publication par WikiLeaks de secrets militaires et de documents diplomatiques américains en 2010.

La sortie de ces documents avait valu à Julian Assange, qui a créé WikiLeaks en 2006, un statut de paria aux Etats-Unis, alors que ses défenseurs célébraient en lui le champion d'un mouvement mondial pour la transparence et la démocratie.

"L'Equateur sait que la manière de résoudre ce problème est que Julian Assange quitte l'ambassade pour se soumettre à la justice", a souligné le porte-parole de la diplomatie britannique.

La police britannique a indiqué qu'elle arrêterait l'Australien s'il sortait de l'ambassade car il n'a pas respecté en 2012 les conditions de sa liberté sous caution.

Mardi, la cheffe de la diplomatie équatorienne, Maria Fernanda Espinosa, avait dit être à la recherche d'une "médiation", telle "un pays tiers ou une personnalité", pour trouver un accord avec le Londres sur la situation "insoutenable" de M. Assange.

Son ministère a refusé le lendemain de commenter des informations de presse selon lesquelles l'Australien s'était vu accorder la nationalité équatorienne.

La ministre a prévu de donner une conférence de presse jeudi après-midi.

La représentation légale de Julian Assange a demandé sa libération dans un communiqué publié sur Twitter, rappelant qu'un groupe de travail de l'ONU avait estimé en 2016 que l'ex-hacker était victime d'une "détention illégale et arbitraire par les autorités britanniques".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG